Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 décembre 2012

Sur Mediavox (3)

C'était aujourd'hui ma troisième contribution.

 

Les Norvégiens, qui passent leur temps libre d'Européens les plus riches à conchier l'Union européenne, viennent de lui attribuer le prix Nobel de la paix. Il faut se pincer pour y croire ou ne pas voir là une nouvelle farce de ce comité. Quel plaisir pour ces gens de voir toute une brochette de chefs d’Etat se rendre à la distribution d’un prix comme des enfants attendant un bonbon. L’honneur et la dignité ne sont décidément plus de mise à notre époque. Imagine-t-on le général de Gaulle allant à Oslo chercher une médaille chez des gens qui se sont vautrés dans le nazisme pendant la dernière Guerre ?

Hélas, ou heureusement, le comité Nobel n’en est pas à son coup d’essai. On se souvient qu’il avait récompensé Obama au moment où celui-ci relançait la guerre en Afghanistan en triplant son contingent sur place et en mettant en place une contre-guerilla des plus oppressives pour le petit peuple afghan. Il y eut d’autres impostures célèbres par le passé, notamment celle d’Aristide Briand, qui fut bien un chantre de la paix mais à un tel degré de naïveté que cela en devint presque, a posteriori, de l’incitation à la guerre. Le Nobel de la paix en lui-même est une imposture, financé qu’il est par l’argent de la dynamite.

En mettant de côté ces premières observations on peut se demander néanmoins quel est le rôle de l'Union européenne dans la paix sur le continent ? Si on fait parler les faits de manière objective, à la façon d’un historien, on s’apercevra que son influence est proche de zéro. N’importe quel honnête homme qui n’est pas « euro-béat » reconnaîtra que c'est le parapluie atomique américain qui nous protégea contre les Soviétiques. Pour preuve, lorsqu'il perdit de son intérêt après la chute du Mur, c'est précisément à partir de ce moment que la guerre  refleurit en Europe (Yougoslavie, Kosovo). De plus il est difficile de ne pas reconnaître que l’Europe fit la guerre pendant cette soi-disant période de paix. Certes il n’y eut pas de guerre intra européenne, car les deux puissances l’interdisaient à leurs vassaux, mais il y eut d’autres guerres : la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie, la guerre en Irlande du Nord, la guerre des Malouines, les guerres coloniales portugaises, puis après la chute du Mur les guerres d’Irak, l’Afghanistan, et on en oublie… Et pour couronner le tout il existe la verrue chypriote, un morceau de terre de l’Union européenne en partie occupé et en guerre contre un Etat tiers, la Turquie.

Plus que l’Union européenne il existe une entité qui fut réellement en paix après la Guerre, ce fut le bloc de l’Est. Mis à part l’URSS, aucun des pays du pacte de Varsovie ne fit la guerre en Europe ni à l’extérieur (ils eurent même tendance à se laisser envahir…). Ce furent eux les vrais pays pacifiques que le Nobel aurait dû récompenser, et surtout leurs peuples, victime du communisme et de l’Ouest qui leur ficha … la paix.

17 août 2009

Gabon Bongo

ali_bongo.jpgDes élections présidentielles vont avoir lieu au Gabon suite au décès du président Omar Bongo, surnommé un temps Omar "Bingo" par ses administrés. Il va falloir suivre avec attention ces élections et les commentaires qui en seront faits. En effet il y a fort à parier que l'homme qui sortira des urnes sera Noir. Aura-t-on droit à une foule de commentaires dithyrambiques sur la négritude du premier magistrat de ce pays à la manière d'une Obamania ? D'autre part il y a fort à parier aussi que les résultats seront indexés, tels des sondages sarkozyens, sur une courbe de Gauss-Bongo et qu'ils dégageront un vainqueur à 70%, sachant que le nombre d'électeurs vient d'être porté à 1,2 millions pour 1,5 millions d'habitants (ce qui donne un pourcentage d'électeurs de 80% - à comparer aux 60% de la France - pas mal pour un pays africain où le nombre de jeunes est très sensiblement plus élevé que dans les pays occidentaux). Aura-t-on droit à une campagne de condamnation des élections pour tricherie comme l'ont subie ces pauvres autorités iraniennes ?


Je prends de l'avance et me jette à l'eau. Les modèles qui prévalaient pour les élections américaines et iraniennes vont voler en éclat. Rien ne sera dénoncé ni encensé. Un président noir au Gabon ? Rien de plus normal puisque c'est un pays de Noirs... Des élections truquées ? On ne peut pas demander la lune aux Africains, s'il y a un peu de triche ce ne sera pas grave si la paix est maintenue... Vive Ali Bongo qui sera élu dans quelques jours !

 

13 mars 2009

Gentil le toutou

gentil.jpgDans la vie il y a les méchants et les gentils. Jusque là tout parait simple, mais les aléas et les turpitudes tendent à bouleverser cette vision maniaco-manichéenne. Quand un gentil est gentil, on ne peut pas se tromper il est gentil. Idem pour les méchants, un méchant méchant est méchant. En revanche que dire d'un gentil qui serait méchant ? C'est bien simple, la règle veut que ce soit l'intention qui compte. Alors notre gentil méchant sera quand même un gentil même s'il a fait du mal à plein de gentils et de méchants (ce qui est moins grave...). Dans le même ordre d'idée un méchant qui aurait été gentil toute sa vie y compris avec des gentils (quel fayot ce méchant!) restera toujours un méchant, car il est méchant. On le voit bien c'est le pedigree de départ qui compte, le tampon de la traçabilité.
De toute façon on ne peut rien faire avec les méchants, ils sont mous dans la gentillesse et mous dans la méchanceté alors que les gentils ont toujours eu des lumières de gentillesse et des débordements de méchanceté mais voilà, il sont gentils.

 

20 janvier 2009

Traduction

Il y a deux types de traduction, la littérale et la bonne.

 

Yes we can.    Oui, nous pouvons.

ou

Yes we can.    Je vous ai compris.

 

Ça promet tout ça. Il y aura des larmes et du sang, et en plus la guerre !

 

Obanania

richelieu.jpgJe me souviens d'une époque - car quand vous êtes réactionnaire vous êtes vieux et le passé n'a pas de secrets pour vous - où la diplomatie française s'arrangeait pour faire en sorte qu'il se produise chez les autres l'inverse de ce que l'on souhaitait pour soi. Ainsi donc l'oeuvre magistrale de Richelieu avait été de morceler l'Allemagne en 350 états souverains. Mise à la Diète, on n'en a pratiquement plus entendu parler pendant 150 ans. Rebelote en 1919 lors du traité de Versailles où Clémenceau aurait eu ce bon mot envers le Reich de Bismarck (son oeuvre) : "et on leur foutra la république !" (Clémenceau était l'exemple type de celui qui voit clair chez les autres mais qui ne comprend rien chez lui. On rencontre souvent ces gens de nos jours. Ceux par exemple qui s'extasie devant les derviches tourneurs mais qui conchient le folklore breton, mais c'est un autre sujet...)

Tout cela pour dire que l'intérêt des uns n'est pas celui des autres. Si un internationaliste se réjouit de la prise du pouvoir d'un homme paré de toutes les vertus dans un pays tiers on peut être sûr qu'il sera le premier cocu. Il n'y a rien de plus dangereux que d'être aveuglé par ses idées ou ses convictions.

Tous ceux qui se réjouissent de l'élection de M. Obama à la tête des États-Unis d'Amérique sont des ânes au regard de l'histoire. On ne peut s'en réjouir en tant que Français que dans la mesure où il ne sera pas meilleur que le précédent président (que l'histoire, d'ailleurs, n'a pas encore jugé) à moins d'être maso, traître ou américanophile béat. Car M. Obama va devoir trancher dans le vif à l'heure où ses compatriotes broient du noir, et là, ce sera autre chose que les sourires dents-blanches ou les tapotis sur les têtes blondes.

 

03 novembre 2008

Oh pas moi !

racisme.jpgLe vote des Blancs va se partager quasi équitablement entre le candidat républicain et le candidat démocrate. Quoi de plus normal en démocratie, les voix se partagent entre les deux candidats à un epsilon près, cet epsilon étant obtenu grâce à un meilleur "plan com" (comprendre total des dollars dépensés) et décidant du verdict du scrutin. Quasi rien à dire sur le vote des Blancs, parfaitement pluraliste.
En revanche les Noirs voteraient selon toute vraisemblance à 95% pour le candidat démocrate. Etrange...

Deux explications s'offrent à nous.
1. Les Noirs votent pour les démocrates car les républicains sont des salops et les démocrates sont des gentils. Explication a priori vraisemblable puisqu'elle est répandue partout. Pourtant les Etats esclavagistes du Sud étaient démocrates, tout comme le Ku Klux Klan...
2. Les Noirs votent pour le candidat démocrate car sa vertu principale est d'être Noir. Les Noirs seraient racistes !? Non ! Bah si...

 

PS : S'il vous reste du Château Gloria (Saint-Julien) 1989, il est temps de le boire. Ne jamais garder un cru bourgeois plus de 10 ans...