Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 août 2008

Philo et cetera

Depuis quelques jours déjà je voyage en première classe au-dessus de la France, et pour pas cher en plus. Je suis en pleine lecture de l'Identité de la France de Fernand Braudel. Pour quelqu'un qui aime son pays charnellement c'est une lecture formidable. Le premier chapitre présente la France comme une terre de "diversité", et en effet dès les premiers mots s'échappent les odeurs et les paysages que l'on rencontre en naviguant tout au long de nos routes départementales. De cantons en bourgs le déplacement est lent, les blés poussent lentement, Riquet construit le canal du Midi. Les intendants veillent au grain. Les disettes reviennent régulièrement mais la population française grossit au point de représenter la moitié de l'Europe à elle seule (sans compter la Russie) au temps de Louis XIV.

guinguette.jpgAu fait savez-vous pourquoi il y a des guinguettes à la périphérie de Paris, sur les bords de Marne ou de Seine ? L'octroi ! Pour ne pas payer l'octroi (un impôt douanier) à l'entrée de Paris, quelqu'un (un ancêtre des évadés fiscaux) a eu l'idée de faire venir les clients au pinard et plus l'inverse.

Une citation utile à tous ceux qui ne sont pas fortiches en IIIème République - au lieu de toujours rappeler Félix Faure - qui nous vient de Gaston Roupnel en parlant de la crise du phylloxéra (1865-1890) qui affecta gravement la vigne : "le principal événement de la IIIème République".