Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 février 2014

5ème-républicain

Tous les jours maintenant on entend à droite à gauche le vocable "républicain". Pour un oui pour un non il faudrait avoir un comportement républicain. On met du républicain à toutes les sauces. On remarquera au passage que le "citoyen" ordinaire est remplacé par "républicain" lorsque le ton se veut moins pédagogue mais plus péremptoire et menaçant, comme en ce moment par exemple où le pouvoir socialiste ne tolère pas qu'on puisse manifester contre lui. Mais que peut vouloir dire ce mot "républicain" ? La République a bien changé depuis qu'elle s'est proclamée dans la fange en 1870 grâce à l'Allemagne impériale. Ce qui était encensé autrefois est aujourd'hui trainé dans la merde, et inversement. Tous les repères qu'elle se targue de nous donner ne sont en fait que des étrons qui naviguent au fil de l'eau. Il n'y a qu'à voir sa façon de s'appeler : la 5ème république. Il faudrait savoir, il y en a une ou plusieurs ? Ainsi quand quelqu'un sortira de sa bouche ce mot, "républicain", composé à la fois de la ligne qui sépare les deux fesses et du verbe qui ne laisse aucun doute au sujet de l'odeur qui en sort, vous le reprendrez pour souligner à quel point ce mot est grotesque : "on ne dit pas républicain mais 5ème-républicain !"

15 septembre 2012

Le président a parlé

Oui, notre cher président a parlé à la télévision dimanche dernier. Il n'a rien dit de nouveau par rapport à sa misérable campagne élective. La seule nouveauté c'est sa référence au patriotisme à l'endroit de ceux qui devront payer plus d'impôts. Dans la bouche d'un socialiste contemporain c'est une locution pour le moins surprenante pour ne pas dire un gros mot. On se souvient que les socialos justifiaient la présence des immigrés sur notre sol par le fait qu'ils étaient assujettis à l'impôt.

Ainsi donc on apprend, de la bouche même du grand guide des socialistes, qu'en payant l'impôt on peut tout aussi bien être un bon Français qu'un bon immigré. Peu importe qui vous soyez, il vous suffit de cracher au bassinet de porcinet pour être ce fameux et merveilleux citoyen du monde.

01 juillet 2011

Martine m'écrit

martine aubry,primaire,démocratie,citoyen,électionLes lecteurs assidus de ce blog savent que j'entretiens une correspondance avec nombre de personnalités politiques de "haut niveau". Hier c'était Martine qui m'écrivait personnellement (Martine Aubry, bien sûr, la preuve en cliquant sur l'image !). J'étais assez satisfait qu'elle me fasse part de ses ambitions même si j'aurais préféré qu'elle me passe un p'tit coup de bigot. Passons... j'imagine qu'elle a bien arrosé ça hier soir, ce n'est quand même pas tous les jours qu'on se présente à l'élection présidentielle.

Pour en revenir à sa petite bafouille, je la trouve fort à propos et bien sentie. Seule une phrase m'a fait un peu tiquer :"La primaire citoyenne doit être un grand moment démocratique." Oui Martine, c'est un peu vague comme formule car ça fait un peu phrase toute faite qui ne veut pas dire grand-chose. En effet on pourrait inverser tous les mots sans que le présumé sens en soit affecté :
- La primaire démocratique doit être un grand moment citoyen.
- Le grand moment démocratique doit être une primaire citoyenne.
- Le grand moment citoyen doit être une primaire démocratique.
- La primaire citoyenne doit être un grand moment démocratique. (phrase retenue)

Pour le reste du message ça tenait le choc, même si je n'ai rien retenu après trois lectures (ce qui est plutôt bon signe). J'ai quand même pris note de ta candidature, ma bonne Martine. C'est la promesse de bons moments à venir et de chaudes soirées bien arrosées.