Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 février 2013

Google racketté

Il y a quelques jours un accord a été passé entre l’État et Google à propos du paiement des liens que Google utilisait pour ses news en ligne. Pour rappel les principaux sites journalistiques réclamaient de l'argent à Google arguant du fait que ce dernier utilisait du contenu produit par les journalistes de ces fameux sites d'information. Ceux-ci semblaient d'ailleurs oublier que leurs journalistes ne faisaient que copier mot à mot les dépêches de l'AFP ou simplement se recopier entre eux. En somme Google était bien gentil de mettre ces sites en lien sans cela ils n'auraient eu aucune visite et donc beaucoup moins de revenus publicitaires.

Mais Google a quand même payé bien qu'étant dans son bon droit. Par peur de voir l'ensemble de ses revenus fiscalisés par une nouvelle loi sur les revenus d'Internet ? En attendant Google a donné de l'argent pour la presse sur Internet (la presse officielle, rassurez-vous). Quid de Yahoo, de Lycos, de Caramail ? Ce sont aussi des portails qui comptent et dont la part de marché est non nulle. Seul Google, portail ayant un monopole, a été taxée, en vertu d'aucune loi. Donner de l'argent sans être contraint par la loi. Donner de l'argent sans être contraint par la loi. Donner de l'argent sans être contraint par la loi. Encore une fois pour que ça rentre bien dans la tête ? Donner de l'argent sans être contraint par la loi. En bon français, ça s'appelle du racket. L’État français est donc une mafia, dont François le Batave est le parrain. C'est officiel, et ça s'est passé devant les yeux de tous...

09 mars 2011

Jeûne dans la presse

Tapez "carême" dans la page des actualités du fameux site gogole. Vous n'y trouverez que des références catholiques hormis tout en bas de la page un reportage du Berry Républicain sur deux familles qui expliquent comment va se passer leur carême.

Inutile de vous faire penser à une autre période de l'année qui concerne des gens qui ne sont pas mes coreligionnaires (appelons-les les Agaréniens*) mais pour laquelle les média sont beaucoup plus prolixes.


* Au temps des croisades beaucoup de pèlerins les appelaient les Agaréniens étant donné que selon la Bible ils sont les descendants d'Agar la servante d'Abraham.