Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 septembre 2012

Le président a parlé

Oui, notre cher président a parlé à la télévision dimanche dernier. Il n'a rien dit de nouveau par rapport à sa misérable campagne élective. La seule nouveauté c'est sa référence au patriotisme à l'endroit de ceux qui devront payer plus d'impôts. Dans la bouche d'un socialiste contemporain c'est une locution pour le moins surprenante pour ne pas dire un gros mot. On se souvient que les socialos justifiaient la présence des immigrés sur notre sol par le fait qu'ils étaient assujettis à l'impôt.

Ainsi donc on apprend, de la bouche même du grand guide des socialistes, qu'en payant l'impôt on peut tout aussi bien être un bon Français qu'un bon immigré. Peu importe qui vous soyez, il vous suffit de cracher au bassinet de porcinet pour être ce fameux et merveilleux citoyen du monde.

12 janvier 2010

Jusqu'à Lagarde

J'apprends ce matin en me levant que notre bon ministre des finances a décidé de taxer les bonus des traders. Pas encore opérationnel à 100%, je me dis chouette, Don Salluste se prend pour Robin des Bois. Complètement réveillé je me rends compte de la volonté du ministre : imposer les revenus des traders pour la seule année 2009. Y a-t-il eu un vote au Parlement comme c'est la tradition dans les états de droit (y compris sous la monarchie française) ? Apparemment pas ! En plus cet escroquerie est rétroactive, d'ordinaire on expose la règle avant la partie.


Hier je stigmatisais les paroles du successeur de Tonton qui s'apparentaient plus à celle du Parrain, aujourd'hui on a la preuve par les actes, une entreprise de racket à ciel ouvert. Quand je pense au juge Falcon qui disait qu'en Italie l'État luttait contre la mafia alors qu'en France la mafia c'était l'État...

 

Il faut toujours se méfier des gens qui ne boivent pas de pinard.

 

27 août 2008

Trop d'impôts t...

La nouvelle du jour c'est la création d'un nouvel impôt annoncée par l'adjoint du gouverneur Sarkozy, un impôt sur le "capital".
- Première astuce, créer un impôt nouveau pour ne pas être retoqué par la Présidence des États-Unis d'Europe, le temps que les Boss fassent une nouvelle loi ou s'assurent que la France a juridiquement le droit de s'occuper seule de ses affaires.
impots.jpg - Deuxième astuce - elle est n'est pas originale et a même déjà beaucoup servi mais elle fait toujours son petit effet et permet de claquer le bec de ceux qui ont le cœur en bandoulière - dire que le produit de l'impôt servira à une œuvre sociale.
- Troisième astuce, faire porter l'assiette de l'impôt sur le "capital", mot fourre-tout qui ne veut pas dire grand-chose mais qui a au moins le mérite de faire croire à la plèbe que ce sont les riches qui paieront. Astuce non-négligeable en un temps où l'addition des votes des pauvres est un gros poil supérieure à celle des riches.

Tout cela n'a aucun "cens" et n'est que "banalité", comme le souligne fort justement le Grand Charles.