Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 octobre 2013

Géronte

Le Pape commence à m'inquiéter. Après le naufrage d'un bateau d'ex-futurs immigrés qui voulaient rejoindre l'Italie, le Pape a dit que "c'était une honte".

Je m'interroge sérieusement sur cette réflexion. Une honte pour qui ? Le commandant de bord qui n'a pas su affronter la tempête ? Le fabricant du bateau qui a construit un rafiot à moitié pourri ? Les passagers qui ont payé 10 fois le prix un voyage pour devenir au débarquement des délinquants de facto ?

La honte c'est peut-être d'avoir déboulonné Kadhafi qui, contre menue monnaie, était garant de la tranquillité des ports de Lybie au départ pour le Nord de la Méditerranée.



22 mars 2011

La tolérance en Algérie

Ça ne bouge toujours pas en Algérie (en tout cas pas comme on voudrait, on veut du sport !). Lors de la dernière coupe du monde de football une ritournelle y fit fureur "One, two, three, viva l'Algérie !!!" Alors livrons en pâture à nos amis algériens* un slogan qui va permettre de foutre le BORDEL là-bas dit :


"ONE TWO TWO, viva l'Algérie !!!"


* A la façon de Kadhafi disant : "mon ami Sarkozy"

 

25 février 2011

Une ambulance pour Tobrouk

Bombarder son peuple serait la "dernière des bêtises à faire" aurait dit Jean-Claude Trichet, gouverneur de la banque centrale européenne. En fait non, il n'a pas dit ça à propos du bain de sang qui se produit en Libye mais à propos de la probable volonté des uns ou des autres à augmenter les salariés européens. Au fond ce Trichet n'est pas si éloigné que cela du peuple qu'il gouverne en ce sens que les révoltes trans-méditerranéenne l'intéresse beaucoup moins que le montant des salaires.

Pourtant ce qu'il se passe de l'autre côté de Mare nostrum (nostrum = États-Unis en latin moderne) est intéressant par certains côtés. Les premières émeutes ont vu le peuple (une partie tout au moins) se révolter contre les chefs en place sans que l'armée intervienne beaucoup. Cette dernière a même eu tendance a, sinon soutenir les rebelles, du moins désobéir à l'autorité en place. C'est cela qui est intéressant, constater que la plupart des armées arabes sont rétives à la moindre manifestation d'autorité. On les imagine bien, comme lors de la guerre des 6 jours, détaler en 4ème vitesse plus vite que leurs godasses à la moindre alerte un peu sérieuse. Avis à tous les ceuces qui voudraient leur faire la guerre (en particulier la tribu des Boukoupé).

 

21 février 2011

Téléphone arabe

Il semblerait que les pays arabes vivent dans une certaine ébullition depuis quelques semaines. On ne s'y est pas encore beaucoup étendu sur ce blog, il est peut-être temps d'envoyer une bonne petite opinion de derrière les fagots. Il est même plus que temps car ça évolue de jour en jour et au rythme actuel tout aura été fait et dit dans quelques jours.

L'éviction de Moubarak a été une belle surprise car le bonhomme semblait bien accroché à son poste, soutenu qu'il était par son armée et par les États-Unis. Il y aurait aussi en ce moment des émeutes en Libye qui menacerait le Colonel Kadhafi. Espérons qu'il va tenir celui-là, pas par affection envers son régime, mais pour l'honneur. Ce serait encore une fois humiliant qu'un homme réputé pour sa poigne soit dégagé de son trône par des éleveurs de chèvres alors qu'il se permit naguère, lors de son voyage en France, de son comporter comme un cador en installant sa tente de bédouin dans nos jardins républicains et en se baladant avec sa garde rapprochée de grosses amazones laiteuses. Quand on accueille les dictateurs il faut ensuite les soutenir sinon on tombe dans le ridicule le plus sordide. Regardez Giscard avec Bokassa, ou plus récemment MAM avec Ben Ali. Parfois l'honneur gagne à être connu d'avantage que le ridicule.

Il semblerait aussi (utilisons toujours le conditionnel car ce sont des images qui proviennent toujours, ne l'oublions pas, de dictatures) que divers petits pays arabes soient en passe de liquider leurs Cheikhs ou leurs Émirs. Grand bien leur fasse, tout cela est inintéressant au possible. Quel ennui ces révoltes retransmises en direct sur le site du Monde ! On attend avec impatience le bilan de ces émeutes filles de Facebook, de films avec téléphone portable, de seat in sur la place du village ou d'affiches en A4 arial 72. M'est avis, mais ça n'engage que moi, que les résultats seront moins fructueux qu'avec les bonnes vieilles méthodes façon "palais de la Moneda" en 1973 à Santiago.