Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 juillet 2008

Bourse des prisonniers

Il est toujours intéressant de regarder les chiffres, ceux-ci ont une valeur objective incontestable. Ainsi un échange de prisonniers entre deux parties permet d'établir une sorte de bourse de valeur. Cela n'a rien de choquant de parler en ces termes car l'échange se fait au grand jour et est accepté par les deux parties. Ainsi Israéliens et Palestiniens se sont mis d'accord pour dire qu'il faut 5 Palestiniens pour atteindre la valeur de deux Israéliens. La cote est donc fixée, et encore, les deux Israéliens étaient morts. On pourrait donc de 2 pour 5 passer allègrement à 2 pour 10 soit 1 pour 5.

prisonnier.jpgAinsi il est possible de cartographier une grande partie du monde par ces cotes définies par les belligérants. Les Farcs par exemple, du fin fond de leur jungle amazonienne, n'ont pas une grande estime d'eux-mêmes lorsqu'ils demandent qu'on relâche 500 dans des leurs en échange d'une dizaine d'otage. Un Colombien classique, légaliste vaut donc une bonne cinquantaine de Farcs.

En revanche il sera très difficile de donner la valeur d'un occidental car l'Occident n'a plus dans ses prisons de prisonniers politiques, il est donc impossible d'évaluer sa valeur à la lueur d'un troc. L'occidental n'a qu'une valeur financière, ce qui n'est pas si mal à une époque où le billet vert a plus de valeur qu'un Noir ou Jaune.