Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 avril 2011

Un petit geste pour la planète (3)

Dans la série des petits gestes pour la planète voici le lauréat du concours Lépine 2003, un talentueux inventeur qui s'est penché sur le douloureux problème de la consommation en énergie de la maison. Il a donc dessiné les contours idéaux d'une maison (appelée Héliodome) qui recevrait le soleil de plein fouet en hiver sans en recevoir le moindre photon en été. Moins de chauffage l'hiver, pas de clim l'été. Les gains estimés seraient entre 50 et 80%. Un beau résultat et un projet plein de promesses.

Huit ans plus tard notre génie de la consommation domestique a tout juste réussi à convaincre une banque de lui accorder un prêt pour construire sa propre maison, les commandes de la clientèle étant encore plus faible que la consommation théorique de la dite maison...


C'est bien joli de vouloir sauver la planète mais il faudrait commencer par essayer de sauver les apparences. Qui voudrait habiter là-dedans ?

 

écologie,concours lépine,carbone,maison,héliodome

12 mars 2010

Cochez-le sur la liste

« Un enfant européen ayant un coût écologique comparable à 620 trajets Paris-New York, il faudrait faire voter une directive baptisée “grève du troisième ventre”. »

Qui a prononcé cette phrase ? Un membre du parti communiste chinois des années 50 ? Le docteur Mengele ? Non, cette phrase vraiment nauséabonde vient de l'écolo le plus délirant, celui qui se targue de prendre le métro alors qu'il a un nom de conducteur de voiture, j'ai nommé Yves Cochet. Comparer la vie à un coût économique est typique de ces gens qui prétendent défendre la nature mais qui en fait l'abhorre. On remarquera aussi en filigrane qu'il sous-entend qu'élever un petit Africain coûte beaucoup moins cher. On le voit bien, rêvant sur un banc public dans un jardin aseptisé façonné par l'homme, mettre en place un nouveau modèle économique tout écolo. On produirait les enfants dans les pays pauvres (pour moins d'1 trajet Paris-New York) afin de les faire travailler dans les pays riches. Ce serait une avancée au niveau de l'empreinte écologique, et encore un gain de productivité pour le capitalisme qui n'a tiré que des bénéfices de ces sorciers de l'écologie d'essence mi-communiste mi-nazie.

19 mai 2009

Saints de glace

congelojpg.jpgRevenons à notre marronnier de l'an dernier, les bébés oubliés dans la voiture. Il y a quelques signes qui nous montrent que les journalistes attendent l'arrivée de l'été. En voilà un. C'est somme toute assez classique par les temps qui courent mais il y a une particularité à cette annonce. En effet on apprend dans l'article que la maman a placé un bébé dans le congélateur à la naissance mais qu'elle en a 4 autres dont 3 placés dans un foyer. Un dans la glace et trois dans le feu. Voilà une dame dont l'ascendant devait être radicalement opposé au signe zodiacal, car comment expliquer une telle disparité de traitement.


Les temps étant ce qu'ils sont, le réflexe premier de nos contemporains sera de la plaindre et de l'excuser eu égard à sa situation personnelle qui a dû être douloureuse dans une société qui essayait de lui garder la tête sous l'eau. Mais gare au deuxième réflexe conditionné de nos condecitoyens, le réflexe écologique. Cette dame sera vouée aux gémonies pour le coût-carbone du placement de son dernier enfant en cellule frigorifiée. Il ne faut pas s'ôter de l'esprit qu'un congélateur consomme beaucoup d'électricité et que dans l'état actuel des derniers Grenelle, il s'agit à plus de 99% d'énergie non-renouvelable.


On pourrait aussi s'apesantir sur le placement de trois de ses enfants dans un foyer et de son impact sur le réchauffement de la planète mais dans ce cas les calculs seraient beaucoup moins objectifs et encore sujets à caution dans la mesure où ils sont vivants et qu'ils n'est pas encore entré dans les mœurs de reprocher à quelqu'un de vivre parce qu'il a une emprunte écologique.