Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 février 2013

SNCF à l'agonie

"Un nombre important de matériel roulant est immobilisé pour des raisons techniques. En conséquence le train de Pétaouchnok est supprimé."


C'est en ces termes qu'on apprend que son train ne partira pas. Le langage est administratif à souhait, il faut se repasser la phrase pour comprendre la cause de l'annulation du train. Accessoirement on apprend, innocemment, que la SNCF est dans la panade...


07 janvier 2011

Du capitole à...

Il y a en ce moment une sorte de polémique à propos du langage du président de la république. Il est vrai que l'homme n'a pas le parler d'un vieil académicien confit dans son jus verdâtre. Il aurait, dit-on, une syntaxe plus proche de celle d'un charretier. L'homme était tellement attaqué sur ce point qu'un ministre, celui de l'éducation nationale - probablement parce qu'on le supposait compétent dans son domaine - s'est fendu d'une réponse écrite aux ceuces qui l'attaquaient. Pour vous j'ai lu cette lettre, et il se trouve qu'elle n'est pas trop mal tournée et que le vocabulaire y est soutenu et la syntaxe irréprochable. Il y a même un extrait qui donne ceci : "un style amphigourique et les circonvolutions syntaxiques".

Ça ressemble bigrement à une façon de se moquer de son patron en prenant un contre-pied vocabulaire par trop ostentatoire. Il y a ne serait-ce que 50 ans un chef d'Etat, insulté de la sorte, aurait à coup sûr jeté l'impudent du haut de la roche tarpéienne à défaut de lui dire "casse-toi pov'con".

15 décembre 2010

Sabir à 100%

Il est un travers de langage qui tend à se répandre plus vite que les augmentations de salaire c'est la façon qu'ont les gens de dire qu'ils sont d'accord à 120% (ou plus si nécessaire). C'est vraiment idiot quand on réfléchit deux secondes (pour ceux qui en ont encore le temps).


Déjà faire une évaluation de son taux d'acceptation en pourcentage relève d'une atteinte grave de troubles neuro-administratifs. Il existe tout une palanquée de mots pour définir avec nuance un accord sans être obligé de parler comme un sous-chef du service du calcul de l'assiette de l'impôt. C'est probablement l'inflation dans l'ironie linguistique qui veut ça, sinon comment expliquer qu'on en soit arrivé à la semaine des 4 jeudi alors qu'au début il n'y en avait que 2 (dans l'expression, il va sans dire que dans une semaine normale il n'y en a qu'un).


Outre cette inflation verbale on remarquera que les gens sont de plus en plus d'accord au moment même où on se comprend le moins. N'avez-vous jamais remarqué, pour parler en pourcentage, qu'il est difficile de comprendre à plus de 50% quelqu'un qui fait plus de 3 phrases d'affilée ? En gros, plus on est d'accord moins on comprend, ce qui finalement semble assez logique. Prenons l'exemple des récentes déclarations du Pape sur le préservatif, le péquin lambda a compris que le Pape était pour son utilisation. Toi y en a comprendre que le Pape n'a pas dit exactement ça (on serait proche d'une vérité à 0,1%) ? Toi y en a quand même d'accord à 150% ? Alors toi y en a abruti à 200%.*

 

* Une exception : la connerie n'a pas de limite ou alors on la cherche encore.