Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 mai 2009

Il le val bien

fontetval.jpgLe Val c'est le métro de Lille. Pour Rimbaud c'est l'endroit où il y eu un dormeur et où il y aura encore quoiqu'en pensent nos pacifistes et hygiénistes de la vie. Un val peut aussi être l'espace entre deux petites collines, là où passe le pet...

Mais c'est surtout un Philippe, l'apôtre de la rébellion et de son corollaire actuel la bien-pensance. Un type qui autrefois était cul et chemise avec Font, tombé depuis pour pédophilie (il ne le connait plus dorénavant). Aujourd'hui il est toujours 68tard mais (pourquoi mais ?) patron et actionnaire à 40% de Charlie Hebdo, ce qui lui vaut 330 000 euros de dividendes par an. Puisqu'il n'est plus à une contradiction près il vient d'accepter la gamelle de la présidence de France Inter qui lui a été proposée par celui qui voulait détruire 68. Plus c'est gros plus ça passe comme aurait pu dire son ancien ami Font...

16 juillet 2008

Charlie abdo

J'étais assis ce matin en face d'un type qui lisait Charlie Hebdo. C'est assez rare pour le souligner ! Le titre est très connu mais j'ai l'impression que c'était la première fois que je voyais quelqu'un lire ce torchon. Je n'ai pas été déçu par le spectacle. Le type en question, je dis le type car c'est rarement un monsieur qui lit ça, devait être le panel des lecteurs à lui tout seul : 55 ans, sandales d'été façon Boche dans un camping, une metro.jpgtête à la Edgar Morin. Je me permets de rendre compte de cet homme car il lisait ostensiblement son canard de façon à ce que tout le monde le voit bien, soit pour en faire de la pub, soit pour montrer qu'il est de ceux qui pensent librement (ou quelquechose comme ça...).

Il avait deux types de réaction en lisant les brèves :

- Dodelinage horizontal : "y z'y vont fort quand même, fallait oser quand même !... y a pas un autre journal qui irait aussi loin... et c'est bien vu en plus ! et drôle..."

- Dodelinage vertical : " bien vu ! ça il fallait le dire, c'est très important ! quelle analyse encore, y z'ont visé juste ! heureusement qu'il y a encore des gens pour dénoncer cette société arriérée..."

Le tout agrémenté d'un sourire qui à chaque brève permet d'évaluer le taux de satisfaction du lecteur en question. Une sorte de rebelle attardé quoi, un type qui serait resté en avril 1968 en attendant que ça bouge. Un lecteur qui avait l'air d'apprécier un canard malgré la tourmente qui l'agite. Si ces types-là étaient en accord avec eux-mêmes, à la seconde il n'y aurait plus un candidat pour l'acheter. Ou alors peut-être qu'il est le reflet de la bien-pensance actuelle et qu'il est normal qu'il soit lu par ces vieux schnocks qui ne croient à rien sauf à la dernière idée en vogue.