Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 avril 2010

Francophonie

Il y a quelques temps j'ai regardé une émission très tardive sur la francophonie. Ça se passait au Canada, on prenait le pouls de la langue de Rivarol chez nos cousins d'Amérique. Comme ça commençait tard on a tout de suite commencé par régler le cas des Québécois. Ils sont gentils, parlent avec un accent, se font un peu traiter comme des Nègres par les Anglophones, rien que des banalités pour récompenser ceux qui devaient aller rapidement se coucher. Mais au bout d'une demi-heure le producteur s'est dit qu'on pouvait attaquer le sérieux, entre courageux des émissions très tardives. On s'est donc retrouvé dans le Nunavut, un État du grand Nord, la francophonie par -10°C en été en plein soleil à midi. Ça vous montre déjà que nos brillants ancêtres ne sont pas allés qu'en Guadeloupe ou au Sénégal se dorer la pilule. Et là on s'est retrouvé avec les Esquimaux, pas ceux qui ont un bâton dans le cul mais ceux qui bouffent du phoque. On interroge un vieux sur ses coutumes, ses traditions, savoir si le Français ne lui avait pas voler sa diversité. J'ai commencé à avoir des velléités de zapping car je ne pratique plus l'auto-flagellation depuis Vatican II. Je reste pour entendre la réponse car le bon sauvage a souvent plus de bon sens que Rousseau. Effectivement le vieux nous raconte dans sa langue que tout va bien pour eux, qu'ils ont su garder leurs traditions d'avant l'arrivée des Français et ce grâce à la tradition orale. Pour preuve il nous chante un chant traditionnel des Esquimaux du Nunavut :
"Il était un petit navire
il était un petit navire
qui n'avait ja ja..."

27 avril 2010

A voile et à vapeur ?

Le jour où on dépénalise l'adultère on légalise par voie de conséquence la polygamie. C'est d'une logique implacable et c'est ce qui s'est passé en France. Tout allait très bien madame la marquise tant qu'on avait des maitresses "à la papa". On les cachait, on ne s'en vantait pas, on allait pas se marier avec elle et surtout pas dans la réserve d'une boucherie de banlieue. On jouait sur l'hypocrisie et si parfois un lardon pointait le bout de son nez il fallait assumer, c'était le jeu.


Tout ça est bien fini. Des gens sont venus d'outre-méditerranée avec leurs mœurs d'avant la colonisation. En gros ils sont venus tels des éleveurs de chèvres du VIIIè siècle. Ne demandez pas aux Français ce qu'ils pensent du VIIIè siècle, pour eux c'est une époque crasseuse habitée par des débiles sanguinaires... Alors ces messieurs viennent avec leurs mœurs et les appliquent aux nôtres, forcément ça ne va plus. Et en plus ils se foutent de nous en disant que les femmes numéros 2, 3 et 4 sont des maîtresses comme nous quand on faisait ça "à la papa".


Comme il est de coutume dans une dissertation sciences-pipoteuse ou descoigneuse ouvrons le débat. La polygamie a pour conséquence, quand les hommes ont de 2 à 4 femmes, que de 50% à 75% des hommes se retrouvent le bec dans l'eau. Quid de ces hommes ? Ne seraient-ils pas homosexuels ou pédophiles ? C'est une question qu'on est en droit de se poser puisqu'il parait que le célibat entraine la pédophilie.

 

16 avril 2010

Beaten or not beaten

Il y a deux catégories de gens sur terre, ceux qui pensent qu'il y a deux catégories de gens et les autres... On pourrait aussi définir une autre partition, plus en rapport avec l'actualité grenobloise. Il y a ceux qui voudront avoir une cigarette sur eux, même non-fumeurs, afin de pouvoir l'offrir aux membres d'une bande de dégénérés qui vous la "demandent". Et il y a ceux qui préfèreront avoir dans leur poche, à côté du paquet de cigarette, un bel objet muni d'un manche destiné à faire patienter les sauvages le temps que les forces de l'ordre apparaissent et emmènent tout ce beau monde au trou.

 

15 avril 2010

Pour 100 milliards t'as plus rien

La France dépense 100 milliards d'euros par an pour l'éducation dite nationale, ce qui en fait, et de loin, le plus gros poste budgétaire (7% du PIB, pour les spécialistes). Pour ceux qui disent que pour qu'il y ait une bonne éducation il faut qu'il y ait "plus de moyens" ce sont déjà des chiffres encourageants qui sembleraient accréditer la thèse selon laquelle notre système éducatif est déjà bon (voire "assez bon" pour reprendre la prose sondagière).

Si en plus vous avez remarqué que la télé française fait régulièrement son devoir de mémoire en proposant des films, des séries, des reportages sur les victimes de la Seconde Guerre mondiale, vous serez probablement en droit de penser que nos chers concitoyens sont au jus sur pas mal de sujets liés à l'Allemagne, aux Juifs, à la déportation.

Il y a quelques jours j'étais encore de ceux qui pensait cela mais je me trompais. Sur le moment ça m'a fait de la peine pour tous ceux qui rabâchent en permanence en vendant de la repentance, de la mémoire ou du souvenir. Tout ça pour rien ! Ce moment décisif c'était au bureau quand une discussion sur l'Allemagne est venue sur le tapis. Un collègue ne se souvenait plus du nom de l'Allemagne d'avant guerre (bizarre comme question déjà...). Je voyais bien ce qu'il cherchait alors je lui ai dit "l'Allemagne nazi". Il ne semblait pas satisfait. "Oui mais le nom du parti, de l'idéologie ?" "Le national-socialisme" lui répondis-je tout à trac. C'était bien ça qu'il cherchait. Dans la foulée un autre se manifeste en disant "oh, ça me rappelle des souvenirs ça, c'est trop loin dans ma mémoire !" Voilà où on en est chez mes collaborateurs qui ont éclusé toutes les classes jusqu'au bac puis les bancs de la fac. Ça nous promet encore de longs stages de propagande rééducative.

14 avril 2010

Say NO to say YES

Dans cet interviouve Alain Minc reconnait qu'il est un con et que Paul Debedeux est très loin de l'être. On parle bien sûr du référendum sur le quinquennat. Au cas où vous l'auriez oublié il y a eu un vote à ce propos il y a quelques années. De mémoire en gros 75% d'abstention et 75% pour le oui. Ce qui fait que votre serviteur se trouve être dans les 6% les plus intelligents de France selon Alain Minc (6 = ((100-75)/100)*((100-75)/100)*100).


Si vous voulez un conseil pour être dans le paquet de ceux qui ont toujours raison dans notre société post-moderne c'est très simple il suffit de toujours dire "non".

 

12 avril 2010

Français malmené

Prenez une phrase au hasard et situez-là à deux moments différents.

Prenons par exemple :
"Les distributeurs ont été pris d'assaut."
1. Nous sommes le 1er janvier 2002 à Berlin au moment du passage à l'euro où plein de valeureux citoyens se sont rués sur les distributeurs pour être les premiers à retirer des euros.
2. Nous sommes ces jours derniers  en Seine-Saint-Denis.
Vous constaterez aisément que le sens de la phrase n'est pas tout à fait le même.

Deuxième exemple :
"L'iPhone explose."
1. Nous sommes il y a un an au moment où tous les valeureux citoyens achètent ce joujou.
2. Nous sommes un peu après au moment où quelques uns de ces petits appareils explosent au sens propre.
Vous constaterez aisément que le sens de la phrase n'est pas tout à fait le même.

Troisième exemple (en forme de synthèse) :
"La prise d'assaut des distributeurs a explosé."
Pas moyen de trouver 4 sens à cette phrase mais seulement deux, avec un indice quant au mode opératoire utilisé pour le cas du braquage.

Conseil :
Amusez-vous à écouter la télé ou la radio en donnant leur vrai sens aux mots. Vous verrez c'est très drôle.

 

09 avril 2010

Préfet de Vendée

rase-gratis.gif

08 avril 2010

Métissage chez les Métis

"(...) Chacun arbore le ruban rouge antisida épinglé sur la poitrine. L'espace d'un instant, on aurait pu se croire à Paris, Londres ou New York.

Ce fut un concert de genres mariés, d'osmoses, de synthèses et de métissages d'inspiration. A la tradition drapée de châles, de voiles, de pantalons bouffants, de tuniques brodées d'or ou de coiffes à turban se sont mêlées des fulgurances très osées.

Il y avait des épaules nues, des dos dévoilés, des ventres à l'air et des jupes au ras des cuisses. Les thèmes s'affichaient sans ambiguïté : "Essence de l'attraction", "Red Hot", "Transgression", "Love Affair", "Dépression chic", "Fusion", "Fantaisie aphrodisiaque et bohème", "Perles et caviar". (...)"


Cette perle nous est offerte par un journaliste arrivé à pleine maturité du journal Le Monde (quotidien du soir), Frédéric Bobin qu'on surnomme dans le métier "bobinard" vu qu'il est à la fois bon client, maque, serveur de soussoupe (cf Boudard), qu'il regarde les filles marcher sur un podium, qu'il mette la nudité comme apogée de la civilisation etc.

 

07 avril 2010

Un peu d'histoire (1)

Nous sommes en 1938 Sir Winston Churchill est sur la route d'Aix-les-bains où il doit aller prendre les eaux. Un léger sur-poids l'oblige à retourner régulièrement dans cette petite station des Alpes où l'air est frais et la soupe maigre. Voulant mettre à profit au maximum cette cure thermale notre bon Lord charge la mule en passant par la Bourgogne qui, il faut bien le concéder, est pile sur la route en venant de Londres. Après une traversée à la vitesse d'un fantassin essoufflé de la côte de nuits Churchill arrive enfin à Beaune avant d'attaquer la côte éponyme, deuxième difficulté du parcours.

 

Nous sommes le 30 septembre dans une cave, la dégustation bat son plein, un nouveau vin est servi alors que le maître de chais allume une TSF pour une raison que l'histoire n'a pas retenue. Les informations annoncent la signature des accords de Munich, point culminant à l'époque du vivre-ensemble et du principe de précaution. Churchill, qui parle un français aussi pure que les malts de ses whiskys quotidiens, entrave immediatly ouate apeunse et lâche un mémorable, et marqué d'une pointe d'accent tamisé : "Il est givré Chamberlain !" La déformation linguistique agit instantanément dans l'oreille poilue de notre bon bourguignon maître de chais, il reçoit le nom qu'il cherchait pour son nouveau vin "Gevrey chambertin".

 

Voilà l'histoire de ce vin de Bourgogne, mais elle ne s'arrête pas là chers béotiens. L'Histoire a retenu que la résistance de Churchill avait pris sa source à Beaune qui avec Londres et Munich dessine un V sur la carte, le V de la prochaine victoire dès lors attendue par Churchill. On retint ce moment sous le nom de "l'haruspice de Beaune".

 

 

NB : Pour montrer leur totale soumission aux alliés, leur acceptation de la défaite une bonne fois pour toutes et rappeler symboliquement le début de la résistance de Churchill à l'ordre établi par la force, les Allemands de RFA firent de Bönn leur nouvelle capitale fédérale.

 

06 avril 2010

Journaleux

france2.jpgSamedi dernier je m'apprête à aller à la veillée pascale - oui, je suis catholique dans le privé - je suis branché sur France 2 pour suivre la météo "de Tania Young". C'est important pour la chasse aux oeufs. A la fin on nous envoie l'éphéméride, c'est là que ça se gâte. "Demain, dimanche 4 avril, dimanche des Rameaux", écrit et prononcé.

Comment est-ce possible ? Où peut-on trouver un calendrier indiquant les Rameaux le jour de Pâques ? Le cas est strictement improbable voire impossible. Il n'y a qu'une conclusion à tirer, nous sommes en présence d'une parfaite malveillance.