Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 janvier 2011

Plus de sous

Il y a quelques jours j'ai glané une expression à la sortie d'un ministère. L'endroit était peu probable pour recueillir cette perle qu'est "ça m'a coûté 3 francs six sous". Il est donc probable qu'elle fût utilisée dans un cadre privé. Il ne vous aura pas échappé non plus que le traité de Maastricht n'avait pas prévu de la réactualiser. On dit donc toujours "3 francs six sous" alors que le franc a déjà, hélas mais momentanément, depuis presque 9 ans disparu. Quant aux sous ils me font inexorablement penser à mon arrière grand-mère qui acheta son permis de conduire en 1914 et qui employait cette monnaie alors qu'elle ne tintait plus dans les porte-monnaie depuis plus de 100 ans.
Rappelons à nos chers lecteurs qu'1 sou valait 5 centimes donc 3 francs six sous valaient 3 francs et 30 centimes (anciens...), ce qui fait en euro environ 0,5 centimes* (ou cents pour les plus modernes), ce qui justifie bien le sens de l'expression malgré l'extraordinaire puissance de l'euro face au dollar.

La semaine prochaine je m'attaquerai à une autre locution, glanée cette fois dans un bistrot : "on est chez nous quand même !" Outre la faute de français qui rappelle le "on les aura !", autre expression fautive d'un général qui devait devenir chef de l'État**, l'auteur s'efforcera de définir qui est "on", qui est "nous" et où est "chez".

 

* On remarquera au passage qu'il est désormais physiquement impossible de payer un article 3 francs six sous. Il faudrait avoir recours à un mode de paiement électronique moderne.

** Un général qui devient aussi maréchal mais n'était pas Mac-Mahon.


Commentaires

Si vous commencez à citez les Académiciens qui font des fautes de français, ne vous étonnez pas que le pays parte à la dérive.

Le sou, lui est mort avec Poincaré qui a mis la pièce de cinq francs à vingt sous, car le sou ne se dévalue pas!

Écrit par : NAIF | 03 janvier 2011

"la pièce de cinq francs à vingt sous"
ah non ! la pièce de 5 francs en alu, celle qui avait été frappée pendant "lesheureslesplussombresdenotrehistoire" mais que l'on trouvait encore communément dans les années 60, c'était 100 sous ;) enfin c'est comme ça que la nommait ma grand-mère :"tiens voilà cent sous et va t'acheter des bonbons ".
Ce qui était de sa part, il faut l'avouer une erreur, mais ça prouve que le sou a la vie dure.

Écrit par : Paul-Emic | 04 janvier 2011

Oui mais notre ami Naïf faisait allusion à la dévaluation de Poincaré j'imagine. Il est clair que 100 sous font 5 francs comme 2 et 2 font 4 !

Écrit par : Paul | 05 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.