Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 janvier 2010

Lettre au père Noël

J'ai voulu faire cette année ma lettre au père Noël. Il y avait à ce moment-là le prétendu sommet de Copenhague. On pouvait lire partout que 70% des jouets venaient de Chine, que les sapins provenaient aussi en majorité de pays éloignés, j'en passe et des meilleurs. Ainsi se procurer ce type de bien consommable pouvait nuire à la santé de la planète par un dégagement de CO2 dû au transport des dites marchandises. Ça tombait mal car je voulais pour la première fois de ma vie acheter un sac à sapin pour aider les blessés par mine anti-personnel... Tant pis ! Comme quoi le réchauffement de la planète ne nuit pas seulement à la planète mais aussi aux infirmes de guerre. C'est beau le mondialisme ! Toujours est-il que je n'aurais jamais mis dans ma lettre des jouets fabriqués en Chine, non que je sois sensibilisé depuis peu aux contraintes climatiques, mais parce que j'ai toujours mis en application un certain colbertisme économique et national : mieux vaut faire travailler un mauvais Français qu'un bon Chinois.


Comme écrire une lettre au père Noël devient donc trop polémique par les temps qui courent, j'ai fait l'inverse, j'ai ouvert un compte sur ebay pour vendre puis racheter les cadeaux que je souhaitais. Que voulez-vous, il faut vivre avec son temps ! Coup de chance, personne dans ma famille n'a eu l'idée saugrenue de m'offrir un niphone ou une woui, mais une biographie de Darquier de Pellepoix et des chaussettes en fil d'Écosse. Je garde. Au diable ebay.

 

05 décembre 2008

Ma lettre au Père Noël

perenoel.jpgCher Père Noël,

Je t'écris cher Père Noël car c'est bientôt Noël et que je voudrais bien des beaux cadeaux. Je te promets que j'ai été très sage cette année. Je fais mes devoirs (conjuguaux depuis quelques mois), je ne vole plus de plaque de rue, je bois moins, je suis rangé des voitures en somme.

J'ai appris hier par la radio que tu donnais mille euros en remplacement d'une voiture de plus de 10 ans. La mienne a eu 20 ans le mois dernier. Vas-tu me donner 2 mille euros ? Ce serait justifié car elle n'a subi que 5 vidanges, 2 changements de pneus, un remplacement de joint de carter et 7 ou 8 contrôles techniques glorieux et rapides (peu de point de contrôle) qui m'ont fait bomber le torse devant les propriétaires de grosses cylindrées modernes qui s'arrachaient les cheveux devant l'ampleur de leurs frais. Tu vois Père Noël, j'hésite à la changer. Malgré ses 35 à 40 chevaux un peu poussifs j'y suis attaché et ne suis pas totalement sûr d'avoir envie de la remplacer par une cousine soit-disant moderne et propre dont la fabrication a pollué dix fois plus que ma consommation en vingt ans de conduite pépère.

Comme je suis très attaché à ma voiture, je te propose une solution honnête. Je te donne ma voiture, tu me donnes les mille ou deux mille euros en échange, et ensuite je te rachète ma voiture (plus cotée à l'argus depuis 15 ans donc valant 500 euros à tout prendre). Honnête, non ? C'est très avantageux pour toi car la transaction ne serait que fictive donc pas de frais de livraison, pas de recyclage couteux et polluant, pas de nouvelle voiture construite donc pas de pollution industrielle ni de formalités administratives. En somme ce serait du gagnant-gagnant. Je te promets en plus de consacrer ma plus-value à la relance économique. En effet j'ai entendu dire que les vignerons accusaient une perte de chiffre d'affaires supérieure en pourcentage à celle de l'industrie automobile. Je m'en occuperais...