Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 mai 2009

Ein reich, ein volk, ein parôleu

Je ne rate jamais les campagnes officielles à la télévision. Ce sont toujours de grands moments de cinéma, bien que moins ficelés que du temps de Goebbels. Ils donnent une impression de fraîcheur, un peu comme ces publicités que l'on voit au cinéma qui vantent l'opticien ou la boucherie d'à côté. On sent bien que le patron a voulu sa petite heure de gloire en se faisant filmer mais qu'il n'est pas fait pour ça. On se rend compte aussi qu'il n'est pas si simple de produire un bon son et une bonne lumière.

Mais avec le film qui va suivre on ne sait pas dans quelle dimension on se trouve. Est-ce de l'humour ? Y a-t-il une volonté de l'UMP de faire parler ses chefs à travers tous ses petits militants en mouvement ? On éprouve une sensation bien étrange et inquiétante. Imaginez que la bête immonde, Le Pen quoi, soit à la place de ce monsieur de l'UMP et que vous soyez un militant vigilant. Résultat ? On y est presque... à visage découvert maintenant ! Mais que la voix est douce...

 

 

 

 

29 mai 2009

Changement dans la continuité

immigrationpositive.jpgNotre méconnaissance de la vie était telle, que nous en étions à croire que boire avec une paille une de ces boissons jaunes ou vertes, le dos calé à un fauteuil de rotin à la terrasse d'un café, symbolisait la réussite. Et plus tard, nous nous crûmes sauvés le jour où nous eûmes assez d'argent pour commander un grand verre à un garçon en veste blanche. Nous réclamions partout des pailles et des grands verres, dans tous les bistrots. Mais soudain, le ridicule nous apparut et, comme les pauvres de naissance, nous eûmes honte. Schborn cachait sa peine sous de la colère :

- Quoi que nous fassions, nous serons toujours des pauvres ! Les autres peuvent manger avec un tube, ils seront toujours « décents » - un mot qui l'avait frappé. - Nous deux, on reste pauvres jusque dans nos sourires.

Jusque dans nos sourires. C'est même ce que les pauvres savent faire le moins bien : sourire.

- Nous savons même pas parler. Pas savoir parler, c'est la fin de tout. Il y avait trop d'étrangers chez nous. On saura jamais tout à fait la langue.

Dans notre ghetto, ils foisonnaient, les étrangers. Tous ces émigrés ne trouvaient pas, une fois sur place, le travail souhaité. Ou quelquefois, des entreprises les embauchaient en masse pour dévaloriser le prix du travail. Durs à la peine, ils travaillaient - les Polonais et les Italiens surtout - pour un salaire d'esclaves. Le même jour, sur les chantiers, les ouvriers indigènes leur tombaient dessus à coups de pierre en les insultant. Tous ces déracinés comprenaient mal la fureur des autres. Ils ripostaient et on les embarquait pour le Commissariat central en les sonnant durement.

Une année, il y eut un scandale. Une importante entreprise de la ville fit venir à ses frais trois cents sujets arméniens qu'elle employa deux ou trois mois dans ses usines pour dévaloriser les salaires. De graves échauffourées s'ensuivirent, qui obligèrent l'entreprise à réemployer les ouvriers d'origine. Avec désinvolture on licencia les cobayes arméniens. L'expérience faite, on n'avait plus besoin d'eux. Se trouvant en pays étranger, ils n'avaient aucune revendication à formuler. Ca, c'est la loi. Il ne leur restait plus qu'à crever de faim ou à voler. A trois cents, bien décidés, ils eussent pu mettre la ville à sac. C'eût été de la belle ouvrage. De celle qui porte tout à coup à réfléchir sur la condition de l'homme qui n'est tout de même pas un rat.

 

Extrait de Requiem des innocents, Louis Calaferte, 1952

 

28 mai 2009

Pas Sérieux

On ne serait pas un peu menteur au PS ?

On se targue de vouloir gouverner la France et on ment effrontément aux Français...

Plus qu'un mensonge c'est une trahison.

Heureusement que Jacquot a fait mettre dans la constitution que la peine de mort était abolie (y compris le poteau pour les traitres) !

Vous me direz que ce n'est qu'un bout de papier.

 

TractPS.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et la preuve du mensonge, venant d'une source que l'on ne peut pas qualifier de "maison".

http://www.humanite.fr/popup_imprimer.html?id_article=30665

20 mai 2009

La sublime porte

Projection dans le futur.

Le rapport de Monsieur Yazid Sabeg concernant le morcellement de la population en différents groupes ethniques ayant été adopté, il sera désormais possible à chaque membre d'une communauté de faire valoir ses droits. Ainsi les étudiants juifs ou les étudiants arabes pourraient demander une salle qui leur serait réservée.
Ca pourrait donner ceci par exemple sur la porte....

 

salle.gif

 

 

 

 

... ce qui pourrait porter à confusion et se retourner contre la volonté primitive* de ces bien-pensants.

 

* Avec cette histoire de musée des arts premiers on ne sait plus si on doit employer primitif ou premier.

19 mai 2009

Saints de glace

congelojpg.jpgRevenons à notre marronnier de l'an dernier, les bébés oubliés dans la voiture. Il y a quelques signes qui nous montrent que les journalistes attendent l'arrivée de l'été. En voilà un. C'est somme toute assez classique par les temps qui courent mais il y a une particularité à cette annonce. En effet on apprend dans l'article que la maman a placé un bébé dans le congélateur à la naissance mais qu'elle en a 4 autres dont 3 placés dans un foyer. Un dans la glace et trois dans le feu. Voilà une dame dont l'ascendant devait être radicalement opposé au signe zodiacal, car comment expliquer une telle disparité de traitement.


Les temps étant ce qu'ils sont, le réflexe premier de nos contemporains sera de la plaindre et de l'excuser eu égard à sa situation personnelle qui a dû être douloureuse dans une société qui essayait de lui garder la tête sous l'eau. Mais gare au deuxième réflexe conditionné de nos condecitoyens, le réflexe écologique. Cette dame sera vouée aux gémonies pour le coût-carbone du placement de son dernier enfant en cellule frigorifiée. Il ne faut pas s'ôter de l'esprit qu'un congélateur consomme beaucoup d'électricité et que dans l'état actuel des derniers Grenelle, il s'agit à plus de 99% d'énergie non-renouvelable.


On pourrait aussi s'apesantir sur le placement de trois de ses enfants dans un foyer et de son impact sur le réchauffement de la planète mais dans ce cas les calculs seraient beaucoup moins objectifs et encore sujets à caution dans la mesure où ils sont vivants et qu'ils n'est pas encore entré dans les mœurs de reprocher à quelqu'un de vivre parce qu'il a une emprunte écologique.

 

14 mai 2009

Il le val bien

fontetval.jpgLe Val c'est le métro de Lille. Pour Rimbaud c'est l'endroit où il y eu un dormeur et où il y aura encore quoiqu'en pensent nos pacifistes et hygiénistes de la vie. Un val peut aussi être l'espace entre deux petites collines, là où passe le pet...

Mais c'est surtout un Philippe, l'apôtre de la rébellion et de son corollaire actuel la bien-pensance. Un type qui autrefois était cul et chemise avec Font, tombé depuis pour pédophilie (il ne le connait plus dorénavant). Aujourd'hui il est toujours 68tard mais (pourquoi mais ?) patron et actionnaire à 40% de Charlie Hebdo, ce qui lui vaut 330 000 euros de dividendes par an. Puisqu'il n'est plus à une contradiction près il vient d'accepter la gamelle de la présidence de France Inter qui lui a été proposée par celui qui voulait détruire 68. Plus c'est gros plus ça passe comme aurait pu dire son ancien ami Font...

13 mai 2009

Etes-vous Juif ?

Vous voulez savoir si vous êtes Juif, si vous avez des raisons chromosomiques d'en vouloir à Ivan Demjanjuk* ?

Alors cliquez ici.

 

* Ivan Demjanjuk est cet Américain dont les autorités obamesques se sont débarrassé, eu égard à son activité entre mars et septembre 1943, au profit de l'Allemaghne qui, pour redorer son blason terni après 1945, va juger un homme de 89 ans sur des faits datant de 66 ans.

Si on en arrive à rechercher les gardiens des camps, qui ont certes une responsabilité, on peut taper dans le contingent de conducteurs de trains de la SNCF.