Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 mars 2013

Hessel au Panthéon (addendum)

Il y a deux ans jour pour jour je publiai une note qui convient parfaitement à notre ami Stéphane Hessel qui a les mêmes indulgences que Jean-Marie Le Pen envers l'occup'. En adaptant un peu, cela donne ceci :

4283102280.jpg

Contre les relents nauséabonds des "Hessel",

faites confiance aux forces de l'Axe.


Hessel au Panthéon (erratum !!!!!)

A cause d'une malencontreuse erreur de ma petite archiviste, la phrase de Stéphane Hessel que je proposais de mettre en épitaphe sur son tombeau au Panthéon n'était pas la bonne. Elle était de Jean-Marie Le Pen... Mon Dieu, quelle erreur ! Elle va morfler la petite gourgandine, je vous pris de le croire, on va lui faire sa fête ! Ça tombe bien, c'est la journée de la fumelle.

Il fallait lire la vraie phrase de Stéphane Hessel, qui n'a absolument rien à voir avec celle de l'ignoble fasciste :

« La politique d’occupation allemande était, si on la compare par exemple avec la politique d’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une politique relativement inoffensive, si l’on fait abstraction d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’œuvres d’art. »

Hessel au Panthéon

Pour une fois je suis d'accord avec la meute. Envoyons Stéphane Hessel au Panthéon. Et je propose de mettre en épitaphe une de ses plus belles phrases :

« En France du moins, l’occupation allemande n’a pas été particulièrement inhumaine même s’il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550.000 kilomètres carrés. »


07 avril 2011

Indigne de nous

Le prix Nobel pour Stéphane Hessel, tel est le titre d'un article du Monde. Ce n'est pas une blague, le monsieur est bel est bien sur la short list des prétendants à la haute distinction financée par les royalties de la dynamite. Indignez-vous ! puis Engagez-vous ! qu'il disait à la manière d'un sergent recruteur, à moins que sa pensée résumée en 25 pages ne soit plutôt digne d'un petit caporal.
Souvent les média font du jeunisme mais ils sont encore plus pathétiques quand ils font du vieillisme en encensant un vieillard sous prétexte qu'il sait encore conjuguer un verbe du troisième groupe à un âge où ses congénères sont tout ramollo du cigare. Pourtant, cette bonne vieille Hessel a beau être encore maître ès conjugaison, son soi-disant brûlot sent terriblement la sueur, la sueur âcre du besogneux qui récite la leçon imbécile qu'il a apprise et enseignée tout au long de sa vie.

Mais à défaut d'être contre le prix Nobel de la paix pour Stéphane Hessel qui descend la France,
soyons pour le prix Lebon du contrepet de l'âne et de la faisselle qui sent le rance.

11 janvier 2011

Hessel encore

Un petit opuscule écrit par Stéphane Hessel fait grand bruit en ce moment. Rassurez-vous tout de suite je n'ai pas le temps de me salir les doigts avec ça. 3 euros les 25 pages ça nous met le livre standard de 250 pages à 30 euros. Il y a de quoi s'indigner ! En général je n'ai pas l'indignation facile sauf si l'on touche à la France et aux fruits de mon travail. Et pourquoi le lire puisque une revue de presse de 90 secondes suffit pour en extraire à la fois un résumé et une lecture complète ?

 

Quant au contenu on ne peut pas dire que notre vieux papy (fossile vivant en géologie) fasse preuve d'une quelconque originalité, bien au contraire. C'est juste une compilation de tous les thèmes de la bien-pensance éclusés sur tous les fronts depuis 30 ans. Que les gens achètent une leçon de morale qu'on leur sert gratuitement depuis des lustres me laissent pantois ! Trente ans que tu dormais Papy pour te réveiller à l'heure où ces idées vont bientôt rejoindre la poubelle de l'Histoire (en passant par le purgatoire des invendus des Emmaüs). 25 pages pour résumer les mots d'ordre de la gauche pendant trente ans et enfoncer des portes ouvertes. Les mangeurs d'hommes qui te feront la peau n'auront pas droit à du pâté de têtes mais à de la faisselle.