Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 août 2009

Petit livre noir (1)

Une idée de répartie à ceux qui utilisent des cas particuliers pour essayer de justifier une vague idée générale. Ainsi pour justifier l'adoption d'enfants par des couples homosexuels certains disent : "mieux vaut deux papas bien équilibrés qu'un couple hétérosexuel qui bat ses enfants". Face à ce genre d'intelligence, on peut parfois se trouver désemparé. Je propose donc une riposte : "et quand on est musulman, mieux vaut un bon saucisson qu'un mauvais mouton !"


Se servir des forces morales de l'adversaire pour les imposer à leurs collabos.

 

27 juillet 2009

C'était mieux avant (V)

lit.jpgLe soir en allant se coucher dans la pièce la plus intime on aimerait bien qu'il n'y ait pas trop de changement. S'endormir en un endroit connu est ce qu'il y a de plus sécurisant et donne l'impression que finalement rien ne change. Mais même là le modernisme opère et a trouvé le moyen de déposer son grain de sel. Exit le drap et la couverture et bonjour la couette... Tout ça nous vient encore des États-Unis ou de je ne sais quel pays protestant pour qui le raffinement n'a plus aucun droit de cité devant l'efficacité et l'aspect pratique.


Plus moyen de faire un lit au carré avec la couette. Plus de lit plat recouvert d'un couvre-lit tout aussi plat qui montre qu'on est encore dans le pays de Descartes et que la netteté est plus agréable à l'oeil que l'embrouillamini. Sans parler que même d'un côté pratique le couple drap-couverture se montre bien plus agréable en été par un simple divorce provisoire. Avec une couette c'est le tout ou rien, en pleine symbiose avec l'ère du numérique, c'est 0 ou c'est 1, aucune gradation. Quel plaisir pourtant de garder sur soi le drap qui vous prémunira de la petite fraîcheur matinale en repoussant la couverture sur les pieds qui pèsera pour la relaxation des jambes. Tout un monde disparaît, sans parler du génocide contre les polochons.

06 mars 2009

Un peu de grâce

A tous les admirateurs de Claude Sautet, de Romy Schneider et de la petite pointe d'accent allemand charmante.

 

19 décembre 2008

Opération 5 vins 5 fromages

vin-fromage.jpgPourquoi manger 5 fromages et boire 5 vins par jour ?

Tout simplement parce qu'ils sont riches en vitamines, minéraux, fibres et eau. Les vitamines contenues dans les vins et fromages sont la vitamine C, la provitamine A ou la béta-carotène. La vitamine C agit, entre autres, comme antioxydant : elle favorise la synthèse du fer mais aussi celle de certaines hormones et neurotransmetteurs et participe au mécanisme de défense immunitaire. La provitamine A joue un rôle important sur la vision, la peau, l'immunité. Les minéraux présents dans les vins et les fromages (sodium, calcium, potassium) sont tout aussi importants s'ils sont apportés régulièrement chaque jour. Enfin, pour ceux qui ne boivent pas assez, la teneur en eau des vins et fromages limite aussi les dégâts d'une mauvaise hydratation, toujours s'ils sont consommés chaque jour bien entendu.


Concrètement, comment est-il possible de manger 5 fromages et boire 5 vins par jour ?

Par 5 vins et fromages il faut entendre cinq collations de vins et fromages.
Voici un exemple de structure sur une journée :
- au petit déjeuner : vin blanc sec, emmental ou chèvre doux
- au déjeuner : vin rouge avec quelques pâtes molles puis blanc liquoreux avec chèvre ou roquefort
- dans l'après-midi : une petite collation, par exemple un morceau de comté avec un vin d'Alsace ou du Jura
- au dîner : on privilégiera plutôt le vin rouge pour le soir (le blanc favorise la nervosité) accompagné d'une fourme ou d'un fromage de montagne

 

05 décembre 2008

Ma lettre au Père Noël

perenoel.jpgCher Père Noël,

Je t'écris cher Père Noël car c'est bientôt Noël et que je voudrais bien des beaux cadeaux. Je te promets que j'ai été très sage cette année. Je fais mes devoirs (conjuguaux depuis quelques mois), je ne vole plus de plaque de rue, je bois moins, je suis rangé des voitures en somme.

J'ai appris hier par la radio que tu donnais mille euros en remplacement d'une voiture de plus de 10 ans. La mienne a eu 20 ans le mois dernier. Vas-tu me donner 2 mille euros ? Ce serait justifié car elle n'a subi que 5 vidanges, 2 changements de pneus, un remplacement de joint de carter et 7 ou 8 contrôles techniques glorieux et rapides (peu de point de contrôle) qui m'ont fait bomber le torse devant les propriétaires de grosses cylindrées modernes qui s'arrachaient les cheveux devant l'ampleur de leurs frais. Tu vois Père Noël, j'hésite à la changer. Malgré ses 35 à 40 chevaux un peu poussifs j'y suis attaché et ne suis pas totalement sûr d'avoir envie de la remplacer par une cousine soit-disant moderne et propre dont la fabrication a pollué dix fois plus que ma consommation en vingt ans de conduite pépère.

Comme je suis très attaché à ma voiture, je te propose une solution honnête. Je te donne ma voiture, tu me donnes les mille ou deux mille euros en échange, et ensuite je te rachète ma voiture (plus cotée à l'argus depuis 15 ans donc valant 500 euros à tout prendre). Honnête, non ? C'est très avantageux pour toi car la transaction ne serait que fictive donc pas de frais de livraison, pas de recyclage couteux et polluant, pas de nouvelle voiture construite donc pas de pollution industrielle ni de formalités administratives. En somme ce serait du gagnant-gagnant. Je te promets en plus de consacrer ma plus-value à la relance économique. En effet j'ai entendu dire que les vignerons accusaient une perte de chiffre d'affaires supérieure en pourcentage à celle de l'industrie automobile. Je m'en occuperais...

 

26 novembre 2008

C'était mieux avant (IV)

telephone.jpgOn est souvent dérangé dans le métro par des gens qui répondent au téléphone. Ca commence par "Allo Philippe !". Au ton de la voix on comprend bien qu'il s'agit du prénom de celui qui appelle. Pourquoi ce retournement de situation ? Peut-être tout simplement par ce que celui qui répond ne peut pas s'empêcher de montrer qu'il dispose de la toute puissante option "Affichage du numéro appelant". Si l'on est dans le wagon de celui qui répond on trouve déjà cette façon de faire un peu énervante mais elle l'est encore plus si on est précisément celui qui appelle. Quand j'appelle Pierre je ne suis pas totalement sûr de tomber sur lui en revanche je suis absolument convaincu de m'appeler Philippe...
En plus d'être complètement stupide cette façon de faire révèle que la personne, lorsqu'elle a un coup d'avance (savoir qui appelle), le dévoile d'emblée. Pas très malin. On regrette les "Allo j'écoute" sur un ton froid ou les "Allo, qui est à l'appareil ?" sur un ton méfiant. Celui qui appelait avait au moins le privilège de voir changer le ton de la voix si en se présentant il faisait plaisir à son interlocuteur. Une vraie surprise créée par la magie du téléphone, appareil qui permet de parler à une personne que l'on ne voit pas. Maintenant que l'on peut connaître le numéro appelant (ce qui peut se révéler utile et salvateur parfois) la magie est brisée alors il faut la feindre et conserver le "Allo, qui est à l'appareil ?".

 

24 octobre 2008

Lumière !

ampoule.jpgPremière mesure du "Grenelle de l'environnement" qui va toucher le citoyen-consommateur : le remplacement des ampoules à incandescence normales par des ampoules à basse-tension. Il parait que c'est bien pour l'environnement et qu'en plus on fera des économies.

Démonstration.
Pour l'écologie on s'en fout un peu car si le fait de changer d'ampoule faisait grossir la calotte polaire ça se saurait. Pour l'économie (au sens utilisé sous l'occup') si l'on considère qu'une ampoule actuelle coute 1 euro et dure 1 an et que les futures ampoules obligatoires coutent 5 euros et durent 6 ans (données France Info confirmées par Europe1, RTL, 20 minutes et Libération) cela fait une royale économie de 1 euro en 6 ans par ampoule soit environ 3,20 euros par an pour un foyer disposant de 20 ampoules. De quoi rendre du "pouvoir d'achat" aux Français...
En plus de me donner un sujet tout trouvé pour une future note C'était mieux avant, cette mesure impose aux réactionnaires de se manifester en faisant un stock d'ampoules à incandescence pour les 50 prochaines années. Que ce sera beau dans 20 ans de sortir d'une boîte défraichie une ampoule à baïonnette de 75 Watt !

 

22 octobre 2008

C'était mieux avant (III)

molette.JPGA l'heure de la convergence, de la haute technologie ou du numérique à tout va, il convient de s'arrêter un peu pour souffler et parler de qualité. Je ne veux pas parler de la qualité façon "service qualité" d'une entreprise, qui ne fait que vérifier si la merde qu'elle produit est conforme à la merde commandée par son client, mais de la vraie qualité, la bonne qualité. Dans notre besoin de rendre les objets toujours plus facile d'utilisation nous avons créer le bouton. Partout il faut des boutons pour commander une action c'est le grand drame de l'électronique numérique, c'est oui ou c'est non, pas de moderato possible. Autrefois sur les postes de radio il y avait une molette pour choisir sa fréquence. Avec l'habitude la précision devenait extrême et il était possible de balayer toute une plage de fréquences en un temps record ou d'aller d'une fréquence à une autre en moins de temps qu'il n'en faut pour le lire. C'était trop bien, il a fallu que les industriels nous change ça (sous la pression des consommateurs j'imagine, ils aiment bien les boutons ceux-là). Résultat il faut trouver les bons boutons pour régler le biniou en espérant que le système RDS ou AirBag ne nous renvoie pas d'autorité vers une station pravdaïenne. Perte de temps (ce n'est pas le plus grave, on en a !) et perte de précision car elle n'est que de +/- 0.05 MHz alors que notre molette nous accordait une précision au moins dix fois supérieure grâce à la sensibilité humaine de nos doigts. Vous avez maintenant compris la pertinence du titre de cet article. Sans vous parler du plaisir qu'il y avait à essayer de régler une radio pour obtenir une réception optimale en jouant sur la molette et l'orientation de l'antenne.

Inutile de vous dire que j'ai choisi mon camp, je suis de la molette !

28 août 2008

Philo et cetera

Depuis quelques jours déjà je voyage en première classe au-dessus de la France, et pour pas cher en plus. Je suis en pleine lecture de l'Identité de la France de Fernand Braudel. Pour quelqu'un qui aime son pays charnellement c'est une lecture formidable. Le premier chapitre présente la France comme une terre de "diversité", et en effet dès les premiers mots s'échappent les odeurs et les paysages que l'on rencontre en naviguant tout au long de nos routes départementales. De cantons en bourgs le déplacement est lent, les blés poussent lentement, Riquet construit le canal du Midi. Les intendants veillent au grain. Les disettes reviennent régulièrement mais la population française grossit au point de représenter la moitié de l'Europe à elle seule (sans compter la Russie) au temps de Louis XIV.

guinguette.jpgAu fait savez-vous pourquoi il y a des guinguettes à la périphérie de Paris, sur les bords de Marne ou de Seine ? L'octroi ! Pour ne pas payer l'octroi (un impôt douanier) à l'entrée de Paris, quelqu'un (un ancêtre des évadés fiscaux) a eu l'idée de faire venir les clients au pinard et plus l'inverse.

Une citation utile à tous ceux qui ne sont pas fortiches en IIIème République - au lieu de toujours rappeler Félix Faure - qui nous vient de Gaston Roupnel en parlant de la crise du phylloxéra (1865-1890) qui affecta gravement la vigne : "le principal événement de la IIIème République".

 

 

07 août 2008

Sans toit

Lorsqu'il y a des orages violents, comme hier soir par exemple au-dessus de Paris, certaines observations me montent au cerveau un peu comme un égout qui refoule. La Bang Bang aéronautique, le mécène qui finance mes activités de propagande diurne, est logée dans un immeuble aux caractéristiques particulières bien que communes à beaucoup de constructions modernes. Il n'y a pas de toit évidemment, ce serait vraiment dalle.jpgold school de placer des tuiles ou des ardoises là où on peut déposer de belles dalles de ciment imitation coquillage. Ainsi au petit matin l'étage en-dessous a pu se constituer une réserve non négligeable d'eau distillée ce qui a eu pour effet de mettre en colère le disjoncteur ainsi que les téléphones pour toute la journée. A l'inverse là où on souhaiterait que l'eau passe, elle reste, c'est le sous-sol (appelé parking quand on y met des voitures et cave quand on y dispose du pinard), parfaitement étanchéifié, peut-être parce qu'il a été construit en premier.

Le sommet qui devrait protéger par son étanchéité prend l'eau, et le sous-sol la retient. Si j'étais méchant je dirais que tout est fait en dépit du bon sens.