Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 mai 2009

Ein reich, ein volk, ein parôleu

Je ne rate jamais les campagnes officielles à la télévision. Ce sont toujours de grands moments de cinéma, bien que moins ficelés que du temps de Goebbels. Ils donnent une impression de fraîcheur, un peu comme ces publicités que l'on voit au cinéma qui vantent l'opticien ou la boucherie d'à côté. On sent bien que le patron a voulu sa petite heure de gloire en se faisant filmer mais qu'il n'est pas fait pour ça. On se rend compte aussi qu'il n'est pas si simple de produire un bon son et une bonne lumière.

Mais avec le film qui va suivre on ne sait pas dans quelle dimension on se trouve. Est-ce de l'humour ? Y a-t-il une volonté de l'UMP de faire parler ses chefs à travers tous ses petits militants en mouvement ? On éprouve une sensation bien étrange et inquiétante. Imaginez que la bête immonde, Le Pen quoi, soit à la place de ce monsieur de l'UMP et que vous soyez un militant vigilant. Résultat ? On y est presque... à visage découvert maintenant ! Mais que la voix est douce...