Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 janvier 2009

L'axe Rhum-Berling

berling.jpgA propos de son engagement (qu’il soit professionnel ou idéologique) Charles Berling précise ne pas croire « qu’on puisse être acteur, avoir à ce point le droit à la parole, sans avoir du même coup la responsabilité de ce que l’on raconte […] Jean Moulin n’était pas un « préfet engagé », mais un préfet qui est allé au bout de ses idées. Robert Badinter n’est pas un « avocat engagé », c’est un bon avocat. J’essaie d’être un bon acteur »

Tout est dit. C'est un résumé de la gauche artistique dans son ensemble. Se servir de l'outil en question pour faire passer ses idées (d'où la disparition de l'art probablement mais c'est une autre histoire...). Le corollaire est que tout ceux qui ne font pas passer ces mêmes idées dans leur expression artistique sont des fachistes. Effectivement on a beau être tolérant mais on ne comprend/accepte pas que les autres puissent ne pas considérer l'art comme un vecteur de propagande. Alors comme ces autres ne sont pas au service du marxisme c'est qu'ils sont fachistes, CQFD. Il reste donc encore des gens qui pensent, au 21è siècle, comme en 1950 dans des sous-cellules du PC de la banlieue Nova Hutta...

 

28 janvier 2009

Coming in (2)

poing.jpg

J'ai trouvé cette image aujourd'hui sur un site de gauche. Je ne sais trop comment l'interprêter...

 

Roger, si tu nous regarde, je crois que demain tu vas passer une excellente journée !

Jeu

Quel est le point commun entre

Guillaume Musso,
François Pinault,
Al Gore et
Peter Crouch ?

 

Le gagnant du jeu se verra peut-être concéder un baiser donner par Mimi au cas où je gagnerais son concours.

 

27 janvier 2009

Coming in

oignon.jpgJe dois avouer devant la terre entière mes orientations sessuelles. Il y a quelques temps je n'aurais pas jugé opportun d'effectuer un tel travail sur moi-même passant par une révélation publico-sociétale. Aujourd'hui, l'heure est venu de me libérer de ce poids et de sortir de l'aliénation sociale qui voudrait que je sois coupable d'être ce que je suis.
Oui, je suis homo-sessuel. Je dois me l'avouer et l'avouer. C'est une manière d'être honnête avec la conscience qui m'anime. Je réfléchis beaucoup pour écrire tout ce blabla et j'ai comme un doute d'un seul coup. Etait-ce vraiment un homme avec qui j'ai... ? Hum... bon... faites comme si je n'avais rien dit je crois que je ne suis pas encore homo-sessuel...

 

23 janvier 2009

Code couleur

darty.jpgEn regardant un matin pour une fois les publicités dans le métro je me suis attardé sur une affiche de Darty. Je n'y avais jamais pensé mais d'un coup ça a fait "tilt". Le logo de Darty est une copie du drapeau allemand des années 30. Du drapeau de l'Allemagne nazi dessiné par Hitler en personne.

Je n'arrive pas à trouver de signification à cette remarque étant plus philosophe que psychologue. S'il y a un psychologue dans les parages (et il doit bien y en avoir avec toutes ces facs qui en produisent) peut-il éclairer ma lanterne sur ce point ? Cette note a-t-elle un intérêt ? Il vaut mieux aller voter pour le punk de l'année 2008 avant que 2009 n'influence trop ce vote qui ne doit pas porter sur les 23 premiers jours de cette année.

 

PS : On a le droit de dire "Y a bon", le MRAP a perdu son procès. Lui y en a perdu.

21 janvier 2009

21 janvier

Louis_XVI_et_Marie-Antoinette.jpg

20 janvier 2009

Traduction

Il y a deux types de traduction, la littérale et la bonne.

 

Yes we can.    Oui, nous pouvons.

ou

Yes we can.    Je vous ai compris.

 

Ça promet tout ça. Il y aura des larmes et du sang, et en plus la guerre !

 

Obanania

richelieu.jpgJe me souviens d'une époque - car quand vous êtes réactionnaire vous êtes vieux et le passé n'a pas de secrets pour vous - où la diplomatie française s'arrangeait pour faire en sorte qu'il se produise chez les autres l'inverse de ce que l'on souhaitait pour soi. Ainsi donc l'oeuvre magistrale de Richelieu avait été de morceler l'Allemagne en 350 états souverains. Mise à la Diète, on n'en a pratiquement plus entendu parler pendant 150 ans. Rebelote en 1919 lors du traité de Versailles où Clémenceau aurait eu ce bon mot envers le Reich de Bismarck (son oeuvre) : "et on leur foutra la république !" (Clémenceau était l'exemple type de celui qui voit clair chez les autres mais qui ne comprend rien chez lui. On rencontre souvent ces gens de nos jours. Ceux par exemple qui s'extasie devant les derviches tourneurs mais qui conchient le folklore breton, mais c'est un autre sujet...)

Tout cela pour dire que l'intérêt des uns n'est pas celui des autres. Si un internationaliste se réjouit de la prise du pouvoir d'un homme paré de toutes les vertus dans un pays tiers on peut être sûr qu'il sera le premier cocu. Il n'y a rien de plus dangereux que d'être aveuglé par ses idées ou ses convictions.

Tous ceux qui se réjouissent de l'élection de M. Obama à la tête des États-Unis d'Amérique sont des ânes au regard de l'histoire. On ne peut s'en réjouir en tant que Français que dans la mesure où il ne sera pas meilleur que le précédent président (que l'histoire, d'ailleurs, n'a pas encore jugé) à moins d'être maso, traître ou américanophile béat. Car M. Obama va devoir trancher dans le vif à l'heure où ses compatriotes broient du noir, et là, ce sera autre chose que les sourires dents-blanches ou les tapotis sur les têtes blondes.

 

19 janvier 2009

A un yuka près

bebe.jpgComme le métro de la ligne 13 fonctionne aussi bien que les bus de Marseille ou les camions-poubelles d'Orléans, il faut prendre son mal en patience et traiter tout cela par le mépris. On vaut quand même plus que cela !


J'écoutais parler les petits hommes oranges qui servent à fermer manuellement les portes automatiques des wagons aux heures de pointe. Ils avaient fini leur service laissant donc, dès lors, les portes automatiques se fermer seules, imperturbablement automatiques à l'inverse des antibiotiques. Ces petits hommes oranges, ces hommes de couleur devrais-je dire, parlaient entre eux. De quoi me direz-vous ? De nanas bien sûr ! Comme toujours lorsqu'on entend parler d'histoires d'amour dans le métro ça ressemble furieusement aux séries américaines, ça parle de romantisme et de dîner aux chandelles mais on est loin de Madame Bovary ou d'Henriette de Mortsauf. On est plutôt aux pages psychologies d'un mauvais magasine féminin (Y en a-t-il des bons ?). A proprement parler ça ne m'intéressait pas beaucoup mais une expression m'a ravi au plus au point : "ça m'a éclairci la lanterne". Quand on entend ce type de poésie on peut dire que la journée commence sous les meilleurs "hospices".
Il est remarquable depuis quelques temps que les expressions ou les proverbes sont sévèrement attaqués. La tendance actuelle est le mélange de plusieurs expressions.

Alors jouons :


Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.
Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain.

deviennent
Il ne faut pas jeter le bébé avant de l'avoir tué.

 

17 janvier 2009

Léché

che-argentin.jpgComment qualifier le film sur Ernesto Guevarra ? Négationniste ou révisionniste ?