Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 janvier 2012

Scoop

Il faut se pincer pour croire à cette histoire de Seafrance : un syndicat qui demande à ses membres de reprendre une entreprise en pleine déconfiture. C'est à dire qu'il demande aux employés de passer du côté obscure du patronat, ce qui les obligera, pour relancer l'entreprise, à faire des semaines de 50 heures sans gagner plus en ayant au préalable engagé toutes leurs économies. C'est magnifique de voir le syndicalisme se saborder en direct avec, finalement, la bénédiction de l'Etat sous la pression de l'opposition socialiste.

Certes il y aurait beaucoup à redire sur l'économie de marché mais il serait temps que les socialos comprennent enfin qu'on ne peut pas sauver tous les emplois sinon il y aurait encore des rémouleurs ou des cochers dans les rues. Et dire que dans le même temps ils sont contre le protectionnisme...

08 juin 2011

Un petit geste pour la planète (4)

Un collègue de bureau très citoyen, très tout-ce-qu'il-faut depuis ses 18 ans en mai 81 vante les mérites du vélo électrique et les siens par la même occasion se prétendant écologiste. Il a troqué, sauf quand il pleut, sa voiture contre un de ses engins dont la pédale est mue par une gégène. Il y aurait bien les transports en commun mais c'est plus long et il y a des gens qui puent. Alors notre homme, de gauche, pédale fièrement sans cacher que même son pédalage est assisté. Cela contribuerait parait-il à produire des économies d'énergie. Je veux bien croire que ça consomme moins que sa Renault scenic, en revanche j'attends toujours sa justification par rapport à un vélo classique. Vous allez dire que je pinaille, que notre bougre, la quarantaine passée, a peut-être besoin d'aide dans les côtes, certes.

Néanmoins je sentais bien que derrière son idée flamboyante, comme derrière toute idée estampillée officiellement écologique, il y avait une entourloupe, alors je suis allé me faire présenter l'engin par son propriétaire. Un rapide coup d'oeil, puis de lui demander sur le ton de la plaisanterie où est la dynamo. Mes collègues rient de bon coeur. Plus besoin de cette vieillerie, la batterie s'occupe de tout. Sacré Paul, toujours aussi vieille France ! On en arrive à scruter le système d'éclairage. Bingo ! Le propriétaire reconnait tout penaud que les lampes fonctionnent avec des piles, qu'elles ne sont même pas alimentées par sa batterie de vélo électrique. La dynamo mon vieux, la dynamo...

19 mai 2011

Management moderne

A la Bang Bang aéronautique (NDLR : employeur de Paul Debedeux) ça ne va pas trop fort. Les résultats ne sont pas fameux, comme ils ne diront jamais sur les plaquettes annuelles destinées aux actionnaires (on parlera plutôt de consolidation ou de redéploiement). Les causes de cette déroute sont multiples mais dues en partie à une gestion que nous qualifierons de financière à la feuille excel. Pour illustrer ce propos je vous livre grosso-modo la teneur d'une conversation par laquelle on justifie le nombre de licenciés dans le service.

- Nadine !

- Oui monsieur.

- Nous dépensons trop d'argent. Il faut économiser 18 millions d'euros dans le service, on va donc licencier 300 personnes.

- Mais nous ne sommes que 200 !...

 

 

18 mars 2010

Fermeté française

(...)
Si j'étais Président de la République
Jamais plus un enfant n'aurait de pensée triste
Je nommerais bien sur Mickey premier ministre
De mon gouvernement, si j'étais président
Simplet à la culture me semble une évidence
Tintin à la police et Picsou aux finances
Zorro à la justice et Minnie à la danse
Est c'que tu serais content si j'étais président ?
Tarzan serait ministre de l'écologie
Bécassine au commerce, Maya à l'industrie,
Je déclarerais publiques toutes les patisseries
Opposition néant, si j'étais Président
(...)


et le refrain...
Si t'étais Président de la République
Pour nous, tes p'tits copains, ça s'rait super pratique
On pourrait rigoler et chahuter sans risques
On serait bien contents si t'étais Président

Gérard Lenorman (un visionnaire n'empêche)


Comme on doit dire à chaque fois, toute analogie avec des personnes ayant existé blablabla, il n'empêche qu'il y a des trucs à dire sur Mickey et sur Picsou. Commençons dans l'ordre chronologique par Mickey. Mickey n'était pas content la semaine dernière car les Américains ont exclu les avions français de l'appel d'offre du siècle. Tout le monde a bien compris que c'était par protectionnisme, pour filer du boulot à leurs chômeurs et surtout pas aux nôtres. Mickey s'est fâché car ces saletés d'Américains ne respectent plus les règles de libéralisme qu'ils ont imposées au monde. Mickey se sent trahi car il croit toujours au libre-échange et respectera mordicus ses règles même si Ricains et Chinois tentent de lui faire un enfant dans le dos. Rassurez-vous Mickey n'aura pas d'enfant mais il ne pourra plus s'asseoir car le raffinement des échanges homme-femme dans le respect de la courtoisie semble échapper à ses adversaires qui adaptent leurs moeurs à leur santé économique. Mickey sera cocu et qu'au cul.

Picsou aussi n'est pas content, il (elle en faite) se plaint des Allemands qui travaillent trop et ne dépensent pas assez d'argent dans la gaudriole, ce qui fait qu'ils sont maintenant beaucoup plus riches que nous. Ce n'est pas très fair-play de travailler pendant que les autres sont à la plage. Picsou l'a fait savoir à son homologue Allemand, limite il allait le traiter de sale boche qui réarme son industrie menaçant de déséquilibrer la zone euro en devenant vraiment les plus forts. Le successeur d'Albert Speer lui a répondu façon toi y en a un peu bête et moi y en a t'expliquer avec une image que toi y en a comprendra. "Christine (Picsou), si l'Olympique Lyonnais jouait un peu moins bien, les choses seraient plus faciles pour le Bayern Munich." Espérons que Picsou, à défaut de comprendre quoi que ce soit à l'économie, entende quelquechose au football.