Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 juin 2008

Enfin la reconnaissance !

canon_marechal.jpgQuelle ne fut pas ma fierté d'accéder à la reconnaissance deux semaines après l'ouverture de ce blog. Recensé dans le "blogroll" du Grand Charles. Me voilà réellement reconnu dans ma réacquitude à l'égal d'un fromageplus ou d'un Hussard 82 ! Pour fêter ça je déboucherai ce soir une bonne bouteille de rosé (car il n'y a pas que le Meursault Poruzot dans la vie). Je crois que la bouteille la plus adaptée sera un Canon du Maréchal (environ 23 FRF chez Monoprix) pour son côté anticonformiste.

 

NB : Le Grand Charles, par un souci de modernisme (sans commentaire...), a changé de blog. Il est désormais Pigasus.  

De l'air !

Quand on est ingénieur à la Bangbang Aéronautique la vie n'est pas rose tous les jours. Il y a évidemment des soucis liés au travail. Néanmoins ce n'est pas le probème et puis ils finissent toujours par se régler. Le plus irritant c'est l'environnement. On pourrait croire qu'un ingénieur (5 ans d'études tout de même) a un peu de culture, qu'il est donc capable de penser par lui-même et avoir quelques idées originales au lieu de bêler avec le troupeau. Erreur ! Ils sont tous pareils (sauf quelques silencieux qu'on repère assez vite). Tous ont les mêmes idées (entendre les mêmes références), estampillées VU A LA TELE.

J'ai pris le parti de ne plus discuter d'autres choses que du foot, et encore, car il est de mauvais ton d'avoir été pour la victoire de l'Allemagne contre l'Espagne en finale de l'euro. Résultat, moi qui suis quasiment le seul à lire dans le métro autre chose que des revues de jeux video, je passe pour un gros beauf suspecté d'intolérance (rapport à mon soutien de l'Allemagne, les ficelles sont grosses...). Néanmoins la Bangbang est un paradis de la liberté d'expression à côté de la Mifca (vépéciste des fonctionnaires) où je travaillais auparavant. En gros à la Mifca les discussions sous-entendaient que chacun se devait d'être au pire communiste, les socialistes étant tenus pour d'horrible bourgeois capitalistes.

Tout ça pour dire que la vie d'un "réac" n'est pas toujours facile. Il faut avoir une sacrée dose de tolérance pour être admis à respirer parmi les "tolérants". 

24 juin 2008

Divers d'été

Il y avait vendredi dernier la fête pour la fin du bac (bizarre ce truc, ça n'existait pas de mon temps...) et le lendemain la fête de la musique. Ces petites sauteries publiques très festives entre gens qui ne se connaissent pas se sont terminées en chasse au lapin grandeur nature. Le rôle des lapins était tenu par les jeunes gens des "beaux quartiers" et celui du lieutenant de louveterie par des bandes "jeunes" (à noter qu'on dit "jeunes" quand ils ne sont pas sur leur territoire et "racaille" quand ils y sont). Ce phénomène est relativement nouveau à Paris. Les ministres n'ont qu'à bien se tenir, dans quelques temps il ne restera plus que le 7è arrondissement à être à l'abri des rafles de biens de consommation menées par ces hordes de sauvages. Le remède à cette crise est bien simple, et on l'entend tous les jours sur les ondes : L'AUGMENTATION DU POUVOIR d'ACHAT. Car, oui, le seul problème en France (j'ai failli écrire "dans ce pays"...) et c'est bien connu, c'est le problème du chômage et plus généralement les problèmes économiques.

23 juin 2008

En 1906 sous Emile Loubet

Je réponds à Hussard82 qui écrit avec une pointe de nostalgie : "Tout porte à croire, étant né après 1950 -et sans ce romantisme primaire que serions-nous- que nous avons loupé quelque chose de smart." Je lui demande d'être patiente et de ne pas croire à la thèse de Francis Fukuyama (excusez l'orthographe, je ne maîtrise pas bien les langues parlés de l'autre côté de la ligne des Vosges) selon laquelle l'Histoire serait terminée.

moustaches.jpgUn jeune homme romantique aurait pu se faire la même remarque en 1906 où la France coulait des jours heureux depuis près de 90 ans (mis à part les intermèdes lors des changements de régime mais qui n'affectaient pas le pays profond), où elle avait suivi scrupuleusement depuis près de 60 ans le conseil de Guizot "Enrichissez-vous !". Madame Loubet préparait les cartons de son mari qui allait bientôt laisser sa place à l'Elysée à Monsieur Fallières. Nos deux premiers chef d'Etat du 20è siècle sont tombés dans le plus profond oubli à l'inverse d'un Dreyfus qui catalisa probablement l'intérêt d'une France qui s'ennuyait et rêvait d'en découdre encore une fois. En 1906 donc, rien ne présageait du grand chambardement qui allait suivre, l'inauguration du théâtre des Champs-Elysées passionnait plus que la couleur des culottes des fantassins. Pourtant 10 ans plus tard la moustache de nos jeunes hommes communiquait avec celle des rats dans les tranchées comme une sorte de baiser de la mort. Après la guerre la France avait vécu, beaucoup de ceux qui rêvaient de gloire et d'aventures se retrouvaient dans plusieurs tombent à la fois, et les survivants restaient muets et tremblants devant l'horreur.

Il y a de fortes chances aujourd'hui que le futur nous présente notre époque comme un temps béni (ne tenons pas compte de la baisse provisoire du pouvoir d'achat qui réduit l'égalité des Français devant le renouvellement de l'écran plat). Quoi de plus sentencieux et maladroit qu'une prophétie péremptoire néanmoins l'Histoire a prouvé qu'à la paix succédait toujours la guerre. Alors profitons de vivre quelquechose de "smart", car nous le vivons - le présent a toujours l'air plus vulgaire que le passé - buvons du Guignolet ou du Picon avant de partir à la boucherie.

19 juin 2008

L'euro fort

J'ai un péché mignon, écouter les interventions des auditeurs le matin à la radio. Je sais ce n'est pas bien et dangereux pour la santé mentale. D'ailleurs si on n'y prend pas garde on a vite fait de casser son transistor. Je n'en arrive jamais à cette extrêmité car je connais la valeur de mon vrai poste de radio qui fonctionne avec une molette et non des touches de présélection.

radio.jpgCet appareil crache depuis hier des invectives contre l'équipe de France de football venant de smicards qui n'acceptent pas la défaite de footballeurs sous prétexte qu'ils ont des salaires d'émirs séoudiens. C'est curieux cette obligation qu'à la France de devoir gagner à tout prix. Qu'on se rassure cela ne concerne que le football. En fait le football est un monde complètement à part une anti-société moderne si l'on y regarde de bien près. Avec Polytechnique, Centrale et quelques autres écoles (Sciences-Po étant sorti du club) c'est le dernier endroit où la sélection sur le mérite prime. Personne non plus ne vient contester les mérites de la colonisation ni essayer d'imposer des quotas ou une quelconque discrimination positive. Le résultat d'un match fait foi, pas de rattrapage ou de "ils ont tous gagné". Malgré certaines attaques ou certaines fausses vertus que l'on essaie en vain de l'affubler, le football reste ce havre d'un ancien monde qui disparaît un peu chaque jour. C'est peut-être aussi cela qui fait son succès.

 

PS : Les footballeurs français sont peut-être trop payés mais en admettant que les Italiens le fussent plus, ne méritaient-ils pas la victoire ? 

18 juin 2008

Sur "les libertés"

Des gens très biens, propres sur eux, limés jusqu'au bout des ongles sont en train de réfléchir à une loi qui réglementerai le contenu des sites sur Internet. De quoi avoir des sueurs froides à l'idée qu'un nouveau pan de nos libertés soit asservi à la loi. Des lois confectionnées par des gens qui demain iront s'interroger sur la hauteur des phares dans l'union européenne. Sans parler d'une loi qui vise à favoriser le regroupement "capitalistique" des groupes de presse. En résumé il y a une menace claire sur la liberté d'expression.

balance.jpgOn pourrait presque se réjouir d'une situation qui nous permettra de mettre en oeuvre nos libertés et de les sentir physiquement sans ce petit goût de produit de grande consommation qu'elles ont dans la pax americana. Le hic c'est que les libertés semblent tomber comme un fruit mûr sans que personne ne s'en émeuve. Marx va finir par avoir raison plus qu'il ne le pensait, lui qui préconisait d'installer le communisme derrière une démocratie bourgeoise, en fait cette dernière se livre d'elle-même à l'utopie.

Ce sera une première dans l'Histoire moderne de se retrouve dans une pseudo-dictature sans qu'il y ait eu de coup d'Etat (exception faite du chancelier Adolf Hitler). Notre génération qui n'a pas eu sa guerre ni sa révolution aura son totalitarisme rampant. Ce sera le moment véritable de reconnaître les siens. Parler au futur est même déjà du passé car une grande partie des masques sont tombés. Ne reste plus qu'à compter les troupes avant de passer aux premières escarmouches.

Faites attention, sauvegardez vos notes de plus de trois mois car il est question dans la nouvelle loi que ces pages soient effacées...

13 juin 2008

Vive l'Irlande

trefle.jpgQuelle plus belle journée pour ouvrir ce blog et faire la nique à des gens de la "race" d'Alain Duhamel et consorts ? L'Irlande nous donne aujourd'hui un peu de courage dans cette Europe qui chaque jour glisse dangereusement sur la pente totalitaire. Néanmoins c'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle que ce NON des Irlandais au traité de Lisbonne. La bonne c'est qu'on ne se sent pas seul, les peuples sont avec nous. La mauvaise c'est que les élites gouvernantes n'écouteront plus le peuple, ils vont désormais s'engager sur leur route à 100 à l'heure sans plus regarder le paysage. Le passage en force, qui est à prévoir, va faire basculer l'Europe dans une zone de non-droit. Et comme il n'y aura pas de révolte populaire sur le champ, ces chers messieurs vont vite se rendre compte qu'ils sont au-dessus du droit. C'est ça la mauvaise nouvelle, une très mauvaise nouvelle en fait. Tous les nonistes de tous les pays vont le payer très cher !