Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 juin 2008

L'euro fort

J'ai un péché mignon, écouter les interventions des auditeurs le matin à la radio. Je sais ce n'est pas bien et dangereux pour la santé mentale. D'ailleurs si on n'y prend pas garde on a vite fait de casser son transistor. Je n'en arrive jamais à cette extrêmité car je connais la valeur de mon vrai poste de radio qui fonctionne avec une molette et non des touches de présélection.

radio.jpgCet appareil crache depuis hier des invectives contre l'équipe de France de football venant de smicards qui n'acceptent pas la défaite de footballeurs sous prétexte qu'ils ont des salaires d'émirs séoudiens. C'est curieux cette obligation qu'à la France de devoir gagner à tout prix. Qu'on se rassure cela ne concerne que le football. En fait le football est un monde complètement à part une anti-société moderne si l'on y regarde de bien près. Avec Polytechnique, Centrale et quelques autres écoles (Sciences-Po étant sorti du club) c'est le dernier endroit où la sélection sur le mérite prime. Personne non plus ne vient contester les mérites de la colonisation ni essayer d'imposer des quotas ou une quelconque discrimination positive. Le résultat d'un match fait foi, pas de rattrapage ou de "ils ont tous gagné". Malgré certaines attaques ou certaines fausses vertus que l'on essaie en vain de l'affubler, le football reste ce havre d'un ancien monde qui disparaît un peu chaque jour. C'est peut-être aussi cela qui fait son succès.

 

PS : Les footballeurs français sont peut-être trop payés mais en admettant que les Italiens le fussent plus, ne méritaient-ils pas la victoire ?