Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 avril 2013

Emphase taubiraïque

"Nous pensons que les premiers mariages seront déjà beaux, qu'il soufflera dans ce pays un souffle d'allégresse, et ceux qui contestent aujourd'hui seront sûrement confus d'être saisis par l'émotion du bonheur des mariés et de la joie des familles."

Quelle est l'horrible matrone qui a pu sortir une salade pareille ? On dirait du Robespierre ou du Lénine dans le texte. Cela pourrait ressembler aussi à la rhétorique actuelle de la Corée du Nord. Vous croyez qu'il sortira de tout ça un souffle d'allégresse ? Tout au plus un souffle de méthane à la consommation du mariage...


17 juin 2009

Liberté, choucroute, fraternité

egalite.jpgOn nous bassine à longueur de temps avec l'égalité. Nous sommes tous égaux, il faut respecter l'égalité des chances et cetera, j'en passe et des meilleurs. Soit. Admettons. Tout cela est bien beau. Surtout ne pas s'aviser de prôner le contraire, la discrimination, l'élitisme, la sélection sinon un pasdaran viendrait illico presto nous remettre dans le droit chemin en faisant appel à notre conscience, aux valeurs : "tu ne peux pas dire ça !!"


Il se trouve qu'à la Bang Bang aéronautique, là où je travaille, ça ne va pas très fort. On a voulu vendre des avions à réaction fonctionnant avec un carburant vert. Mais voilà, patatras, la réaction ne fonctionne pas avec de la salade, il lui faut un carburant venant des tréfonds de la terre, pas de la surface. Surtout quand on vend principalement à des peuplades qui, outre, la peau de chèvre, sont producteurs de cet or noir et pour qui les végétaux se résument à de l'herbe pour le terrain de golfe.


Tout ça pour dire que grâce à certains visionnaires qui ont trop regardé la télé le développement durable mène provisoirement au chômage durable pour une partie des salariés. Et c'est là que j'ai bu du petit lait en assistant aux réunions (en ma qualité d'élu - campagne effectuée auprès des femmes et des poivrots...) du Plan de Sauvegarde de l'emploi, ex-Plan social, ex-Plan de licenciement. Au côté de tous ces messieurs des syndicats rouges et rouges foncés j'ai assisté au plus grand déni d'égalité qu'il soit, notamment lors de la discussion sur les critères qui allaient désigner les futurs licenciés. Jamais il n'a été question d'égalité, au grand jamais. Malheur à celui qui aurait eu le toupet de proposer la stricte égalité pour tous, sa tête aurait roulé dans le panier pour crime de libéralisme effréné. L'égalité était balancée aux orties, la discrimination s'imposait à tous de façon naturelle. Je me suis bien gardé d'évoquer l'expression d'inégalité protectrice pour les confirmer dans leur façon de penser il arrive parfois qu'un de ces gars-là ait un brin de culture du camp d'en face.
Mettre l'égalité sur la table c'est une chose mais sur le terrain c'est autre chose, la discrimination s'impose à tous naturellement. Quant à la discrimination positive c'est encore un autre sujet, un sujet défendu par les racialistes, les descendants des nazis.

 

15 janvier 2009

Egalité choucroute !

justice_aveugle.jpgJe ne sais pas si vous êtes comme moi mais tout au long de la journée, depuis bientôt une quinzaine d'années, je raisonne en ministre. J'avoue même que je me prends, en toute modestie, pour le premier ministre car j'essaie de réfléchir à de nombreux sujets. L'exclusivité d'un maroquin ne m'intéresse pas, je veux m'occuper de tous... Ainsi j'ai eu quelques fulgurances sur une réforme de la justice. On dit toujours que les réacs critiquent tout et ne proposent rien. Voilà donc deux propositions ou sujets de réflexion.


Notre justice s'appuie entre autres sur deux principes qui sont : intime conviction et présomption d'innocence. Je me suis dit en me rasant devant la glace que ces deux trucs semblaient plutôt incompatibles. Effectivement nous sommes dans un pays, il faut le savoir, où on peut vous envoyer pour 30 piges derrière les barreaux sans la moindre preuve de votre culpabilité. Ça se justifie par l'intime conviction, que l'on pourrait tout aussi bien appeler libre-arbitre ou lettre de cachet. Dans ce cas, quid de la présomption d'innocence ? Si j'ai bien compris le sens des mots ça veut dire qu'on est innocent tant que l'accusation n'a pas apporté la preuve de votre culpabilité. On voit bien que tout cela ne tient pas la route. La justice se rend donc à la petite semaine. Certes il y a de belles cours de justice tout en bois laqué mais en réalité on n'est pas plus avancé qu'au Tchad dans une salle où les mouches sont plus sereines que la queue d'hermine et où luit à la peinture jaune sur les murs "La loi et l'intime conviction". Deuxième sujet de réflexion, la peine infligée aux justiciables. Très souvent cette peine se traduit par une privation de liberté.


Or nous sommes dans le pays de liberté-égalité-fraternité où l'égalité est la valeur dominante que personne ne voudrait voir disparaître. Je propose donc que l'on substitue la privation de liberté par une privation d'égalité ! Je m'étonne que personne n'y ait pensé avant. Peut-être parce que l'égalité est un mythe ?...