Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 janvier 2010

Une bouse

"La France a aussi un nouveau visage et il ressemble étrangement au mien et il faut que ça rentre dans les cerveaux"
Jamel Debbouze

"nouveau visage"
Doit-on comprendre qu'avant, la France avait un ancien visage qui était un peu plus immaculé ? Qu'avant, nonobstant tout ce qu'on nous serine depuis des lustres comme quoi la France a toujours été une terre d'accueil, la France bénéficiait d'une certaine homogénéité de sa population ?

"étrangement au mien"
Doit-on comprendre qu'il y a maintenant tellement d'Arabes en France qu'on peut dire qu'ils font partie de son identité ? Nous aurait-on menti quand nos doctes édiles affirmaient que les chiffres de l'immigration avancés par le Front National était faux et que l'immigration n'était pas une menace ?




28 janvier 2010

Photo cochonne (3)

boudin_noir.JPG

27 janvier 2010

Coup de torchon

libé.jpgComment prouver qu'un journal est un torchon ? Ou encore comment prouver que le dit-journal n'applique ses "thèses" que dans certains cas précis, quand ça l'arrange en somme ? Vous penserez certainement qu'il est très difficile d'atteindre une rigueur intellectuelle irréprochable. Certes ! Mais parfois ça frise la malhonnêteté, d'où le qualificatif de "torchon".

Prenons au hasard le journal Libération et un sujet aussi consensuel (pour sa rédaction) que la peine de mort. Évidemment tous les libérationneurs sont contre la peine de mort, et c'est à leur honneur (je suis personnellement contre sauf dans le cas de haute-trahison). Prenons ensuite au hasard deux cas d'individus condamnés à la peine de mort et regardons le traitement qu'en fait le journal sus-nommé.


1. le cas de Wesley Cook, alias Mumia Abou Jamal, condamné à mort pour meurtre
http://www.liberation.fr/monde/010131666-la-fausse-victoire-de-mumia-abou-jamal

2. le cas de Ali Hassan al-Majid, dit Ali le chimiste, condamné à mort pour de multiples raisons notamment le gazage de 5000 kurdes
http://www.liberation.fr/monde/0101615601-ali-le-chimique-a-ete-pendu

La comparaison est immédiate. Dans le cas 1 il est fait état d'une opposition à la peine de mort. Dans le cas 2 la peine est commentée de façon laconique sans référence à une quelconque opposition envers le procédé. Deux poids deux mesures, comme d'habitude. Ali le chimiste était un pur salopard, personne n'en doute, mais il aurait pu avoir droit aux mêmes égards que n'importe quel condamné à mort dans un pays étranger. On remarquera que l'article n'est pas signé alors qu'il l'est dans le cas du camarade Mumia.

On en déduit, et on pouvait s'en douter, que Libération est un canard qui pratique la géométrie variable (non euclidienne donc). Contre la peine de mort, mais plutôt pour quand ce sont des méchants et que tout le monde en convient. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'on sait où il aurait été en 1940 mais presque... (attaque de bas-niveau mais on s'adapte à sa cible)

 

26 janvier 2010

Faire une huile

Il y a plusieurs méthodes pour sélectionner une élite. On peut essayer d'en dresser une liste sans être exhaustif.

La méthode marxiste
On choisit un type de population qu'on appellera alors "classe". Cette classe sera comme par enchantement considérée comme l'élite. On ne cherchera pas alors instituer un quelconque critère de qualité, c'est l'origine qui sera le garant.

La méthode soviétique
A base de la méthode marxiste il arrive qu'on n'arrive pas aux résultats escomptés alors on s'efforcera d'y arriver par la force ou en modifiant les règles de sorte qu'elles soient favorables au résultat voulu.

La méthode naturelle
On place tous les postulants, y compris les infirmes et les scrofuleux, sur la même ligne de départ. Les premiers arrivés deviennent l'élite, les
autres n'en font pas partie...

La méthode mafieuse
Basée sur le respect de l'autre. C'est à dire qu'on est chef en proportion du respect que l'on impose à l'autre. La méthode pour imposer le respect est fort simple et supporte peu la contradiction, c'est la force, elle-même subordonnée au calibre du flingue.

La méthode raciste ou racialiste
cf la méthode marxiste

La méthode héréditaire
On peut utiliser pour commencer n'importe laquelle des autres méthodes ensuite il faudra l'abroger ou la contourner afin que les places reviennent aux descendants (filiaux ou intellectuels).

La méthode démocratique pure
Les différentes élites sont choisis par leurs semblables. La méthode de désignation importe peu du moment qu'il n'y a pas de protestation.

La méthode militaire
A la faveur d'une démonstration de force il s'opère une redistribution des places selon le bon vouloir des nouveaux puissants. A la différence de la méthode mafieuse celle-ci s'effectue dans un cerain ordre sur un fond politique et non économique.

La méthode révolutionnaire ou dite de substitution
Sous le prétexte d'un changement idéologique ou d'un mouvement révolutionnaire, ceux qui veulent le pouvoir étripent ceux qui le détiennent puis prennent leur place.

La méthode dite du sabordage
Il arrive qu'une élite, lassée par ses offices, rendent le pouvoir et le donne à qui veut.

 

13 janvier 2010

Papa cé profet

C'est malheureux ce qui arrive en Haïti mais tout cela était prévisible, avait été annoncé par Papa Doc. Que voulez-vous, les peuples ne tiennent jamais compte des avertissements !

Je vais de ce pas placer dans ma scala natura le duvaliérisme un cran au-dessus du vaudou.

 

Avec Duvalier, cé construction
Sans Duvalier, cé démolition
Avec Duvalier, Haïti promu
Sans Duvalier, Haïti foutu...


Pour rappel

 

Photo cochonne (2)

cochonne2.jpg

12 janvier 2010

Jusqu'à Lagarde

J'apprends ce matin en me levant que notre bon ministre des finances a décidé de taxer les bonus des traders. Pas encore opérationnel à 100%, je me dis chouette, Don Salluste se prend pour Robin des Bois. Complètement réveillé je me rends compte de la volonté du ministre : imposer les revenus des traders pour la seule année 2009. Y a-t-il eu un vote au Parlement comme c'est la tradition dans les états de droit (y compris sous la monarchie française) ? Apparemment pas ! En plus cet escroquerie est rétroactive, d'ordinaire on expose la règle avant la partie.


Hier je stigmatisais les paroles du successeur de Tonton qui s'apparentaient plus à celle du Parrain, aujourd'hui on a la preuve par les actes, une entreprise de racket à ciel ouvert. Quand je pense au juge Falcon qui disait qu'en Italie l'État luttait contre la mafia alors qu'en France la mafia c'était l'État...

 

Il faut toujours se méfier des gens qui ne boivent pas de pinard.

 

11 janvier 2010

Total respect

sarkomenace.jpg"J’attends des résultats concrets et rapide. Si on les a, le dialogue suffira. Si on ne les a pas, il faudra utiliser un autre moyen."


Voilà quelle est la conception du dialogue du Parrain de la 5ème république. Le dialogue, tel que défini par le grand Kapo, ressemble farouchement à celui des sauvages de banlieue ainsi qu'à leur définition du "respect". Dialogue et respect sont des valeurs qui n'ont cours qu'un calibre de 7.65 à la main.

 

Les directeurs des grandes écoles n'ont qu'à bien se tenir le grand caïd se permet le luxe de les menacer physiquement devant la France entière (car dans ma France à moi après la parole il y a le bourre-pif).


Il faut se dire dorénavant que tout auto-démocrate est quelqu'un qui dans sa bouche crache la vertu et dans sa main tient un revolver. Va-t-il tirer ? Cela va sans dire.

 

08 janvier 2010

Du recrutement

A Saint-Louis, au Sénégal, il est une institution qui a traversé les époques : l'esclavage, la colonisation, la décolonisation. Mais elle est menacée aujourd'hui, à l'heure de la déréglementation, par les investisseurs étrangers qui veulent en quelque sorte délocaliser leur industrie. Ainsi le Chabanègre, célèbre bordel de la ville sus-nommée, vient de passer aux mains d'un des noceurs les plus en vue de la place marécageuse de Paris, un certain Jean-Xavier, qui souhaiterait changer l'orientation de cette petite affaire. Finie l'abattage sur fond de couleur locale, trop rétrograde, le but du nouveau propriétaire est de faire venir le touriste occidental désireux d'élargir son cercle... d'amis.


La tenancière, Madame Soumana, soutenue par toute la pègre locale, ne l'entend pas de cette oreille, elle est attachée à une certaine façon de faire. Au Sénégal on sait ce que c'est qu'un missionnaire, ça n'implique jamais qu'un homme à la fois. Elle aurait ainsi déclaré, à propos du recrutement de ses pensionnaires :


"Eh bien désolée, on choisira la femme ou on choisira la personne venant de... Autre chose que le mâle blanc, pour être clair."

 

07 janvier 2010

Recette - Boudin auvergnat

boudin.jpgPour 6 litres de sang :
1 kilo de panne, 1 livre de lard gras,
2 kilos d'oignons,
175 grammes de sel,
10 grammes de poivre en poudre,
10 grammes de poivre en poudre quatre épices,
1 litre de lait.
Coupez lard et panne en petits cubes, faites cuire au coin du feu.
Ajoutez les oignons émincés, laissez cuire sans dorer, ajoutez le lait, puis le sang et les assaisonnements.
Entonnez en intercalant les lamelles de lard et faites cuire trois quarts d'heure à eau frémissante.
Retirez du feu, roulez sur une claie et graissez les boudins avec un chiffon imprégné de graisse fondue.