Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 juillet 2008

Du rififi à la caserne

Rien ne va plus du côté des armées. Le mitraillage accidentel du public venu assister à une démonstration n'en finit plus de faire des dégats collatéraux. Le chef d'état-major de l'armée de terre a présenté sa démission après avoir été traité "d'amateur" par son supérieur hiérarchique direct Nicolas Sarkozy. C'est tout à l'honneur de ce général pour qui trop c'est trop.
char.jpgEn effet depuis bientôt 30 ans on se moque de l'armée sans qu'elle ait le droit de se défendre eu égard à son droit de la fermer. Une nouvelle fois cette année son budget va être sabré. Officiellement il s'agit d'une réorganisation et d'un recentrage des moyens afin de disposer d'une force d'élite. Dans la réalité on ne fait que supprimer des crédits afin de les affecter à je ne sais quelles autres dépenses (je ne préfère même pas savoir où ça va... non, ne dites rien !) et on supprime au passage 54 000 soldats. Il faut savoir ce qu'est une suppression d'effectif dans l'armée. Comme l'emploi est une donnée très importante pour les hommes politiques il ne faut pas que ces 54 000 suppressions de poste deviennent 54 000 chômeurs alors pour être sûr qu'ils retrouvent un emploi on sélectionne ceux qui seraient le plus susceptible de retrouver un travail dans le civil, donc les meilleurs, et on les vire. Cela se passe comme cela depuis 25 ans ! L'armée vire ses meilleurs éléments dès qu'il y a réduction d'effectif. On peut donc comprendre que les militaires soient en rogne ces derniers temps si en plus d'être insultés par un homme qui leur avait promis monts et merveilles on leur retire leurs meilleurs éléments. Sans parler bien évidemment de leur rôle dans la défense national ou le rayonnement international (donc économique, demandez aux américains) qui semble échapper à tout le monde.