Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 juillet 2013

C'était pas si mal avant

Il y a 20 ans il y avait les PTT, grande entreprise qui distribuait le courrier et fournissait le téléphone. C'était pratique mais la modernité est arrivée en même temps que le libéralisme. Il a donc fallu couper l'entreprise en deux, le courrier d'un côté, le téléphone de l'autre. On nous disait que c'était mieux, tout ça, tout ça.

Aujourd'hui que nous sommes en plein libéralisme triomphant, ces belles et grandes idées de l'époque devraient être encore plus valables. Or, que voit-on ? La Poste mobile ! La poste se met à nouveau à distribuer de la téléphonie faisant concurrence à son ancienne moitié appelée aujourd'hui "Orange".

Dans le même tonneau EDF-GDF a été coupée en deux sous prétexte que le gaz et l'électricité ne faisaient pas bon ménage. Que s'est empressée de vendre GDF une fois séparée d'EDF ? De l?électricité ! Que s'est empressée de vendre EDF une fois séparée de GDF ? Du gaz !

A chaque fois on nous explique que c'est la meilleure décision qui a été prise, avec force arguments. On ne se foutrait pas un peu du peuple parfois dans cette bananière ?



Commentaires

Ha, mais il aime qu'on se foute de lui le peupleu
Sinon il voterait pas pour ces mecs là
Bon, pas les mecs des pètetes, ni les ceusses d'eudeeffe
Non, les ceusses qui font la promo du''right man in the right place''
Les seuls qui sont pas à leur place, c'est précisément ces gugusses
Seraient mieux à faire du compost....
Essayez de voir à quoi peut servir un Lamy, par exemple....
Trop con pour faire les courses, trop chauve pour récurer les coins du plafond, trop moche pour faire gigolo.....
Et un Barosso? Vous lui laisseriez les clés de la maison, même s'il a une tête de majordome ?
Et la mère Ashton ?
Non,soyons sérieux, vous avez pigé où est leur vraie place

Écrit par : kobus van cleef | 23 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.