Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 février 2010

Rillons avec François

Tout se passait bien lors de son discours. Aplatissement total. Ronds de jambe. Léchage de botte. Argent restitué. Fondation pour la mémoire. Médailles, valeurs etc. Il n'était plus qu'à dix minutes du buffet campagnard : champagne, petite saucisse moutarde, chou-fleur mayonnaise. Patatras, la boulette ! Mon François, par media interposés, il demande au Mamoud (Mamoud Abbas, également appelé Abou Mazen) de réformer l'État palestinien (ça se passe vers 11min30). J'aurais été dans la salle du Crif, j'aurais mal pris la sentence. Aux dernières nouvelles il n'y a toujours pas d'État palestinien, seulement une autorité qui n'en a d'ailleurs plus beaucoup, à moins que mon ami Francis Raël ne m'ait pas tout dit.


Il est quand même fort le François ! Il fait la carpette devant les Juifs, et d'un seul coup il te sabre Israël en deux, le circonscrivant à la partie où son armée est présente et reconnaissant l'existence d'un État palestinien. Qu'on aille pas nous faire la leçon de l'antisémitisme, du racisme ou dire qu'on ne dit que des conneries dans les blogs sur Internet car là c'est le pompon !

 

05 janvier 2009

Gazza for ever

gazza.jpgGazza est un phare dans la médiocrité actuelle. Sa résistance à l'ordre mondial mis en place aujourd'hui par le G14 était belle et pleine de panache. Le manque d'eau t'a perdu, tu aurais pu devenir le plus grand. Ton génie était reconnu par les plus grands puristes et les fans (fanatique).
Gazza tu resteras pour moi à jamais un des plus grands joueurs de football du 20ème siècle. Vive Paul Gascoigne, alias Gazza ! Il n'y aura jamais qu'un Gazza, avec 1 ou 2 "z", les autres ne sont pas dignes d'intérêt.

 

 

18 juillet 2008

Bourse des prisonniers

Il est toujours intéressant de regarder les chiffres, ceux-ci ont une valeur objective incontestable. Ainsi un échange de prisonniers entre deux parties permet d'établir une sorte de bourse de valeur. Cela n'a rien de choquant de parler en ces termes car l'échange se fait au grand jour et est accepté par les deux parties. Ainsi Israéliens et Palestiniens se sont mis d'accord pour dire qu'il faut 5 Palestiniens pour atteindre la valeur de deux Israéliens. La cote est donc fixée, et encore, les deux Israéliens étaient morts. On pourrait donc de 2 pour 5 passer allègrement à 2 pour 10 soit 1 pour 5.

prisonnier.jpgAinsi il est possible de cartographier une grande partie du monde par ces cotes définies par les belligérants. Les Farcs par exemple, du fin fond de leur jungle amazonienne, n'ont pas une grande estime d'eux-mêmes lorsqu'ils demandent qu'on relâche 500 dans des leurs en échange d'une dizaine d'otage. Un Colombien classique, légaliste vaut donc une bonne cinquantaine de Farcs.

En revanche il sera très difficile de donner la valeur d'un occidental car l'Occident n'a plus dans ses prisons de prisonniers politiques, il est donc impossible d'évaluer sa valeur à la lueur d'un troc. L'occidental n'a qu'une valeur financière, ce qui n'est pas si mal à une époque où le billet vert a plus de valeur qu'un Noir ou Jaune.