Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 janvier 2015

Liberté d'expression

Il paraît ce soir qu'il faut défendre la liberté d'expression. De là à dire ce que je pense, il y a un pas à franchir que ne m'autoriseraient pas certains journalistes qui ce soir bouffent les pissenlits par la racine. 

 
Alors je ne dirai pas ce que je pense. Si Minute avait été attaqué, y aurait - il eu un quelconque sentiment de solidarité et d'indignation? Non, seulement l'idée que ces salopards l'auraient bien mérité. 
 

10 novembre 2012

Le taraudage

Charlie hebdo nous montre en une un évèque qui se fait enculer. C'est chouette le pays des droits de l'homme, ça m'autorise à rêver d'un dessin où un imam se ferait enculer bien profond par un "parent 1". On appellerait ça "l'amour pour tous". Et ne riez pas, ce n'est pas une caricature. C'est beau l'enculage. Car sans ce défrisage de la rondelle il n'y aurait pas de "mariage pour tous", on resterait encore dans l'âge des ténèbres. En effet la fin des discriminations n'est permis que par la présence des homos, et ces homos ne sont là que parce qu'ils décalaminent leur pot. CQFD, l'enculage est source d'avancée, bien que la chanson l'associerait plus à une reculade "tu avances ou tu recules ?". Bref, force est de constater que ces gens sont plus ouverts...


06 novembre 2011

Charlie sur la route

Mercredi dernier, lendemain de la Toussaint, jour des morts, j'étais sur la route, une route à péage, l'auto-route en somme, une route d'Ancien régime quoi. J'allume la radio (option de luxe de ma dernière voiture) et je tombe sur une interviouve d'un type de charlie hebdo qui a la voix triste, ce qui ne me surprend pas. Encore une pub gratuite pour ce journal de bobolche ! Deux minutes passent, on apprend que le-dit canard vient de flamber et qu'il n'en reste rien sinon son personnel. La joie me revient ! Oubliés les encore-7-heures-de-route et la pluie de la vallée du Rhône. Une minute passe encore, on apprend que ce sont des musulmans en colère qui ont fait le coup. La joie déborde ! Me voilà dans la peau de Paul Préboist dans La Grande Vadrouille qui, voyant Funès et Bourvil déguisés en Allemands et se faisant arrêtés par une patrouille de vrais Allemands, dit : "V'là qu'ils s'arrêtent entre eux maintenant. Ça doit pas aller ben fort !"

14 mai 2009

Il le val bien

fontetval.jpgLe Val c'est le métro de Lille. Pour Rimbaud c'est l'endroit où il y eu un dormeur et où il y aura encore quoiqu'en pensent nos pacifistes et hygiénistes de la vie. Un val peut aussi être l'espace entre deux petites collines, là où passe le pet...

Mais c'est surtout un Philippe, l'apôtre de la rébellion et de son corollaire actuel la bien-pensance. Un type qui autrefois était cul et chemise avec Font, tombé depuis pour pédophilie (il ne le connait plus dorénavant). Aujourd'hui il est toujours 68tard mais (pourquoi mais ?) patron et actionnaire à 40% de Charlie Hebdo, ce qui lui vaut 330 000 euros de dividendes par an. Puisqu'il n'est plus à une contradiction près il vient d'accepter la gamelle de la présidence de France Inter qui lui a été proposée par celui qui voulait détruire 68. Plus c'est gros plus ça passe comme aurait pu dire son ancien ami Font...

31 juillet 2008

Sine die

Une affaire salement importante (qu'ils disent) commence à nous chauffer les portugaises, je veux parler de l'affaire Siné-Val. A l'origine il y a un commentaire malheureux de Siné sur la probable future conversion du fils du patron au Judaïsme au cas où il épouserait la fille Darty. Il se trouve que les Darty ont la malheureuse idée d'être juifs et riches alors Siné a enfoncé la porte du cliché immémoriel qui associe ces deux adjectifs. Ces idées là doivent rester de l'ordre de la pensée, lorsqu'elles deviennent des écrits elles sont de l'odre du tribunal.

cacher.jpgCette affaire est somme toute relativement inintéressante, laissons les édiles, les huiles s'y débattre. Pour ma part je ne suis pas Juif, n'en ai pas dans ma famille, n'en connais aucun, ne m'y intéresse pas, ne mange jamais "cacher", n'ai pas pris part à l'affaire Dreyfus, n'ai rien à me reprocher quant à leur passé (donc je n'ai jamais fait de repentance ou de devoir de mémoire), je n'ai donc aucune raison d'être antisémite, pas plus qu'anti-je-ne-sais-quel-peuple. 

16 juillet 2008

Charlie abdo

J'étais assis ce matin en face d'un type qui lisait Charlie Hebdo. C'est assez rare pour le souligner ! Le titre est très connu mais j'ai l'impression que c'était la première fois que je voyais quelqu'un lire ce torchon. Je n'ai pas été déçu par le spectacle. Le type en question, je dis le type car c'est rarement un monsieur qui lit ça, devait être le panel des lecteurs à lui tout seul : 55 ans, sandales d'été façon Boche dans un camping, une metro.jpgtête à la Edgar Morin. Je me permets de rendre compte de cet homme car il lisait ostensiblement son canard de façon à ce que tout le monde le voit bien, soit pour en faire de la pub, soit pour montrer qu'il est de ceux qui pensent librement (ou quelquechose comme ça...).

Il avait deux types de réaction en lisant les brèves :

- Dodelinage horizontal : "y z'y vont fort quand même, fallait oser quand même !... y a pas un autre journal qui irait aussi loin... et c'est bien vu en plus ! et drôle..."

- Dodelinage vertical : " bien vu ! ça il fallait le dire, c'est très important ! quelle analyse encore, y z'ont visé juste ! heureusement qu'il y a encore des gens pour dénoncer cette société arriérée..."

Le tout agrémenté d'un sourire qui à chaque brève permet d'évaluer le taux de satisfaction du lecteur en question. Une sorte de rebelle attardé quoi, un type qui serait resté en avril 1968 en attendant que ça bouge. Un lecteur qui avait l'air d'apprécier un canard malgré la tourmente qui l'agite. Si ces types-là étaient en accord avec eux-mêmes, à la seconde il n'y aurait plus un candidat pour l'acheter. Ou alors peut-être qu'il est le reflet de la bien-pensance actuelle et qu'il est normal qu'il soit lu par ces vieux schnocks qui ne croient à rien sauf à la dernière idée en vogue.