Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 janvier 2014

Le filon des Klarsfled

On pouvait apprendre ce matin en écoutant la radio que les Klarsfeld, au nom de leur association "fils et filles de déportés", allaient porter plainte contre les bras-tendeurs de quenelle. Peu importe cette histoire de quenelle, personnellement j'aime plutôt ça, c'est bon et léger si c'est bien fait.

Le fait notable c'est cette histoire de "fils et filles". Je pensais qu'on allait bientôt nous lacher la grappe avec cette histoire de Juifs morts pendant la guerre avec l'extinction des derniers témoins vivants. Erreur ! Les enfants prennent la relève. On n'a pas fini avec les "Show A" hebdomadaires sur les chaines publiques, les procès à tout va, les repentances, les devoirs de mémoire ou les Velib...


Commentaires

Cela me fait penser à un auteur qui avait imaginé un réseau de résistance des pipelettes sous le nom "Honneur des concierges". Je créerais bien une association de fils et filles des concierges éveillées et résistants.

Écrit par : NAIF | 06 janvier 2014

"On n'a pas fini..."
On ne fait même que commencer, m'sieur Paul ! Plus les faits présumés s'éloignent dans le temps, plus leur légende s'affirme, se renforce et prend définitivement leur place. Il était interdit d'en douter, il est bientôt condamnable de s'en moquer, attendez-vous à ce qu'on ne puisse même plus en parler si on n'a pas en poche (en sautoir plutôt) une carte officielle d'arrière-arrière-arrière-petit-fils-de-déporté. Nous sommes face à un phénomène religieux, SECTAIRE jusqu'à la moelle, qui n'a plus rien d'historique ou de politique per se. C'est la nouvelle mythologie fondatrice (oups, Garaudyd it again) de tout l'Occident, éclipsant définitivement la Bible, Homère, les Droits de l'Homme. Il n'y a qu'à voir les transes qui saisissent ceux qui s'y réfèrent pour saisir toute sa dimension sacrée, au sens littéral du terme. Faire une quenelle, c'est uriner contre une église, les salissures et les senteurs en moins - un hygiénisme tout moderne, en somme. Sauf que même à des millions de pisseurs gavés d'asperges, on n'est pas près d'en saper les fondations. Beaucoup de bruit pour moins que rien.

Écrit par : stag | 07 janvier 2014

Vous avez raison nous sommes face à un problème religieux de gens qui se disent sans religion mais qui ne veulent pas qu'on touche aux Juifs...

Écrit par : Paul Debedeux | 07 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.