Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 août 2008

Marronnier (suite)

Le parisien du jour se demande, par la voix d'affichettes de rue, comment on peut laisser son bébé seul dans la voiture. Je dirais de manière rationnel que la réponse est dans la question, l'oubli tout simplement. Mais alors comment est-ce possible d'oublier son enfant ? Par les temps qui courent rien de plus facile me direz-vous. Quand on pense à toutes les sollicitations auxquelles l'homme moderne est soumis rien de plus étonnant. Être à l'heure, ne pas oublier de faire les commissions, s'inquiéter de la forme actuelle du CAC 40, se demander ce que l'on jouera le soir à la télévision, et beaucoup d'autres choses encore qui polluent l'espace intellectuel masculin. On en viendrait presque à se demander 1010280841.jpgcomment il est possible de ne pas oublier son bébé dans la voiture. Tout cela est bien regrettable néanmoins grâce à cette formidable campagne de presse citoyenne et fédérative de l'ordre du "on est tous d'accord là-dessus" plus aucun bébé n'est en danger dans une voiture. En effet s'est constituée une sorte de garde nationale volante et diffuse qui surveille l'intérieur des voitures à la recherche d'un bébé oublié. S'il y a bien un bébé en pleine cuisson alors nos super-citoyens interviennent : cassage de carreau, eau minérale, allo police, parquet (comprendre en fait béton froid), cellule psychologique et tout le tralala. On en profite aussi pour vérifier si le père indigne n'est pas en plus un conducteur irresponsable qui stationne sans chasuble fluo ni triangle rétractable. Un petit tour au gnouf (béton froid...), histoire de remettre les idées en place, puis on relâche le père dans la nature. Un sujet de société pris à bras le corps qui a su modifier le comportement de chacun. Petit à petit on avance sur le long chemin de la démocratie qui fera de chacun de nous de vrais citoyens.