Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 février 2014

Brèves d'un lundi

Avec la chandeleur et l'approche du carnaval on voit fleurir sur les étals des bugnes. J'aime bien les bugnes, mais pas les bugnes d'Ollioules ! Elles sentent l'huile et sont grossières comme une semoule sans bouillon.

 

Je viens de changer de boucherie. Le précédent, qui faisait le coin et s'appelait Lecoin, a été remplacé par un jeune qui s'appelle Lejeune. Mais comme il ne s'appelle pas Lebon je vais dorénavant chercher mon "singe" chez un dénommé Guenon. Véridict !

 

Il parait que Pépère va en visite d'Etat aux States. Je lui déconseille les hôtels nouillorquais. DSK et Richard Descoings peuvent en témoigner (surtout DSK...).

 

Jegoun, le plus grand blogueur de la Terre, justifie tout le nazisme et invalide le procès de Nuremberg d'un trait de plume. Pour lui l'élection permet tout. Loin de moi l'idée de dire qu'en démocratie il y a des valeurs supérieures à l'élection, qu'il y aurait une sorte de Bien universel indépassable. Supprimons tout simplement les élections et nous serons à l'abri de fléaux comme Hitler ou Hollande.

 

18 novembre 2011

Cet homme est méchant

Il y a des candidats à la présidence de la république qui publient ce type d'affiche (ci-dessous). Ce ne serait pas un brin raciste par hasard ?

- Mais non ma bonne dame, cet homme est Noir, il ne peut pas être raciste !

- Et le racisme anti-blanc vous ne connaissez pas ?

- Le racisme anti-blanc ?! Comment voulez-vous qu'un Noir se moque d'un Blanc ? Soyons sérieux ce n'est pas possible, les Blancs ont des défauts mais quand même...

lozès,racisme,élection,blanc,noir

Sur ce blog nous sommes très loin de ces considérations ouvertement racistes. Ainsi à l'instar de Bruno Gaccio nous appellerons, bien entendu, à voter blanc. Le slogan pourrait être le suivant :

En 2012 si les candidats vous incitent à broyer du noir, alors votez blanc !


01 juillet 2011

Martine m'écrit

martine aubry,primaire,démocratie,citoyen,électionLes lecteurs assidus de ce blog savent que j'entretiens une correspondance avec nombre de personnalités politiques de "haut niveau". Hier c'était Martine qui m'écrivait personnellement (Martine Aubry, bien sûr, la preuve en cliquant sur l'image !). J'étais assez satisfait qu'elle me fasse part de ses ambitions même si j'aurais préféré qu'elle me passe un p'tit coup de bigot. Passons... j'imagine qu'elle a bien arrosé ça hier soir, ce n'est quand même pas tous les jours qu'on se présente à l'élection présidentielle.

Pour en revenir à sa petite bafouille, je la trouve fort à propos et bien sentie. Seule une phrase m'a fait un peu tiquer :"La primaire citoyenne doit être un grand moment démocratique." Oui Martine, c'est un peu vague comme formule car ça fait un peu phrase toute faite qui ne veut pas dire grand-chose. En effet on pourrait inverser tous les mots sans que le présumé sens en soit affecté :
- La primaire démocratique doit être un grand moment citoyen.
- Le grand moment démocratique doit être une primaire citoyenne.
- Le grand moment citoyen doit être une primaire démocratique.
- La primaire citoyenne doit être un grand moment démocratique. (phrase retenue)

Pour le reste du message ça tenait le choc, même si je n'ai rien retenu après trois lectures (ce qui est plutôt bon signe). J'ai quand même pris note de ta candidature, ma bonne Martine. C'est la promesse de bons moments à venir et de chaudes soirées bien arrosées.

25 janvier 2011

La quinzaine des dictateurs (2)

Laurent Gbagbo est président de la république de Côte-d'Ivoire depuis, à vue de nez, une dizaine d'années. Cela lui confère, comme il est de coutume dans les pays d'Afrique noire, la quasi totalité des pouvoirs. En effet il règne sur tout le pays à l'exception d'une sorte de village gaulois, un hôtel 4 étoiles dans lequel se prélasse le candidat prétenduement victorieux lors des dernières "élections démocratiques" (c'est une expression de démocrates qui savent, eux, que certaines élections ne sont pas démocratiques). Le candidat malheureux est Ouattara, un boxeur de la politique ivoirienne  mais qui a toujours finit deuxième. Il revendique la victoire fort des 54% décomptés au moment de la purge des urnes et d'un unanime et inquiétant soutien de l'ensemble de la communauté internationale. Hélas pour lui, le conseil constitutionnel n'a pas validé les élections et proclamé Gbagbo président. Ce fut le début du bazar, alors qu'on s'attendait de toutes parts à un concert de louanges suite à l'élection d'un président Noir à la tête d'un pays (comme pour Obama par exemple). Il semblerait que cette fois personne ne fût ému par l'avènement d'un Noir à la tête d'un Etat. On s'habitue trop vite à notre époque...

Gbagbo ne comprend pas tout le charivari qui est fait autour de cette stricte observance des décisions du conseil constitutionnel, et on le comprend ! Pour une fois qu'il agit en homme d'État et en digne membre de l'internationale socialiste on le traine dans la boue. Il n'a fait que reprendre l'exemple de la maison mère qui a fait déjuger le vote populaire par une instance à la botte (le traité de Lisbonne et la France...). En fin politicien il joue la montre et avec le temps il finira par être accepté comme le légitime représentant de son pays. Mais comme toujours il a fallu que la France s'illustre en donnant l'ambassade de Côte-d'Ivoire à un obligé de l'opposant Ouattara. Ainsi cette ambassade à Paris ne représente pour le moment qu'un hôtel 4 étoiles à Abidjan et n'est pas prête d'en représenter plus. Il sera amusant de voir comment la France va normaliser tout ça. Il faudra bien un jour qu'elle fasse revenir le représentant officiel (c'est à dire de Gbagbo), qui ne manquera pas de le faire devant toutes les caméras, hilare, dents blanches, un gros cigare au bec. Car Gbagbo va rester c'est sûr. La seule raison qui pourrait le faire partir serait de pouvoir jouir en toute impunité de ses comptes en banque. Or Gbagbo a la télé et a vu qu'on voulait du mal à Ben Ali et son argent au simple motif qu'il n'était plus le calif au pays du jasmin.

N'est-ce pas souhaitable qu'il y ait à la tête de la Côte-d'Ivoire un catholique plutôt qu'un musulman représentant des parties pauvres et séditieuses du pays ? Un bon vieux despote africain plutôt qu'un émule du FMI et du libéralisme ?

23 mars 2010

Leroy vote !?

Si vous allez sur Causeur vous aurez droit à un petit cours d'éducation civique distillé par Jérôme Leroy. C'est à se tordre de rire. L'ami - je dis l'ami mais en fait n'est pas mon ami qui est à ma table, liche comme un gros salaud au moins deux bouteilles et file à l'anglaise sans donner son obole - prétend qu'il vaut mieux voter, quitte à voter blanc ou nul, que de s'abstenir. Il y a différents arguments dans son texte, je les résumerai avec une seule de ses phrases :

"Le vote obligatoire, c’est l’ultime chance de les ramener dans le jeu, de leur montrer qu’ils peuvent changer la donne autrement que dans l’émeute et la révolte où ils perdent toujours à la fin et de leur faire comprendre que c’est sans doute ce que certains, par ailleurs redoutent le plus : qu’ils votent et que les choses changent radicalement mais sans violence."

C'est beau comme un Soulage dans une pièce noire. Je lui pose une question au Monsieur-j'ai-toutes-les-vertus. Comment voter pour le changement quand on a le choix entre l'UMP et le PS ? Pour compléter la question on ajoutera que l'UMP et le PS se partagent le pouvoir depuis plus de 40 ans, que la loi de financement des parties partis ne permet pas l'émergence d'un nouveau parti et que les votes blancs ou nuls ne sont pas pris en compte (ils sont certes comptabilisés mais les chiffres n'apparaissent pas à la télé et ils ne sont pas pris en compte à part entière dans les résultats).


Le seul moyen d'être visible est bel et bien de ne pas voter ! Le camarade Leroy aura peut-être remarqué qu'on a bien plus parlé des abstentionnistes que des voteurs-blanc-ou-nul, que ce sont bien ces déserteurs du bureau de vote qui font peur aux hommes politiques et pas ces pseudo-citoyens qui vont dans l'isoloir pour se cacher de ne rien faire. Dire non aux hommes politiques c'est bel et bien par l'abstention et pas autrement, c'est ce mode de calcul démocratique qui veut cela. Se déplacer pour ne rien dire n'a qu'un avantage, faire baisser le taux d'abstention ce qui renforce les hommes en place.


Dire qu'on est bon citoyen quand on fait l'effort de se déplacer vers un bureau de vote c'est se foutre un peu des gens et leur demander de se faire entuber à coup sûr. En rajouter en disant qu'on a la chance d'être dans un pays libre où on peut voter alors qu'au Zambalawi oriental on se bat pour cela c'est un chantage émotionno-démocratique qui n'est recevable que par les débilo-bobolches que ce même Jérôme Leroy dénonce à tour de bras ne se rendant plus compte lui-même avec ses articles anecdotiques à quel point il est comme eux.

 

24 juin 2009

EXCLUSIF Ahmadinejad m'écrit

mahmoud.jpgCher Paul Debedeux,

Comment allez-vous cher ami ? Et la famille ? Notre dernier repas au Saint-Emilion était (...) [coupé, car trop personnel et inintéressant d'un point de vue politique].

Parlons un peu politique, car vous m'avez dit avoir une influence non négligeable dans votre pays...

Il y a quelques jours vous m'avez fait part des quelques inquiétudes que vous aviez eu égard au déroulement des élections présidentielles qui se sont déroulées dans mon pays. Certes tout ne fut pas parfait, surtout lors de la proclamation des résultats. Certains groupes de personnes ne sont pas encore rodés au processus démocratique et acceptent difficilement d'être placés dans le camp des vaincus. Notre pays cherche à étendre sa jeune expérience démocratique. Cela viendra petit à petit nous en sommes sûrs.


Néanmoins nous ne savons pas si nous allons persisté dans cette voie. Votre entité continentale, qui se veut être un exemple pour le monde, un exemple de civilisation et de modèle démocratique, semble montrer que la pratique démocratique apaisée est toute différente de la nôtre. Je constate avec surprise qu'il n'y a qu'un candidat au poste de président de la commission européenne. Et je suppose que cette élection, à laquelle le peuple ne prendra pas part, va se passer dans une atmosphère des plus détendue. Nulle doute que vos instances dirigeantes se féliciteront de ce glorieux moment démocratique. Il me vient à l'idée de prendre vos institutions européennes pour modèle. Ainsi lors des prochaines élections je serais nommé par notre grand commandeur de la foi dans la plus parfaite opacité au poste de président. J'anticipe une nouvelle fois la réaction de vos élites en supputant que mon pays serait à nouveau mis au ban de la communauté internationale. Vous comprenez aisément, cher Paul, l'embarras dans lequel je me trouve. Je me fais accuser de despotisme suite à des élections libres par des pays qui organisent des élections dignes de nos anciens partenaires soviétiques.


Vous qui essayez à tout propos de manier l'ironie, ce que je m'efforce aussi de faire depuis le début de mon mandat, pouvez-vous me donner un conseil de réponse à envoyer au monde ? Vous avez mon numéro, vous pouvez m'envoyer un indice en morse par SMS. J'espère vous voir lors de la prochaine Saint Vincent tournante si l'on ne se voit pas lors des vendanges à Givry.

Amitiés,

Bises à votre unique dame (sic) !


Mahmoud Ahmadinejad

Téhéran, 23 juin 2009