Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 avril 2011

Le canon c'est pour les Blancs

Que peut-on retenir des évènements qui ont (eu) lieu en Côte-d'Ivoire ? Voilà la vraie question car l'Afrique est un tel bourbier que bien malin est qui peut dire ce qu'il faut y faire ? Faut-il d'ailleurs y faire quelque chose ? L'ONU a décidé qu'il fallait intervenir et a donc donné un mandat à la France pour supprimer toutes les armes lourdes du clan Gbagbo (en fait, l'armée régulière) qui risquaient de lui donner une supériorité écrasante au moment de la dernière phase démocratique qui l'oppose à Ouatarra.

L'ONU a bien eu raison d'aller dans ce sens, les armes lourdes sont dégueulasses, elles terminent les guerres en 2 temps 3 mouvements, surtout en Afrique où le passé a prouvé dans maints pays que le seul survol d'une capitale par un couple de mirage faisait tout rentrer dans l'ordre même quand il n'y en avait jamais eu avant. L'ONU prêche donc en Côte-d'Ivoire pour une guerre équitable, comme le café, une guerre sans arme lourde où le vainqueur sera le plus fort, donc le plus nombreux, donc la démocratie sera respectée CQFD. On souhaite donc une guerre sans canon, une sorte de mythique guerre en dentelle. Seulement voilà, nous sommes en Afrique, loin des règlements de compte au pistolet dans un pré. Point de dentelle, c'est le coupe-coupe, la machette et les t-shirts en charpie. Les Noirs ne vont quand même pas se battre au canon ! L'ONU, souhaitant préservée les coutumes locales et les civilisations en danger, en a décidé ainsi.

01 avril 2011

Message ivoirien (2)

Mon ami Laurent Gbagbo Alassane Ouattara me fait parvenir un message enregistré à destination du monde. Fort de la confiance réciproque qui nous anime je me dois donc de vous le délivrer. D'aucuns pourront s'étonner que je connaisse le président iranien, le président Poutine ou encore Laurent Gbagbo Alassane Ouattara sans pour autant que je n'apparaisse dans les courriers volés de Wikileaks. C'est ça une bonne diplomatie secrète !


podcast
NB : Voir le précédent message ivoirien délivrer par Gbagbo. Vous pourrez jouer au jeu des 7 différences.

PS : Ce n'est même pas un poisson d'avril !...

25 janvier 2011

La quinzaine des dictateurs (2)

Laurent Gbagbo est président de la république de Côte-d'Ivoire depuis, à vue de nez, une dizaine d'années. Cela lui confère, comme il est de coutume dans les pays d'Afrique noire, la quasi totalité des pouvoirs. En effet il règne sur tout le pays à l'exception d'une sorte de village gaulois, un hôtel 4 étoiles dans lequel se prélasse le candidat prétenduement victorieux lors des dernières "élections démocratiques" (c'est une expression de démocrates qui savent, eux, que certaines élections ne sont pas démocratiques). Le candidat malheureux est Ouattara, un boxeur de la politique ivoirienne  mais qui a toujours finit deuxième. Il revendique la victoire fort des 54% décomptés au moment de la purge des urnes et d'un unanime et inquiétant soutien de l'ensemble de la communauté internationale. Hélas pour lui, le conseil constitutionnel n'a pas validé les élections et proclamé Gbagbo président. Ce fut le début du bazar, alors qu'on s'attendait de toutes parts à un concert de louanges suite à l'élection d'un président Noir à la tête d'un pays (comme pour Obama par exemple). Il semblerait que cette fois personne ne fût ému par l'avènement d'un Noir à la tête d'un Etat. On s'habitue trop vite à notre époque...

Gbagbo ne comprend pas tout le charivari qui est fait autour de cette stricte observance des décisions du conseil constitutionnel, et on le comprend ! Pour une fois qu'il agit en homme d'État et en digne membre de l'internationale socialiste on le traine dans la boue. Il n'a fait que reprendre l'exemple de la maison mère qui a fait déjuger le vote populaire par une instance à la botte (le traité de Lisbonne et la France...). En fin politicien il joue la montre et avec le temps il finira par être accepté comme le légitime représentant de son pays. Mais comme toujours il a fallu que la France s'illustre en donnant l'ambassade de Côte-d'Ivoire à un obligé de l'opposant Ouattara. Ainsi cette ambassade à Paris ne représente pour le moment qu'un hôtel 4 étoiles à Abidjan et n'est pas prête d'en représenter plus. Il sera amusant de voir comment la France va normaliser tout ça. Il faudra bien un jour qu'elle fasse revenir le représentant officiel (c'est à dire de Gbagbo), qui ne manquera pas de le faire devant toutes les caméras, hilare, dents blanches, un gros cigare au bec. Car Gbagbo va rester c'est sûr. La seule raison qui pourrait le faire partir serait de pouvoir jouir en toute impunité de ses comptes en banque. Or Gbagbo a la télé et a vu qu'on voulait du mal à Ben Ali et son argent au simple motif qu'il n'était plus le calif au pays du jasmin.

N'est-ce pas souhaitable qu'il y ait à la tête de la Côte-d'Ivoire un catholique plutôt qu'un musulman représentant des parties pauvres et séditieuses du pays ? Un bon vieux despote africain plutôt qu'un émule du FMI et du libéralisme ?

07 décembre 2010

Message ivoirien

Mon ami Laurent Gbagbo me fait parvenir un message enregistré à destination du monde. Fort de la confiance réciproque qui nous anime je me dois donc de vous le délivrer. D'aucuns pourront s'étonner que je connaisse le président iranien, le président Poutine ou encore Laurent Gbagbo sans pour autant que je n'apparaisse dans les courriers volés de Wikileaks. C'est ça une bonne diplomatie secrète !


podcast