Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 novembre 2009

C'était mieux avant (VI)

vieux_bus.jpgJ'ai pris le bus il n'y a pas longtemps et cela faisait un bon bout que je ne l'avais pas pris. Je crois que ça remonte au temps où le 48 partait de la porte de Vanves, c'est dire que ça fait presque 15 ans. C'était le temps où les banquettes étaient encore en sky orange. Je ne vais pas m'attarder sur le confort  de l'assise car chacun sait, y compris le plus progressiste des crétins, que c'était mieux avant sur ce point-là. Mon bref passage dans ces nouveaux bus m'a permis de comprendre que le c'était-mieux-avant portait surtout sur la boîte de vitesse. N'ayez crainte, ça ne sera pas trop technique.

 

Ces nouveaux bus disposent apparemment d'une boîte de vitesse hydraulique et automatique, donc les vitesses passent très vite et l'à-coup est brusque, la mécanique n'a pas le temps de respirer et de prévenir l'usager en lui disant "attention, je vais changer de vitesse, il va y avoir une petite secousse, alors tiens-toi sinon tu vas valser". Autrefois c'était tout le contraire avec nos anciens bus à boîte de vitesse semi-automatique (souvenez-vous du petit boitier carré avec mini-levier à portée de la main droite du chauffeur). Au moment d'un changement de vitesse on entendait d'abord le moteur baisser en régime, c'était le signal devenu inconscient pour se tenir en vue d'un changement de vitesse. La reprise était plus brusque, certes, mais elle était anticipée. Il était rare de voir quelqu'un en difficulté sur l'arrière des chaussures en priant pour qu'il y ait un petit ralentissement qui le remettrait d'aplomb.

 

Tout cela a disparu, les machines ne prennent même plus le temps de nous parler, de vivre, de respirer, de se faire comprendre.

 

Commentaires

C'était surtout mieux au temps du bus à plate-forme arrière, non ? Avec le plancher en bois, le receveur accroché à sa chaîne... C'est dans "Flic-story", je crois, que Trintignant court après le bus et remonde dedans ? Avec les bus actuels, impossible !

Écrit par : Marcoroz | 14 novembre 2009

Oui, c'est vrai, vous avez raison mais je ne me suis penché que sur la question de la boîte de vitesse. Ça permet d'apporter un argument technique et de ne pas passer inutilement pour un vieux con...

Écrit par : Paul | 16 novembre 2009

Je l'avais remarqué, mais je ne savais pas que c'était à cause de la boîte de vitesse, en tous cas dans le bus on a désormais l'impression d'être dans un jeu de quilles, il faut des machinistes avec beaucoup de doigté pour les opérer, çà n'est pas donné à tout le monde.
Mais il y a encore plus étrange : le Corail.
Ouais, le Corail.
Vous avez déjà eu le mal de mer en train, vous , (mis à part le tgv qui me fait à peu prés le même effet que les Citroën, autant dire que je sors du voyage en flageolant sur mes jambes, bien heureux de ne pas avoir dégueulé mes tripes), moi , non, du moins pas dans les anciens Corail (vous savez, les vieux wagons à compartiments en skaï vert dégueulis qui ont disparu il y a une 20aine d'années), mais dans les nouveaux, mal de coeur systématique, est-ce la suspension des nouveaux wagons? ou la technique "pendulaire"? j'aimerais bien savoir....

Écrit par : tovaritch | 30 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.