Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 février 2014

Les tweets célèbres (5)

C'est un des tweets les plus célèbres de France, qui est passé du tragique à l'humoristique. Il est désormais employé pour mettre l'accent sur diverses causes qui sont menacées ou déjà en proie à la disparition.

 

"Omar m'a tuer."

 

Ces 4 petits mots ont produits quantité de commentaires et d'ouvrages. Dans ce tweet il y a l'accusation de racisme, Omar n'étant une dénomination ni armoricaine ni américaine, il y a la machination, l'orthographe n'étant pas digne de l'éducation de son auteur, il y a surtout une dénonciation on ne peut plus claire d'une personne qui a vu son assassin mais dont le témoignage est mis en doute par l'absence de réitération. Bref, c'est un tweet qui va rester, à tel point que d'aucuns commencent à ne plus y voir la faute d'orthographe, ce qui risque de compromettre à terme l'avenir de tous les participes passés.

 

Les plus pessimistes prévoient même que le "Omar" rentre dans le "Robert", ce qui serait un drame, avouons-le.

23 juin 2011

Omar l'a tuée !

Depuis quelques jours la promotion d'un film de cinéma se mélange avec la défense et la proclamation de l'innocence d'un individu qui, ne l'oublions pas, a été condamné à 18 ans de prison par une cour d'assises. Juste avant de se voir notifier sa sentence le type en question, Omar Raddad alias Omar Matuer, a été reconnu coupable du meurtre d'une femme selon le principe fort répandu dans la justice, pas de peine sans culpabilité. Ainsi donc Omar Raddd est bien un meurtrier, voire même un assassin. Toute personne prétendant le contraire est un imposteur et serait susceptible d'être condamné par la justice.


Mais voici que toute la clique médiatique a pris la défense d'Omar l'assassin sous prétexte qu'il y aurait eu erreur judiciaire. C'est le remake du pauvre de l'affaire Dreyfus. A l'époque de ce Dreyfus là, la gauche (mais pas seulement) avait fait corps pour le défendre, elle avait ainsi trouvé sa cause pour les 30 années qui allaient suivre, la lutte contre l'anti-sémitisme. Après la période de la guerre pendant laquelle elle s'est vautrée dans la collaboration et l'anti-sémitisme (voir le livre de Simon Epstein) elle a dû progressivement changer son fusil d'épaule pour se trouver une nouvelle cause, la lutte contre le racisme et son corollaire majoritaire, la défense des Arabes. Omar est donc le petit frère d'Alfred sauf que le tableau s'est un peu dégradé entre temps. On n'est plus dans un cadre national et militaire à discuter de l'honneur d'un individu contre celui d'une institution. Maintenant la gauche s'occupe d'un jardinier marocain coupable d'un crime crapuleux qui, une fois libéré, s'est empressé de rejoindre son pays pour ne pas faire face à ses créanciers.


Voilà où en est la gauche d'aujourd'hui : le lundi on défend un pédophile, le mardi un violeur, le mercredi un assassin, le jeudi un voleur de montres, le vendredi et le samedi on fait la morale, et le dimanche, on est en France quand même, on ira voter pour une alcoolique*.

 

* Désolé de faire mon Luc Ferry...