Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mars 2011

L'antisémitisme est fashion

A Belleville il y a quelques mois les Chinois se sont révoltés contre les Arabes qui avaient tendance à privilégier le racket plutôt que la truelle. Aujourd'hui se sont d'autres heurts entre minorités qui se produisent dans Paris par le truchement d'un personnage haut en couleurs, John Galliano, plus souvent à cheval sur le vélo sans selle que sur certains principes énoncés par des lois scélérates. Cet homme a proféré des insultes anti-sémites à la terrasse d'un bar interlope du marais. Il fallait bien que ça arrive un jour, le marais étant si proche du sentier. Apparemment retirer Céline des célébrations de l'année n'a pas eu que du bon, il aurait pu être oublier tranquillement à l'ombre des colloques, mais Klarsfeld a fait en sorte qu'il soit LA vedette de l'année et maintenant il est plagié sans talent par l'infâme Galliano.

On a beau être attaché à la liberté d'expression chez Paul Debedeux & Fils on en reste pas moins étranger à tout principe universel. Autrefois les curés étaient jugés par des tribunaux ecclésiastiques ou les militaires par des cours martiales, Galliano doit donc être jugé par ses pairs, sa clique mondialiste droitdelhommiste et tolérante jusqu'au trognon. Il y a des certitudes qui vont être ébranlées sur leur fondement.

 

24 septembre 2009

La grande peur

Ce qu'il y a de bien à notre époque c'est que tout compte fait on peut se permettre pas mal de chose sans trop attirer l'attention des cerbères de la bien-pensance. Tout un tas de gens sont vigilants, prêts à dégainer dès qu'il y a suspicion de racisme, d'antisémitisme ou de mal-traitance des clébards. Mais quelle est la formation de ces cadors ? Quelle est leur culture ? Je ne vous donne pas la réponse, je vous laisse la trouver et vais vous donner un exemple pour illustrer mon propos.


Ainsi il est parfaitement possible à la Bang Bang aéronautique, dans un univers de bac+5, de passer pour quelqu'un ayant 0 faute au test de tolérance et de déposer en toute quiétude quelque brulot antisémite sur son bureau sans éveiller l'attention de qui que ce soit. C'est ce que je fais depuis une semaine en lisant dans le métro un poche dont l'auteur fait l'apologie d'Édouard Drumont et de la lutte antisémite qui sévit tout au long de la IIIème république. Arrivé au boulot ce livre trône sur mon bureau. Un seul type m'a posé une question mais il se trouve qu'il ne connaissait pas l'auteur, qui pourtant est tellement connu que son prénom ne figure même pas sur la couverture.