Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 octobre 2011

En passant

Depuis que je suis devenu femme au foyer j'ai beaucoup plus de temps mais aussi la très désagréable impression que mon cerveau s'est transformé en yaourt allégé. Faut vous dire que depuis quelques semaines je ne vais plus à la Bang Bang aéronautique. Ils ont décidé de se séparer de la moitié du personnel, et coup de chance, je fais partie de la moitié qui a le droit de rester chez elle contre une indemnité supérieure au salaire précédent et un chèque représentant au moins le triple des économies de toute une vie d'un salarié moyen. Comment ai-je gagné à cette loterie ? C'est très simple, ça s'appelle un plan social. Quand une entreprise va mal elle a le droit de licencier du personnel, autant que ses comptes le justifient, mais pas qui elle veut. Sont licenciés ceux qui ne répondent pas à tout une palanquée de critères dits sociaux. Ainsi une boîte qui fait un plan social peut se retrouver in fine avec la totalité de ses boulets et de ses cassoces, en même temps qu'elle doit signer un chèque à ses meilleurs éléments. Une entreprise qui se lance dans la voix du plan social peut d'ores et déjà afficher des Pater et des Ave sur les panneaux syndicaux tellement ses jours sont comptés par ce même processus qui est censé préserver l'emploi (on notera au passage que l'expression plan social n'existe plus car elle a été judicieusement remplacée par le très brejnévien plan de sauvegarde de l'emploi).



Vous penserez qu'avec la liberté qui m'a été rendue j'aurais plus de temps pour faire parler Paul. Que nenni ! N'oubliez pas que l'oisiveté est mère de tous les vices. De plus, qu'ai-je à dire sur les primaires socialistes ? Avec tous le respect que j'ai pour les socialos, je n'ai pas grand-chose à dire sur ces chancres de la solidarité. Steve Jobs ? J'ai découvert son existence il y a 6 mois par un de mes manageurs qui avaient même une tête de pomme. Je ne comprends toujours pas pourquoi tous les quidam connaissent le nom de ce type sous prétexte qu'ils ont un des produits de la société dont il est le PDG. J'achète toutes les semaines des BN à ma fille sans savoir le nom du PDG de cette biscuiterie, idem pour ma voiture qui me rend infiniment plus de services que le Macintosh que je n'achèterai jamais. Bref je vais essayer d'être plus présent ici, car il y a quand même deux trois choses que j'essaierai de faire passer entre les lignes...

19 mai 2011

Management moderne

A la Bang Bang aéronautique (NDLR : employeur de Paul Debedeux) ça ne va pas trop fort. Les résultats ne sont pas fameux, comme ils ne diront jamais sur les plaquettes annuelles destinées aux actionnaires (on parlera plutôt de consolidation ou de redéploiement). Les causes de cette déroute sont multiples mais dues en partie à une gestion que nous qualifierons de financière à la feuille excel. Pour illustrer ce propos je vous livre grosso-modo la teneur d'une conversation par laquelle on justifie le nombre de licenciés dans le service.

- Nadine !

- Oui monsieur.

- Nous dépensons trop d'argent. Il faut économiser 18 millions d'euros dans le service, on va donc licencier 300 personnes.

- Mais nous ne sommes que 200 !...

 

 

17 mars 2011

01 Ain

Petite réunion informelle entre collègues sur la façon de se rappeler la suite de chiffres qui permet de configurer un code d'accès à un serveur qui permet de mettre à jour les données des dernières ailes construites à la Bang Bang aéronautique. Très technique tout ça et bien chiant au demeurant. Une collègue fait montre de sa diversité de minorité très visible au niveau du buste en proposant une astuce mnémotechnique qui associe à chaque chiffre une position dans une pièce de la maison ainsi qu'un nombre de personnes présentes. On s'enrichit vraiment de la diversité... Voyant qu'on part dans un délire qui ne va que compliquer les choses je propose de couper court à cette méthode et d'en revenir aux fondamentaux. "Et si par exemple on utilisait les départements ?" Interrogation de la part de la demoiselle aux gros yeux qui, soit ne sait pas de quoi je parle, soit le sait et me prend pour un vieux con. "Oui par exemple 70 ce serait..." A ce moment j'ai un trou de mémoire, 71 c'est la Saône-et-Loire donc 70... "Haute-Saône ! Haute patate !" rétorque un de mes collègues. Comme quoi il ne faut jamais désespérer du genre humain.