Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 août 2011

Nichons

A midi je me suis fait une fillette, pas la jeune fille aux socquettes blanches et aux boucles vernis mais la bouteille de 46 cl au gros cul qui fait loupe. J'ai eu tout loisir de penser aux insanités entendues peu avant à la radio et en tirer quelques conclusions définitives. Ainsi notre grand vizir, après 30 ans d'inaction, a décidé d'inverser la tendance sous le poids de la dette. Pour aller chercher quelques milliards il a décidé de taxer le tabac, l'alcool et les sucres ajoutés. Va pour le tabac, parait que c'est pas bon. Passe encore pour l'alcool mais point trop n'en faut sinon on ne pourra plus s'arsouiller qu'au Ritz. Quant aux sucres ajoutés il y a longtemps que ça aurait dû être fait, et en plus je ne connais pas de buveur de coca. Bizarre quand même cette idée de taxer les sucres ajoutés, pourquoi pas le gluten, le jus de papaye ou les vis à tête plate de 34 mm ?


Une fois torchée la fillette et venu le temps de rhabiller la gamine, j'ai fini par voir clair dans le jeu de Fillon. Une vraie décision de l'anti-France, de buveur d'eau. L'alcool et les sucres ajoutés. C'est une manière de double peine pour les producteurs de Beaujolais nouveau ! Comme chacun le sait le beaujolais peine, et on le comprend, à être au top de sa forme alcoolique à peine 2 mois après les vendanges, alors les producteurs sont souvent obligés de faire appel à Chaptal (ajout de sucres pour forcer la nature). Ainsi le beaujolais nouveau sera taxé pour ce que la nature lui a donné et pour ce qu'elle n'a pas su lui donner. C'est proprement scandaleux, ubuesque et moscoutaire !!! Je demande donc une demi-niche fiscale pour le beaujolais nouveau.