Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 janvier 2010

Coup de torchon

libé.jpgComment prouver qu'un journal est un torchon ? Ou encore comment prouver que le dit-journal n'applique ses "thèses" que dans certains cas précis, quand ça l'arrange en somme ? Vous penserez certainement qu'il est très difficile d'atteindre une rigueur intellectuelle irréprochable. Certes ! Mais parfois ça frise la malhonnêteté, d'où le qualificatif de "torchon".

Prenons au hasard le journal Libération et un sujet aussi consensuel (pour sa rédaction) que la peine de mort. Évidemment tous les libérationneurs sont contre la peine de mort, et c'est à leur honneur (je suis personnellement contre sauf dans le cas de haute-trahison). Prenons ensuite au hasard deux cas d'individus condamnés à la peine de mort et regardons le traitement qu'en fait le journal sus-nommé.


1. le cas de Wesley Cook, alias Mumia Abou Jamal, condamné à mort pour meurtre
http://www.liberation.fr/monde/010131666-la-fausse-victoire-de-mumia-abou-jamal

2. le cas de Ali Hassan al-Majid, dit Ali le chimiste, condamné à mort pour de multiples raisons notamment le gazage de 5000 kurdes
http://www.liberation.fr/monde/0101615601-ali-le-chimique-a-ete-pendu

La comparaison est immédiate. Dans le cas 1 il est fait état d'une opposition à la peine de mort. Dans le cas 2 la peine est commentée de façon laconique sans référence à une quelconque opposition envers le procédé. Deux poids deux mesures, comme d'habitude. Ali le chimiste était un pur salopard, personne n'en doute, mais il aurait pu avoir droit aux mêmes égards que n'importe quel condamné à mort dans un pays étranger. On remarquera que l'article n'est pas signé alors qu'il l'est dans le cas du camarade Mumia.

On en déduit, et on pouvait s'en douter, que Libération est un canard qui pratique la géométrie variable (non euclidienne donc). Contre la peine de mort, mais plutôt pour quand ce sont des méchants et que tout le monde en convient. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'on sait où il aurait été en 1940 mais presque... (attaque de bas-niveau mais on s'adapte à sa cible)