Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 décembre 2012

Sur Mediavox (2)

C'était aujourd'hui, ma deuxième contribution.

 

Notre ami Yves Delahaie, des Nouveaux démocrates, nous invite à débattre au sujet du mariage homo, dans un cadre républicain, à coup de « démocratie », de « république », de « laïcité », que sais-je encore. Que de gros mots sur un même clavier ! S'il est un sujet qui ne devrait souffrir aucun débat et qui n’a rien à voir avec la République c'est bien celui du mariage. D'ailleurs une société c'est une communauté humaine vivante et passée. Combien de nos parents et de nos lointains ancêtres auraient accepté que cette question arrive sur le tapis (peut-être sur le billot…) ? Certainement pas ceux qui manipulaient autrefois la francisque comme aujourd'hui un quidam son smartphone.

Le mariage est un des paradigmes ou au moins un des interdits fondateurs de notre civilisation, une des valeurs tabou qui lui est naturelle, comme l’interdiction de tuer ou de bouffer son voisin, ou comme l’interdiction de voler. Le remettre en cause, ce serait toucher aux fondements même de ce qui nous lie les uns aux autres (ce qu’on pourrait appeler « vivrensemble ») et fait que nous faisons partie, quoiqu'on en pense, d'une des civilisations les plus remarquables de l'Histoire. Le cardinal Barbarin avait bien raison de dire que les prochaines étapes seraient la polygamie et l’inceste, non qu’il sous-entendait que les homos nous emmèneraient sur la voie du vice (ce que ces derniers avaient – tiens, tiens… – compris dans ce sens) mais qu’il soulignait qu’une fois un des fondements de notre société brisé (sans jeu de mot…) il n’y aurait désormais plus aucun garde-fou. Et puis comment ne pas penser que des gens, des associations ou des officines qui ont toujours eu pour but de railler tout ce qu'il y a de conservateur dans notre pays veuillent tout d'un coup se battre pour que les homos aient accès à l'institution la plus conservatrice. Soit c'est une farce, soit c'est une attaque délibérée des forces de l’anarchie et de l’anti-France contre le mariage.
Quant à ceux qui réclament un referendum, il faut leur clouer le bec aussi. On ne détermine pas la température de cuisson des oeufs par un vote ! Le vote en lui-même n'a rien à voir avec la vérité, sinon on pourrait dire qu'Hitler, légitimé par des élections, était un démocrate.

Le paradoxe est donc de rentrer dans le débat pour dire qu’il ne devrait pas y en avoir, mais un second paradoxe, encore plus fort, serait de ne pas entrer délibérément dans un débat que nos ennemis (vous savez, le camp de ceux qui sont tolérants et ouverts aux autres) veulent nous refuser.

Commentaires

Vous avez bien raison. Et en arriver à débattre sur le mariage prouve que notre société est bien malade. Pour tout dire en coma dépassé.
Comment peut-on ne pas voir clair ? Il faut que le lavage de cerveau ait vraiment fait des ravages dans les cerveaux. Autrefois, les enfants croyaient peut-être que les enfants naissaient dans les choux, mais dès l'adolescence, ils savaient qu'un homme et une femme étaient nécessaires à la naissance d'un enfant, et que leur responsabilité de parents était de veiller sur lui.
A l'évidence, certains ont évacué le biologique et n'ont gardé que le reste. Selon eux, l'enfant est un pur esprit tiré du néant, sans racine, une cire vierge à modeler. Ils ne vont pas tarder à vérifier la validité de l'adage : qui veut faire l'ange fait la bête.

Écrit par : Barbara | 12 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.