Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 février 2010

Résistance

petain40.jpg"Je vous demande fermement de procéder au retrait immédiat du portrait de Philippe Pétain de la galerie de portraits présente dans votre mairie", a écrit le préfet de région Christian Leyrit dans un courrier en date du 21 janvier adressé au maire de la commune de Gonneville-sur-Mer, dans le Calvados, Bernard Hoyé (Sans Etiquette).

Être sans étiquette dans le Calvados c'est une promesse d'authenticité, d'être au prise avec un produit du terroir distillé avec amour à l'angle d'un cor de ferme un petit matin de janvier.

"L'association demande instamment au maire de mettre définitivement fin à cette polémique intolérable en retirant ce portrait et de laver l'affront ainsi porté à la mémoire des victimes de persécutions antisémites de Pétain, des résistants et des combattants alliés", conclut le communiqué de la Licra.

Si la nauséabonde Licra veut mettre fin à la polémique il ne tient qu'à elle de ne pas emmerder les honnêtes gens du fin fond du Calvados en ne disant pas à la photo cloutée au mur "Maréchal, nous voilà !". Croit-elle peut-être que la bête immonde va repartir et renaître de ses cendres depuis Gonneville-sur-Mer ? Là-bas on est plus préoccupé par son honneur et l'eau de vie que ces enfantillages de ronds-de-cuir binoclards. Et s'il faut décrocher une photo elle n'a qu'à demander au Garde des Sceaux de supprimer celle de Pierre Laval qui trône dans le couloir d'honneur !

Dans son courrier au maire de Gonneville, le préfet rappelle que "Philippe Pétain, fondateur et chef du régime de Vichy, n'a jamais été président de la République". "Par ailleurs, poursuit-il, l'ordonnance du 9 août 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine a expressément constaté la nullité non seulement de tous les actes de l'autorité de fait se disant 'gouvernement de l'État français', dont fait partie l'acte d'auto-proclamation du 11 juillet 1940, mais également de tous les actes postérieurs au 16 juin 1940 jusqu'au rétablissement du gouvernement provisoire de la République française".

Et l'accouchement sous X, et la licence IV, et l'interdiction de jeter des ordures sur les voies, et le congés du 1er mai, t'en fais quoi mon con ? Elle est pas si rase que cela la table, dame Courjaut dirait qu'il ne faut jamais jeter le bébé avec l'eau du bain. Sans parler de la fête des mères ! Il reste des traces de Vichy,et beaucoup même, n'en déplaise à ce préfet et à la LICRA. Et comme je le disais dans une précédente note, la LICRA n'y est pas pour rien, elle qui a fourni parmi le plus gros des bataillons de collaborateurs et de pétainistes. Plutôt extensible la mémoire de la LICRA... De plus le-dit préfet pourrait se fendre d'un "Maréchal Pétain" plutôt que d'un administratif "Philippe Pétain" (pourquoi pas non plus "Pétain Philippe"), il a gagné de grandes batailles lui, contre de vrais adversaires, ça se respecte quand même ça. Et puis il s'est quand même fait élire par une pleine charrette de sympathisants de la LICRA, même que son président n'a eu de cesse après la guerre de les dénoncer jusqu'à ce qu'il se rende compte que ça se faisait du tort au recrutement de constater que tous les anciens avaient une montre qui ne donnait que des heures sombres.