Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 avril 2014

Les pactes

La mode est aux "pactes" en ce moment. Un jour on nous sort le pacte de responsabilité d'où il ressort qu'on va un peu rallonger la corde qui soutient par le cou les entrepreneurs afin que les pieds touchent un peu le sol (pas les talons quand même !...). Face à cette mesure d'injustice sociale qui fait crier au loup tout ce qu'il y a de plus humaniste (comprendre les rouges au couteau entre les dents dont la jalousie et la rage n'ont d'égales que la haine) survient le pacte de solidarité. "Solidarité" est un mot positif même s'il recouvre une vérité qui s'apparente à du vol. On pourra toujours l'utiliser pour se redorer le blason, surtout auprès d'une clientèle pour qui le communisme restera toujours une idée qui voulait le "bien" contrairement au nazisme (comme si les nazis, s'étant présentés aux élections, avaient été élus avec un programme voulant la destruction et le "mal" pour ses électeurs !...). Et 1 point Godwin ! Depuis que Hollande est aux manettes ce ne sont que des pactes, il y avait déjà eu auparavant un pacte de croissance, un pacte de justice, etc. Pour un gouvernement qui veut faire face à l'hydre fasciste le mot "pacte" rappelle dangereusement les années 30 où l'on signait force "pactes". Citons par exemple des pactes qui firent moins rigoler dans les chancelleries : - le pacte Briand-Kellog : pour endormir la France face à l'Allemagne avec le concours assumé de l'inconscient traître Aristide. - le pacte d'Acier : signé seulement 12 ans avant le traité du charbon et de l'acier mais dont les motivations étaient beaucoup moins métallurgiques qu'il ne le laissait penser. Et 2 points Godwin ! - le pacte germano-soviétique : trop souvent oublié, surtout par ceux qui prétendirent par la suite avoir été le parti de la résistance. - le pacte de Varsovie : accord qui garantit la paix des peuples contre les attaques de l'Ouest. Là on avait de vrais pactes, avec du contenu, des réalisations et des engagements tenus !

28 octobre 2008

Sans sabir avec Byrrh

byrrh.jpg"au coeur du pacte républicain"  Voilà une formule qu'elle est belle ! Le hic c'est qu'on ne comprend pas très bien cette expression. Elle sous-entendrait qu'il y a un papier quelque part qui définit les rapports entre bidulle et machin dans le cadre de la République. J'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé, pourtant je l'aurais bien signé ce papelard. Il est peut-être là le deuxième hic,et le hic devient presque un hoquet, nous sommes inclus dans une sorte de projet vague et indéfini, pour lequel on ne nous a jamais rien demandé, dont personne ne sait plus vraiment de quoi il s'agit et qui par conséquent n'est plus respecté. En gros nous sommes face à un problème (un vrai, de mathématiques) dont on ne connait ni les hypothèses, ni la manière de le résoudre, ni le résultat à atteindre. Néanmoins cette expression de "pacte républicain" a, comme on dit, fait florès puis engendré des "rendez-vous citoyen", des "pacte de la citoyenneté" etc. On peut ensuite composer à loisir un sabir "citoyen" (on disait civique avant), une floppée de mots que les apparatchiks écouteront doctement en ayant une pensée émue pour les pères de la république (Gambetta, Ferry, Jaurès, toutes les stars de l'émail suspendu) alors qu'il y a encore fort heureusement des braves qui se tapent les cuisses en écoutant ces salades.