Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 mai 2011

Présumés cons

Depuis quelques jours on parle de présomption d'innocence, les élus prennent, pour des raisons qui leur sont propres, un malin plaisir à respecter la loi. Pour une fois, on ne va pas le leur reprocher même si cette loi est pour le coup bien inutile et stupide. Dans le cas de DSK, en effet, on devrait savoir que la loi française ne s'applique pas à New York, et se demander à quoi bon parler d'innocence dans le cas d'un type qui est reclus dans un appartement, filmé, braceletté et gardé par des soldats en arme.

La conséquence de cette loi de vierge effarouchée est une utilisation quelque peu erronée du terme "présumé". Si dans le cas de la présomption d'innocence on peut parler d'un "présumé innocent" à ce moment-là on ne doit pas dire "présumé coupable". Effectivement la présomption signifie qu'on est truc à moins que l'on prouve le contraire. Si ça marche donc dans le cas de l'innocence ça ne marche pas dans le cas de la culpabilité car dans le cas d'un raisonnement présumé logique et rationnel on ne peut pas être à la fois coupable et innocent. Alors toute personne qui utilise l'expression "présumé coupable" dans le cas de Strauss-Kahn est, soit présumée hors la loi, soit présumée hostile à ce mauvais bougre, soit présumée con-con. On retiendra par défaut la dernière hypothèse.