Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 juin 2013

Démocratie à l'UMP

Jean-François Copé a dit : « A l'UMP, nous apprenons la démocratie, c'est assez nouveau »

Les militants et les électeurs de l'UMP seront heureux d'apprendre que leur parti n'épouse en rien les valeurs qu'il prône pour une société qu'il a la prétention de vouloir diriger, et qu'il dirigea par le passé. Il serait temps pour tous ces gens de tourner la page, soit de l'UMP, soit de la démocratie. Pour ma part, je tournerais les deux pages...



08 décembre 2012

L’UMP se coupe en UN…

En cadeau pour mes lecteurs un édito qu'un journal papier bien connu du landerneau n'a pas voulu prendre...
----------------------------------------------
 
L'UMP est rentré dans l'ordre, ses caciques font vœu de silence, faisant désormais leur, mais un peu tard, l’adage selon lequel il vaut mieux se taire et passer pour un idiot que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet. Mais quel capharnaüm pendant deux semaines ! La France entière a été prise à témoin dans cet imbroglio électoral, sauf quelques Dom-Tom du Pacifique oubliés des totaux. Peut-être que l’UMP avait mal interprété la récente reconnaissance du vote blanc ? Ce qui fit un peu tâche pour des gens qui se prétendent -selon une mode récente- humanistes. On retiendra également au passage que Fillon, au comble de la colère et probablement aussi de la lucidité, a admis publiquement que son parti était une mafia. C'est une information qui pourrait intéresser la justice, qui pour l'heure n'a condamné que « le meilleur d'entre eux », celui qui,curieusement, a été appelé à la rescousse pour rétablir l'ordre entre les bandes. Tout se tient...
Dans toute cette affaire on n'aura qu'un seul regret, celui que la discorde ne porte pas sur une vraie question politique, comme par exemple le rapport à la souveraineté, point fondamental qui avait failli être la cause de la partition du RPR à l’aube des années 90 avec d’un côté Pasqua et Seguin, et de l’autre Chirac et toute sa descendance actuelle. Car si l'UMP se fractionnait demain, il y aurait deux nouveaux partis, strictement identiques, tous deux descendants de la filière chiraquienne, libérale et mondialiste.
 

20 septembre 2012

Supercherie

On était habitué à ce que l'UMP mente à chaque détour de phrase. Cette fois c'est un mensonge énormissime. Certes l'élection de leur nouveau chef et la quête de parrainages qui l'a accompagnée n'intéressent pas grand monde, mais regardons de plu près les chiffres annoncés. Copé prétend avoir recueilli 32000 signatures. Il avait presque la larme à l’œil en annonçant ce chiffre certifié par un huissier (probablement un vrai huissier, celui qui ouvre les portes). C'était sans compter sur Fillon qui arriva quelques minutes plus tard avec des cartons contenant 45000 signatures. Mais lui n'avait pas le rimmel qui coulait, il semblait trouver cela tout naturel.

Cela nous fait déjà 77000 signatures en tout, auxquelles on peut ajouter celles obtenues par les autres candidats qui ont finalement lâcher le morceau. On peut raisonnablement estimer à 85000 le nombre de signatures récoltées par tous les candidats. Combien y a-t-il d'adhérents à l'UMP ? Parmi ceux-là, combien auraient eu le cœur ou l'envie de renvoyer un bulletin pour apporter un soutien à des candidats qui, tous autant qu'ils sont, ne représentent même plus l'idéal de l'électeur de droite ?

Au moins au PS on ne se cache pas derrière un paravent démocratique, on nomme le chef sans demander l'avis des militants. Il faut dire qu'ils ont déjà donné dans le trucage d'élections.