Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mai 2010

Intelligence :appel d'offre

J'ai écouté Zemmour chez FranchCarcan. Il était invité à une conférence à l'Edhec, école de commerce prétendument de haut niveau. Le niveau des étudiants qui l'interrogeaient était affligeant, alors qu'on pouvait pensé qu'ils avaient choisi les meilleurs pour l'interroger. La video est un peu longue (1h30) mais vaut largement l'écoute. Ces futurs élites ne font pas la différence entre leurs rêves et la réalité à tel point que Zemmour ne cesse de les comparer à des petits apparatchiks de l'Union soviétique. Le pauvre, il est dépité par leur ignorance crasse et le fait bien montrer.

Me vient une petite réflexion qui s'accorde me semble-t-il très bien à notre époque capitaliste, libérale et décérébrée : grâce à la loi de l'offre et de la demande on peut acheter aujourd'hui de l'intelligence pour pas cher...

06 mai 2010

Pour les Belges y en a plus

La Belgique, que tout le monde croyait être un pays, n'en est plus tout à fait un. Elle est coupée en deux. Il y a d'un côté les Flamands, de langue néerlandaise et d'allure teutone, et de l'autre les Wallons, francophones, arrogants, chômeurs et "divers". Le plus difficile dans ce pays est de former un gouvernement car les deux parties ont du mal à se parler. En ce moment par exemple il n'y a pas de 1er ministre.

Bruxelles a deux particularités, elle est francophone mais se trouve en zone flamande, et elle est aussi la capitale de l'Europe. La Belgique est un royaume, ce qui veut dire qu'elle a un roi. L'Europe est ... n'est pas un royaume donc elle a un président, et il se trouve que celui-ci est Belge et qu'il fut 1er ministre de Belgique il y a peu, à un moment où Flamands et Wallons avaient reposé la hache de guerre.

Résumons-nous. La Belgique a un roi mais pas 1er ministre, l'Europe n'a pas de roi mais un président belge. Ce n'est pas si compliqué à comprendre de ce côté de l'Atlantique mais je peux vous garantir que dans le Nevada on y comprend peau de balle. Là où ça se corse c'est en arrivant sur le terrain de l'euro. Plus personne n'y comprend quelque chose pas même les eurocrates qui sont en ce moment même dans les églises à brûler des cierges pour la survie de cette monnaie de singe.