Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 juin 2013

Le cul de Mélenchon

Il y a quelques semaines Mélenchon se moquait bien maladroitement de Marine Le Pen qui était tombée dans sa piscine. « En attendant je me casse le cul pour les ouvriers pendant qu'elle se casse le cul dans sa piscine. » qu'il avait dit le bougre laissant sous-entendre que lui, il est de gauche, il n'a pas de piscine, il laisse ça aux beaufs de droite. Voilà notre gros rouge qui se pointe au Bourget pour voir les avions, et notamment les Airbus qui se vendent tellement qu'ils recrutent à tour de bras de futurs exploités. Oubliant probablement son pedigree politique l'espace de quelques instants alors qu'il était assis confortablement dans un fauteuil d'avion il prononça cette phrase de vieux bourgeois pas vraiment proche du peuple: « Moi quand je voyage, je voyage en classe affaires. J'ai passé l'âge d'aller me faire briser le dos à la classe économique. » Il faudrait savoir ! Il se casse le cul ou pas ? Il faut dire qu'entre ces deux phrases le mariage pour les homos a été légalisé. Il y a fort à parier que pour Mélenchon se faire casser le cul n'est désormais plus une priorité.

19 avril 2012

Jean-Luc Mélenchon

Prenez le pouvoir

mélenchon

28 juin 2011

Robespierre ou le passé radieux

Un communiste profite d'une tribune du Monde pour faire l'apologie du despote Robespierre. "Despote" est de ma plume car la sienne est on ne peut plus élogieuse. Il lui trouve toutes les qualités, il en fait le père de notre société moderne et de ses belles avancées par rapport à l'obscurantisme qui la précédait. Néanmoins, par souci d'honnêteté intellectuelle, notre coco concède qu'il aurait été coupable de quelques excès durant la grande terreur. Citons :
"N'ayez crainte, je n'esquiverai pas une critique. Robespierre fut un des acteurs de ce qui est nommé la Grande Terreur. Mais de quoi parlons-nous exactement ? D'une période de deux mois, du 10 juin au 27 juillet 1794. Comme vous, je n'éprouve aucun plaisir à cela et, comme vous, je suis farouchement opposé à la peine de mort."


On pourrait se dire que c'est déjà pas mal pour un coco de reconnaître que son maître est foncièrement un terroriste mais il élude la plus grosse partie de son palmarès, le GÉNOCIDE VENDÉEN ! Ce type ne pipe pas à un mot de cet ignoble massacre ordonné par le comité de salut public dont Robespierre était le membre le plus influent - euphémisme pour ne pas dire que les autres vivaient dans la terreur de ne pas se faire couper en deux par le dit-brave Maximilien. L'auteur de cette tentative de réhabilitation de cette effroyable bourreau sanguinaire qu'est Robespierre fait ici preuve du plus lamentable négationnisme.


NB : Vous rigolerez bien en apprenant dans cet article de l'immonde qu'une rue à son nom a été baptisée à la libération par les "forces parisiennes" et que ce serait un argument en faveur de sa canonisation républicaine. Quand on sait qui étaient les forces dites de libération et quelle fut l'étendue de leurs massacres on regrette que l'auteur de cet article (un conseiller de Paris du parti de gauche) ne fût pas un opposant politique de Robespierre. Il aurait découvert les vertus de ce grand homme.....


"Robespierre est le fondateur de notre liberté" Jean-Luc Mélenchon