Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 janvier 2013

France-Allemagne

C'est aujourd'hui le 50è anniversaire de la réconciliation entre la France et l'Allemagne. Pour ma part, je suis peut-être à classer dans la catégorie des vieux cons, je place toujours l'Allemagne au sommet de la liste de mes ennemis. L'Histoire récente nous prouve qu'une Allemagne forte a toujours été un danger, et l'histoire de ma famille m'incite à toujours les appeler aux choix "les boches, les teutons, les frisés, les schleus, les doryphores, les allboches, les fritz, les casques-à-pointe, les fridolins, les schnorkels, etc."

Ce sentiment n'est pas propre à ma famille mais à beaucoup de vieille famille française qui ont vécu de près les évènements du vingtième siècle. C'est sûr que les gars qui vivaient à Marseille ou à Toulouse n'ont pas connu l'odeur des obus allemands ni l'ambiance glaciale des repas d'occupation. Quand on vient de l'Aisne on en connait un rayon sur les Boches, jusqu'à la couleur de leurs slips. Même encore aujourd'hui pas un bon repas de fête qui ne se termine par un majestueux et digestif "encore un que les Boches n'auront pas !"

Alors "merde aux Frisés", je ne les aime pas, je ne veux pas les connaître et je n'irai jamais chez eux.


01 octobre 2010

Realpolitik

Postulats :
I.   Alain Minc n'aime pas les Boches.
II.  Sarkozy n'aime pas les Roms.
III. Les Boches n'aimaient pas les Roms.


Corollaires :
IV. (avec I et III) Alain Minc aime les Roms.
V. (avec II et IV) Alain Minc n'aime pas Sarkozy.
VI. (avec II et III) Sarkozy aime les Boches.


Conclusion :
Pour réconcilier Sarkozy et Minc, ce qui est le plus important pour l'avenir de notre pays, il faudrait donc réaliser une de ces différentes actions :
- faire en sorte que Sarkozy n'aime pas les Boches (en déclarant la guerre par exemple)
- faire en sorte que les Boches aiment les Roms (en les accueillant tous, ces salauds de Doryphores ont quand même à se faire pardonner avec ce qu'ils ont fait aux Tsiganes)
- faire en sorte que Sarkozy aime les Roms (faut pas oublier que le grand manitou des Roms s'appelle Sarkosi...).