Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 janvier 2011

Donne un nom à ta révolte

La révolution en Tunisie c'est le jasmin. Si ça continue on aura :
l'uranium pour le Niger,
le diamant pour l'Afrique du Sud,
le pétrole pour le Gabon,
la rose pour l'Éthiopie,
le gaz naturel pour l'Algérie,
le bois précieux pour le Cameroun,
le cacao pour la Côte-d'Ivoire etc.

Quand on aura fait le tour de tous les pays d'Afrique il sera de plus en plus difficile de faire croire aux gogos que l'Afrique est un continent pauvre.

 

Jeu : pour chaque pays du monde trouve la révolution qui lui convient.

 

28 janvier 2011

Travers de l'industrie

"la présence de porc dans un produit qui n'est pas censé en contenir ne relève pas simplement de la question religieuse, mais aussi de la protection des consommateurs" cette phrase n'est évidemment pas de moi elle vient d'ici.

Ainsi le porc serait dangereux pour la santé. Je vais m'empresser d'aller voir mon charcutier et lui demander s'il met du porc dans ses rillettes. Si c'est le cas je vous prie de croire que ça va chauffer !

Revenons à nos moutons, ceux qui gueulent parce qu'ils ont mangé du porc depuis des années sans le savoir ce qui en fait de mauvais musulmans voire des infidèles. Dites les gars si vous ne voulez pas de porc (probablement des traces, des résidus quoi, pas l'empreinte que l'on voit dans la forêt juste avant de charger le 12) faites-les vous mêmes les saucisses ! Dans tout processus industriel il est impossible de garantir un zéro défaut alors qu'en les préparant chez vous il n'y aurait pas ce risque. Seulement le risque que madame laisse les traces présentes sur ses mains, ce qui d'un point de vue statistique ne garantit pas qu'elle n'ait pas des traces "d'impureté". Statistiquement il y a donc du porc partout et pas seulement dans la soupe au cochon, à moins de vivre dans un environnement où les autorités pratiquent le pogrom porcin depuis des lustres, ce qui n'est pas encore le cas chez nous.

 

27 janvier 2011

Bon sang ne saurait mentir

Je lis ici et là qu'il est à la mode en ce moment de se prétendre descendant de collabo, que ce serait beaucoup plus branché que d'être issu d'une branche résistante. Néanmoins ce travail de recherche et d'outing politiquement incorrect ne doit quand même pas faire figure d'acte d'absolution, la repentance reste indémodable. Alexandre a donc fait des fouilles dans son Jardin et révélé que son grand-père cultivait le sien à l'Hôtel du Parc entre 1942 et 1943. Vilain grand-père qui était le directeur de cabinet de Pierre Laval ! Un bon petit coup de repentance et d'auto flagellation à 3 euros de droits d'auteur l'exemplaire c'est toujours bon à prendre surtout si le grand-père n'a pas laissé un héritage mirobolant. Salir les siens par une basse besogne commerciale est assez peu reluisant. Néanmoins Alexandre Jardin fait preuve d'honnêteté et de sincérité qui, associé à son patronyme ne font que corroborer la phrase "la terre, elle, ne ment pas". Finalement on ne trahit jamais vraiment les siens...

26 janvier 2011

SEMantique

Une formule apparait depuis quelques temps et elle n'est pas pour me déplaire, il s'agit de "musulman modéré". Cette expression est utilisée pour désigner un musulman gentil, épris de tolérance et de respect. Les bonnes âmes, en utilisant cette expression, ne se rendent pas compte du travail qu'elles font pour le camp de l'islamophobie (dirons-nous pour résumer) car sans l'adjonction de l'adjectif un "musulman" tout court passe dorénavant pour un affreux terroriste pileux au couteau entre les dents.

25 janvier 2011

La quinzaine des dictateurs (2)

Laurent Gbagbo est président de la république de Côte-d'Ivoire depuis, à vue de nez, une dizaine d'années. Cela lui confère, comme il est de coutume dans les pays d'Afrique noire, la quasi totalité des pouvoirs. En effet il règne sur tout le pays à l'exception d'une sorte de village gaulois, un hôtel 4 étoiles dans lequel se prélasse le candidat prétenduement victorieux lors des dernières "élections démocratiques" (c'est une expression de démocrates qui savent, eux, que certaines élections ne sont pas démocratiques). Le candidat malheureux est Ouattara, un boxeur de la politique ivoirienne  mais qui a toujours finit deuxième. Il revendique la victoire fort des 54% décomptés au moment de la purge des urnes et d'un unanime et inquiétant soutien de l'ensemble de la communauté internationale. Hélas pour lui, le conseil constitutionnel n'a pas validé les élections et proclamé Gbagbo président. Ce fut le début du bazar, alors qu'on s'attendait de toutes parts à un concert de louanges suite à l'élection d'un président Noir à la tête d'un pays (comme pour Obama par exemple). Il semblerait que cette fois personne ne fût ému par l'avènement d'un Noir à la tête d'un Etat. On s'habitue trop vite à notre époque...

Gbagbo ne comprend pas tout le charivari qui est fait autour de cette stricte observance des décisions du conseil constitutionnel, et on le comprend ! Pour une fois qu'il agit en homme d'État et en digne membre de l'internationale socialiste on le traine dans la boue. Il n'a fait que reprendre l'exemple de la maison mère qui a fait déjuger le vote populaire par une instance à la botte (le traité de Lisbonne et la France...). En fin politicien il joue la montre et avec le temps il finira par être accepté comme le légitime représentant de son pays. Mais comme toujours il a fallu que la France s'illustre en donnant l'ambassade de Côte-d'Ivoire à un obligé de l'opposant Ouattara. Ainsi cette ambassade à Paris ne représente pour le moment qu'un hôtel 4 étoiles à Abidjan et n'est pas prête d'en représenter plus. Il sera amusant de voir comment la France va normaliser tout ça. Il faudra bien un jour qu'elle fasse revenir le représentant officiel (c'est à dire de Gbagbo), qui ne manquera pas de le faire devant toutes les caméras, hilare, dents blanches, un gros cigare au bec. Car Gbagbo va rester c'est sûr. La seule raison qui pourrait le faire partir serait de pouvoir jouir en toute impunité de ses comptes en banque. Or Gbagbo a la télé et a vu qu'on voulait du mal à Ben Ali et son argent au simple motif qu'il n'était plus le calif au pays du jasmin.

N'est-ce pas souhaitable qu'il y ait à la tête de la Côte-d'Ivoire un catholique plutôt qu'un musulman représentant des parties pauvres et séditieuses du pays ? Un bon vieux despote africain plutôt qu'un émule du FMI et du libéralisme ?

24 janvier 2011

Céline, les années ont passé...

Pour qui a lu Bagatelles pour un massacre* ce qui se passe autour des anniversaires officielles de la République n'a rien de surprenant. Il est même étonnant que Klarsfeld n'ait pas vu à quel point il ne faisait que, d'un certain point de vue et très très partiellement, donner un brin de minime fond de très contestable vérité** à Céline. Klarsfeld tonne, le ministre est aux ordres et prétend, surtout, qu'en se déjugeant il le fait en son âme et conscience. Quand Louis Pauwels dans une interviouve quelques semaines avant sa mort lui demandait quelle serait sa dernière phrase il répondit :


" Au revoir et merci. Ce que les Hommes sont lourds. Ils sont encore plus bêtes que méchants..."



* Fumer tue. Mangez 5 fruits et 5 légumes par jour. Buvez, éliminez !
** Achtung minen ! Prenons des pincettes...

20 janvier 2011

Jewish wish

A ceux qui n'auraient pas eu le privilège d'assister le 13 janvier aux vœux du maire du 12è arrondissement de Paris sachez que le buffet était casher et que les serveurs étaient affublés d'une kippa. Je n'ai pas osé demander s'ils avaient du saucisson à l'ail de peur de me voir salement stigmatisé et rangé dans les rangs de ces salopards qui ne défendent pas les valeurs républicaines.


Remercions tout de même Mme Michèle Blumenthal, le maire en question, qui a eu la gentillesse de m'inviter à cette soirée à thème. Inutile de préciser que je n'étais pas dans le thème...

 

19 janvier 2011

La quinzaine des dictateurs (1)

Ben Ali fut dictateur en Tunisie pendant 23 ans, le temps nécessaire à beaucoup pour oublier qu'il était socialiste au départ. Bien entendu à mesure qu'il devenait le despote mafieux qu'on vient de mettre au jour il ne l'était plus vraiment à tel point que son parti vient de se faire exclure de l'Internationale socialiste, ce club de gens vertueux. Mieux vaut tard que jamais... Ce pauvre Ben Ali se fait rejeter de toutes parts depuis quelques jours, à croire que le pouvoir rendait beau. Ses amis ne le sont plus, ses obligés deviennent désobligeants, du Jean de La Fontaine pur porc tout ça ! Il était le rempart contre l'islamisme, ce cancer pas encore diagnostiqué, alors au nom de la démocratie on le fout à la benne ce qui l'oblige à aller se réfugier chez le plus islamiste de tous, l'Arabie séoudite. En échange on va bientôt proposer aux Tunisiens, toujours au nom de la démocratie, des cocos ou des islamos. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, c'est Voltaire on progresse.

En attendant c'est le capharnaüm dans le souk. La démocratie a déjà produit ses premiers effets, le premier gouvernement n'aura duré que 2 jours. Croire maintenant qu'elle va s'y maintenir relève du phantasme sachant qu'en terre d'Islam on ne relève aucune trace de démocratie depuis que Mahomet, sur son âne, fit des émules.

Prochainement sur vos écrans Laurent Gbagbo et Jean-Claude Duvalier.

18 janvier 2011

Les huiles d'Haïti touchent

A l'occasion du premier anniversaire du tremblement de terre à Haïti il y a eu une polémique à propos de l'argent envoyé là-bas pour la reconstruction. 1,3 milliards de dollars ont été envoyés mais apparemment ça ne se voit pas beaucoup dans les rues de Port-au-Prince. Alors on commence à se dire qu'il y a peut-être eu une légère évaporation de billet verts. Il est vrai que depuis la crise on nous parle assez souvent de la volatilité du dollar, en voilà un bel exemple.

Une certaine incrédulité a vu le jour devant un tel état de fait. La croyance mondiale après le désastre d'Haïti était de se figurer que tout allait changer, que tous les pays de la terre allaient filer un coup de main, que le pays serait reconstruit en deux temps trois mouvements, que la corruption et le népotisme allaient déserter les tropiques. En somme on croyait que la tectonique des plaques avait le pouvoir de modifier en profondeur le genre humain, qu'à l'instar d'orangina elle secouerait la pulpe du fond. Erreur ! Les huiles sont toujours aussi grasses et leurs comptes en banque un "poil" plus fourni.


Ne jetons pas la pierre seulement sur les élites locales, les ONG prennent aussi leur part du gâteau. Savez-vous que les frais de fonctionnement de l'UNICEF s'élèvent à 85% là où ceux de la Croix rouge ne dépasse pas les 20% ?

17 janvier 2011

Du travail de pro

«On ne veut pas que les idées du Front national soient les seules défendues à Tours ce week-end. On est dans la rue pour dire que non, les idées d'extrême droite, on n'en veut pas», a indiqué à l'AFP Sébastien Boche, président de la Ligue des droits de l'homme de Tours, en tête du cortège.


Voilà un Boche qui n'épouse pas les idées prétendues d'extrême droite du Front national. Un Boche qui n'est pas d'extrême droite. Un Boche qui ne veut pas aller au front. Décidément les temps changent...

 

Publié dans Gros rouge | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tours, boche, fn |  Facebook | |