Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 juin 2011

Bien lire les sondages

Selon un sondage réalisé par l’institut de sondage H2O auprès des Français, 40% trouvent la police raciste, 74% lui font confiance. Pour ceux qui sont nuls en maths vous pouvez faire des patates ou ne rien faire et dire bêtement que les policiers sont racistes, pour les autres vous voyez tout de suite que, au minimum, 14% des Français pensent que la police est raciste et fait bien son travail. Ce qui voudrait dire que pour au moins 1 Français sur 7 un bon policier est un policier raciste, information plus intéressante que celle livrée aux dessinateurs de patates.

30 septembre 2010

Radio Paris ment

La Tecno parade avait lieu samedi dernier dans les rues de Paris. Loin de moi l'idée d'en faire de la pub mais c'est la radio qui en faisait et qui en a donné les résultats. Les chiffres entendus étaient : 300 000 personnes ont défilé le long des 4 kms du parcours. Quand on est attentif et qu'on a deux sous de jugeote on sent tout de suite qu'il y a un loup quelque part. Divisons 300 000 par 4000 mètres, ce qui donne 75 personnes par mètre. Considérons que les avenues souillées par ces paradeurs technologiques mesurent en moyenne 20 mètres de large cela fait presque 4 personnes au m2. Pour qui connait les manifs de l'intérieur c'est une densité irréelle.


Messieurs quand vous truquez les chiffres faites-le avec intelligence et réalisme, il est fini le temps où Maurice Thorez prétendait dédicacer 4000 exemplaires de Fils du peuple en 3 heures. Finalement les chiffres de la police, 30 000 personnes à déambuler aux sons du toum-tac, semblent beaucoup plus crédibles. On devrait toujours faire confiance à la police parisienne.

 

16 avril 2010

Beaten or not beaten

Il y a deux catégories de gens sur terre, ceux qui pensent qu'il y a deux catégories de gens et les autres... On pourrait aussi définir une autre partition, plus en rapport avec l'actualité grenobloise. Il y a ceux qui voudront avoir une cigarette sur eux, même non-fumeurs, afin de pouvoir l'offrir aux membres d'une bande de dégénérés qui vous la "demandent". Et il y a ceux qui préfèreront avoir dans leur poche, à côté du paquet de cigarette, un bel objet muni d'un manche destiné à faire patienter les sauvages le temps que les forces de l'ordre apparaissent et emmènent tout ce beau monde au trou.

 

07 juillet 2008

Flics consultants

police.jpg La police de la pensée prend des formes nouvelles aujourd'hui (je veux parler en gros de ces 20 dernières années). Finies les méthodes à la papa d'une police bien organisée en services étatiques dans un grand bâtiment en béton financée par les deniers publics, c'est à dire par tous les contribuables y compris les pourchassants. Exit Guépéou, Tchéka, Gestapo, Sûreté générale - à un moindre niveau certes pour cette dernière (à noter aussi la disparition lundi dernier des RG). Même la police politique (ou police de la pensée, dans certains pays politique=pensée) a fait sa révolution libérale c'est à dire qu'elle existe désormais sous un format externalisé privatisé. A l'image des consultants en informatique qui travaillent dans une entreprise sans en être des salariés les flicards de la pensée sont maintenant des libéraux ou plutôt, pardon pour l'amalgame, des travailleurs sous le régime des professions libérales. L'avantage est double pour le maître d'œuvre - le régime en place pour faire simple - ne pas se salir les mains et supprimer les coûts de gestion du personnel. Restait le problème du financement. Il n'a pas fallu chercher bien longtemps seulement s'inspirer du passé, chinois en l'occurrence. En effet quoi de plus injuste que de faire payer la répression politique, comme autrefois, à tous les contribuables ? N'est-ce pas injuste que tout le monde paie pour le ramassage des crottes de chiens y compris ceux qui n'en ont pas ? Alors en repensant à la Chine (d'hier ou d'aujourd'hui) on s'est souvenu que les bourreaux faisaient payer la balle qui allait tuer l'opposant à sa famille. La police politique d'aujourd'hui est donc une émanation des méthodes d'hier et des principes économiques d'aujourd'hui : officines privées payées par les procès intentés aux opposants. Le tour est joué. Comme quoi la police est toujours en pointe. Alors que l'EDF ou la SNCF vivent toujours sur un modèle semi-communiste datant de 1945, les condés de la pensée ont pris le virage thatcherien avant même que John Major n'ait eu le temps de remplacer mamy. C'est un bel exemple de reconversion économique et d'adaptation au modèle ultra-libéral sans perdre une once d'efficacité. On peut même dire qu'ils sont meilleurs d'année en année accroissant leur marché, créant des multi-nationales, des holdings etc.