Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 février 2009

Carême

Pensez-vous qu'aujourd'hui la religion Catholique aura les faveurs de Bertrand D. (F:., panier percé, G de LGBT) ? Si quelqu'un arrive à le prouver il sera un facteur de paix, d'amour et de tolérance.

 

ramadan.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PS : Expert Photoshop s'abstenir.

24 février 2009

Mardi gras

Au presbytère aussi c'est mardi gras ! Pour une fois on s'autorise quelques extras.

 

larcher.jpg

23 février 2009

Une affaire en or ! (2)

alaouak.gifEn cette période de morosité économique je ne résiste pas à l'idée d'émettre un second concept de développement fulgurant et de relance de l'économie. En effet j'avais déjà livré en pâture le projet de création d'une chaîne de charcuterie en Arabie Séoudite, projet toujours vierge de candidat malgré le libéralisme économique ambiant qui souffle aux quatre coins de la planète. Aujourd'hui je vous livre le second volet de cette expansion économique qui devrait assurer aux business angels qui voudraient bien m'avancer les fonds une croissance à 3 chiffres (minimum 100% pour les ceuces qui n'ont pas suivi les cours d'économie de seconde) : une chaîne de bar/lounge ! Canapés en cuir, champagne, climatisation, musique club et nappe vichy (oui, c'est très tendance là-bas). Ce pays est totalement dépourvu de ce genre d'établissement. Il y a un marché énorme ! On pourrait même créer de la synergie en proposant dans ces bars des assiettes de charcuterie.

 

20 février 2009

Wacisme

cesaire.jpgSous la pression populaire en Guadeloupe le gouvernement vient d'accéder aux revendications notamment celle portant sur la préférence guadeloupéenne. Personne n'est choqué en France, surtout pas le ministre des DOM-TOM (expression technocratique pour ne pas dire colonies) pour qui le respect des lois voire de la Constitution est une lubie de vieux cons imperméables au progrès. Seulement voilà, la Guadeloupe est un département français, c'est à dire que c'est la France (ça me rappelle quelquechose, n'est-ce pas Rachid ?... ça sent pas bon pour les Békés...) et donc qu'on y respecte les lois de la même manière que dans le Poitou. La préférence régionale ou départementale est donc une idée complètement farfelue. Mais admettons cette idée elle pourrait déboucher sur une jurisprudence intéressante.

Comment faire donc pour appliquer cette mesure, car on peut imaginer que les Guadeloupéens vont, en plus de signer ces bouts de papier, demander à ce qu'on les respecte ? D'un point de vue juridique il va falloir déterminer ce qu'est un Guadeloupéen. C'est là que le sport commence ! A ma connaissance on ne fait aucune mention de l'origine d'un citoyen sur sa carte d'identité. On pourrait prendre en compte le lieu de naissance. Oui, mais l'histoire récente prouve qu'on peut naître quelque part presque par hasard sans faire partie du peuple qui nous a laissé une petite place. Oublions donc le lieu de naissance qui ne garantit en rien de la pureté guadeloupéenne... Pour aller droit au but, y a-t-il d'autres critères que celui de la couleur de la peau et de la faculté à parler en remplaçant les "r" par des "w" (pwofitasyon, ce n'est pas moi qui le dit) ? On nage en plein racisme ! On pourrait à ce moment-là aller encore plus loin dans la guadeloupéanitude à l'instar de nos bobos qui ont toujours la faculté de distinguer clairement les situations dès lors qu'elles sont à l'étranger : laisser le pays aux premiers occupants. Hélas il n'y a plus d'autochtone dans ces îles, ils ont tous disparus. Ceux qui sont arrivés ensuite sont ceux qui sont descendus en premier des bateaux, les Blancs ! Donc la Guadeloupe aux Blancs ! CQFD


PS : démonstration valable aussi pour la Martinique mais pas pour Haïti où les Blancs ont été depuis longtemps foutus à la mer.

Speakers Academy

Pour animer vos anniversaires, communions, banquets, barmidzva ou que sais-je encore, nous vous avons sélectionné deux des plus éminents animateurs. Ils parlent français et anglais et sont tous deux capables de faire la lecture. Bernard-Henri (possède un château, a le sac) sera plutôt spécialisé dans la philosophie ou la recherche de la vérité, en somme il mène au fait (des mauvaises langues diront en fait il mène au somme). Quant à Jacques (F:., panier percé) il serait plutôt spécialisé dans le "future", la prophétisation, la prospective quoi. N'allez pas quand même lui demander les résultats du loto ni du tiercé, ce n'est pas sa spécialité du tout, il connait surtout les époques futures très lointaines, quand l'homme sera assez intelligent et développé pour se passer de ce genre de futilités.

 

Si vous souhaitez les contactez pour louer leurs services, c'est ici.

 

PS : Tenir compte des honoraires de ces messieurs : entre 12 500 et 50 000 euros (pour deux heures et selon la distance, tout déplacement trans-germanopratin sera majoré).

 

 

 

attali.JPG

 

 

bhl.jpg

 

 

 

 

 

 

19 février 2009

Par tiers

signes-conventionnels.jpgL'air est au tiers ces temps-ci. Pour soulager certains contribuables le ministre propose de leur supprimer le deuxième tiers provisionnel. Le président passe à la télé, il propose la règle des trois tiers, un tiers des bénéfices d'une entreprise pour l'investissement, le deuxième pour l'actionnariat et le dernier pour les salariés, en précisant toutefois qu'il peut y avoir des tiers plus gros que d'autres (pourquoi pas ? quand on est Frère numéro 1 on peut changer la valeur des parts égales...). Et il y a enfin l'actualité du service du contentieux de notre "tiers mondiste" national.

Est-ce un message subliminal des partisans d'Adolphe Thiers ? Diantre, même mon premier paragraphe est rédigé en trois points... Je vous propose donc le lancement d'une ancienne signalétique (dessin de Sennep) pour rationnaliser la vision de notre prochain.

 

18 février 2009

C'était mieux avant... quoique

pci.jpgIl y a en ce moment un grand débat sur l'Education dite nationale. Il parait que le niveau baisse et que les élèves d'aujourd'hui sont nuls en orthographe. C'est une querelle sans fin. Avec les chiffres de l'administration française on peut prouver tout et le contraire de tout.

Certains signes néanmoins nous montrent que notre système scolaire a quand même pris un sérieux coup dans l'aile. Aucun des nouveaux dictateurs qui s'installent ici ou là n'a de cursus universitaire français, ce qui n'était pas le cas dans la première partie du 20è siècle.

Les idées véhiculées par notre République seraient-elles démodées pour tenir une bonne dictature populaire, prolétarienne et heureuse ? Ou alors, et j'ouvre le débat, est-ce que nous ne savons pas encore voir les dictateurs modernes ? Ou plutôt, ne sommes-nous pas à l'avant-garde pour former les inquisiteurs de demain ?

 

Petit jeu avec la photo :

Parmi ces trois hommes présentés à une époque par certains, que nous connaissons tous, comme des parangons de vertu, de progrès, d'humanisme et de je ne sais quoi de "bien" encore, deux seulement ont été formés dans nos écoles. Sauriez-vous les retrouver et les nommer ?

17 février 2009

Avant le carême

vigilant.jpgOn nous vante souvent le régime sans sel, le régime sans sucre, le régime sans alcool. Grand bien fasse à tous ceux qui respectent ces régimes. Si on veut arriver en pleine santé jusqu'au jour de la mort il faut en passer par là. Les partisans de cet ascèse n'insiste pas assez sur, ou même passent sous silence, un autre régime, le régime sans beurre. Est-il tabou ?
Le beurre à haute dose est bien plus nocif que le pinard. La saturation en graisse arrive très vite, dès la première tartine de beurre. Ainsi dès la seconde rôtie le beurre devient superflu et commence à s'accumuler dans l'organisme en des endroits de stockage où l'on ne viendra plus le chercher. Il peut alimenter une certaine esthétique mais il n'en reste pas moins un poids pour le corps tout entier.
En cette période de vaches maigres où tout part à vau-l'eau, laissons aux veaux le lait, qu'ils en fassent leur beurre. Sus au beurre ! S'il y en a déjà chez vous, laisse-le au frigo ou posez-le sur la margelle de la fenêtre pour que les corbeaux viennent le picorer. Certes ce sera difficile de se passer de ces petits plaisirs : étaler une noix de beurre sur une tranche de pain ou la faire frire au fond d'une poêle jusqu'à devenir un beurre blanc. Pour la cuisson nous utiliserons des ersatz, ou rien du tout, l'entrecôte ou la côtelette de porc étant suffisamment grasses. Alors il en sera fini du corps en deuil.

 

16 février 2009

H&M

h&m.jpgA trop cirer les pompes on finit à la botte.

 

 

 


13 février 2009

La part des anges

partdesanges.jpgCe blog suinte le pinard par sa forme mais trop peu dans le fond. Il faut pourtant en dire quelques mots de temps en temps même s'il est risqué de lui plaquer trop de mots sur l'étiquette car comme chacun a trop tendance à l'oublier, avant tout il se boit.

 

Hier soir j'ai commis un petit sacrilège en m'arrêtant devant l'étagère des vins de mon familistère préféré. Tant qu'on peut, il est préférable d'acheter son jaja chez un jajatier sans quoi on risque de tomber sur un nanan de bas étage. Mais il arrive qu'on soit contraint, époque barbare, de l'acheter là où on se fournit également en détergent. Puissent ces cas de force majeur ne rester que des parenthèses ! D'ailleurs l'instant du choix est une torture, la même que devant les lessives, on sait qu'ils produiront tous le même effet et pourtant on prend quand même le temps d'essayer de trouver l'oiseau rare. D'emblée il faut éliminer les bordeaux, toujours trop tanniques et élevés de manière à donner un jus de bois qui flattera surtout le palais des sans-logis. Il s'entend qu'avant de commencer toute sélection on s'interdira, en bon Français soucieux de patriotisme économique, les vins étrangers. Profitons de notre époque qui indique encore la provenance sur les bouteilles. Éliminons aussi les cuvées star des supermarchés c'est à dire, en traduisant littéralement, les bouteilles avec des étoiles. Elles sont faciles à reconnaître, les étoiles sont gravées sur la bouteille - peut-être pour avertir les aveugles. Éliminons aussi les saumur-champigny soufrés comme en 15 à Ypres, les bourgogne trop chers, les crus bourgeois qui ont bronzé sous les lampes chauffantes des étages élevés et les bouteilles dont les royalties de l'étiquette stylisée ne laisse que peu de budget pour le produit.

 

Il nous reste une bouteille bien curieuse de l'étage inférieure, un vin rouge de Savoie à 15 francs (préparez-vous à compter comme avant). C'est la curiosité qui a mû cet achat. Si le coup en valait la chandelle je donnerai une suite à cet article sinon le vin rouge de Savoie de chez Prisunic sera bibenda non grata dans mon cellier.