Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 septembre 2009

Vieux bougre

J'ai regardé 5 minutes la télé hier soir. Il y avait comme chaque soir Tadéi qui invitait une brochette de personnalités pour parler des vieux. Étaient assis l'un à côté de l'autre Pasqua et Siné, autant dire que la mayonnaise n'a pas pris du tout, c'est pourquoi je ne suis resté que 5 minutes. Mais Pasqua a eu le temps de sortir une vérité riche de sens. En gros ça donnait ceci : "on n'est pas vieux tant qu'on a toujours une faculté d'indignation sinon..." il sous-entendait "on est bon pour la casse".


A mon avis il n'a pas faux le bougre mais notre époque ne voit pas cela de la même manière. Pour elle ceux qui s'indignent sont des vieux cons et les autres vont dans le sens de l'histoire, ils sont modernes quoi. S'ils savaient que Pasqua pense qu'ils sont déjà morts...

 

25 septembre 2009

Responsable mais pas coupable

Je ne sais pas si quelqu'un l'aura déjà remarqué, le mot coupable de Kaposy n'est pas selon moi celui auquel on pense. Il y en a certainement tout une pelleté mais je n'ai entendu que la phrase dans laquelle il se voit reproché de parler de "coupables" alors qu'il ne s'agit, encore, que de simples "prévenus". La phrase commence par "deux juges indépendants...". C'est là que réside le véritable scandale, que le président du syndicat de la magistrature ne se rende pas compte de l'énormité pléonasmique qu'il vient de prononcer. Y aurait-il des juges qui ne seraient pas indépendants ? M. Kaposy pourrait-il nous en dire plus à ce sujet ?

 

NB : Au nom de la séparation des pouvoirs, chère à nos républicains, le chef de l'Etat est aussi chef de la justice. Il n'y a que la direction du Parlement-godillot qui lui échappe...

 

24 septembre 2009

La grande peur

Ce qu'il y a de bien à notre époque c'est que tout compte fait on peut se permettre pas mal de chose sans trop attirer l'attention des cerbères de la bien-pensance. Tout un tas de gens sont vigilants, prêts à dégainer dès qu'il y a suspicion de racisme, d'antisémitisme ou de mal-traitance des clébards. Mais quelle est la formation de ces cadors ? Quelle est leur culture ? Je ne vous donne pas la réponse, je vous laisse la trouver et vais vous donner un exemple pour illustrer mon propos.


Ainsi il est parfaitement possible à la Bang Bang aéronautique, dans un univers de bac+5, de passer pour quelqu'un ayant 0 faute au test de tolérance et de déposer en toute quiétude quelque brulot antisémite sur son bureau sans éveiller l'attention de qui que ce soit. C'est ce que je fais depuis une semaine en lisant dans le métro un poche dont l'auteur fait l'apologie d'Édouard Drumont et de la lutte antisémite qui sévit tout au long de la IIIème république. Arrivé au boulot ce livre trône sur mon bureau. Un seul type m'a posé une question mais il se trouve qu'il ne connaissait pas l'auteur, qui pourtant est tellement connu que son prénom ne figure même pas sur la couverture.