Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mai 2013

Nouveau drame littéraire

Au bon vieux temps de la tragédie, à une époque où la civilisation arriva probablement à son apogée, existait le drame dit cornélien, opposant le devoir à l'amour ou le sentiment à la raison.

Bernard Arnault a dû récemment choisir entre les nationalités française et belge. Avec la Belge il pouvait pérenniser l'héritage de ses enfants et se soustraire pour une part à l'avidité du fisc français. Avec la Française il ne portait pas de tort à son entreprise vendeuse de luxe "made in france" et satisfaisait ainsi ses actionnaires. S'il y avait aujourd'hui un Corneille il trouverait là le nouveau thème du drame des puissants : l'argent personnel contre la valeur du titre, ou encore favoriser le fils ou l'actionnaire. Le tout sur le dos des Etats, vous l'aurez bien noté.

Corneille faisait triompher la raison contre le sentiment. Arnault a fait son choix, l'actionnaire contre sa progéniture.